Lundi , 28 septembre 2020

Archives du blog

Slim Laghmani : « Le rapport des citoyens à l’État est faussé depuis l’indépendance »

Jeune Afrique : La crise de l’État interroge la notion de citoyenneté. Pourquoi les Tunisiens ont-ils autant de difficulté à s’identifier à l’État, à le respecter et à faire preuve de civisme ? Est-ce un dommage collatéral du grand bouleversement de la révolution ?


Read More »

La Tunisie, 66ème démocratie mondiale et 2eme de la région MENA selon une ONG autrichienne

La Tunisie est la 66ème "démocratie" au monde sur 113 pays recensés par le "Global Democracy Ranking 2015" publié par l'ONG autrichienne "The democracy ranking association". Avec un bond de 32 places par rapport au précédent classement, la Tunisie se classe au premier rang maghrébin devant le Maroc, 99ème. L'Algérie et la Libye n'ont pas été pris en considération dans ce classement car ils ne sont pas recensés dans les "pays libres" ou "partiellement libres" dans le dernier classement de "Freedom House" sur lequel s'est appuyé l'ONG autrichienne.

Read More »

Tunisie : les oubliés de la révolution

Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie, 17 décembre 2010. Un jeune marchand ambulant, Mohamed Bouazizi, éreinté par la précarité et les brimades policières, s'immole par le feu. Geste tragique à la mesure de l’immense désespoir qui l’étreignait et aux conséquences inouïes, puisqu’il restera comme l’élément déclencheur d’une véritable lame de fond en Afrique du Nord et dans le monde arabe.

Read More »

Recul des libertés publiques et individuelles: la veille citoyenne face aux dérives

Les libertés publiques et privées sont menacées du fait de certains dépassements qu’on ne peut que regretter, d’où la nécessité d’adapter les législations à l’esprit de la constitutionLes libertés individuelles et collectives sont-elles en train de reculer, dans la mouvance de la guerre menée contre le terrorisme où l’on a enregistré — comme l’ont déjà prédit plusieurs observateurs et analystes à l’époque où les députés discutaient la loi antiterroriste — quelques dépassements commis par les forces de sécurité et aussitôt dénoncés par les associations de la société civile gardiennes des libertés et par quelques partis de l’opposition dont la présence sur la scène politique nationale se  limite,  désormais, depuis leur déconfiture électorale le 26 octobre 2014, à de rares communiqués officiels ou interventions sur les réseaux sociaux ?

Read More »

ARP: adoption de la loi du conseil supérieur de la magistrature

Les députés de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), ont adopté dans la soirée du 13 novembre 2015, le projet de la loi organique du conseil supérieur de la magistrature après la validation de la modification de neuf articles. 143 députés ont voté pour, un contre et 7 députés se sont abstenus. Abdelfatteh Mourou, vice-président de l'ARP, a assuré que les députés de l'ARP n'ont visé personne en adoptant cette loi. Au contraire, ils ont pris en considération l'intérêt national.

Read More »

Nomination de juges spécialisés dans la justice transitionnelle

L’Instance provisoire pour la supervision de la justice judiciaire a nommé, le 13 novembre 2015, les magistrats des chambres spéciales de justice transitionnelle, affectés auprès des tribunaux de première instance. Ces chambres spéciales traiteront les affaires des martyrs et des blessées de la Révolution tunisienne et des victimes des crimes …

Read More »

Ahmed Friaa contredit Rachid Ammar

Intervenant à son tour dans l’émission « le 8ème jour » diffusée dans la soirée de jeudi 5 novembre 2015 sur la chaîne Al Hiwar Ettounsi, l’ancien  ministre de l’intérieur  Ahmed Friaa, a contredit le général Rachid Ammar qui avait, auparavant, affirmé qu’on l’avait prié de prendre le pouvoir. « La réunion du 14 au 15 janvier 2011, avait, essentiellement pour objet de convaincre le président de la chambre des députés Foued Mebazaa d’assumer la fonction présidentielle en vertu de l’article  57 de la constitution de 1959 ».

Read More »

Le général Rachid Ammar : le pouvoir a été proposé à l’Armée le 14 janvier 2011 pour barrer la route à Ennahdha

Le général Rachid Ammar, a indiqué ce jeudi 5 novembre 2015, lors de son intervention dans l'émission "le 8ème jour", diffusée sur la chaîne Elhiwar Ettounsi, que le pouvoir a été proposé à l'Armée le 14 janvier 2011. Lors d'une réunion tenue au ministère de l'Intérieur, dans la nuit du 14 au 15 janvier 2011, en présence du premier ministre Mohamed Ghanouchi, les ministres de l'Intérieur, Ahmed Friaa et de la Défense Ridha Grira, et le général Rachid Ammar, le pouvoir a été proposé à l'Armée afin de barrer la route à Ennahdha, a-t-il déclaré.

Read More »