Lundi , 26 février 2024

Archives du blog

Le comité gouvernemental de coordination sécuritaire : La Tunisie est en état de guerre

Un comité de coordination sécuritaire s’est réuni, ce mercredi 17 juin au palais du gouvernement de la Kasbah et a porté sur la situation sécuritaire dans le pays. A l’issue de cette réunion, il a été décidé de renforcer les contrôles et la sécurité au niveau des frontières du territoire tunisien et au niveau des zones de montages, ainsi que la multiplication des réunions entre les institutions militaires et sécuritaires pour plus de coordinations relatives aux opérations d’intervention.

Sécurité nationale: l’urgence d’un congrès antiterroriste

L'ombre de la menace terroriste s’étend de jour en jour et certains «spécialistes» du terorisme, qui passent d’un plateau de télévision à l’autre, continuent à nous assourdir avec leurs «analyses» simplistes et leur optimisme béat. Ils nous donnent l’impression qu’ils se livrent une compétition non déclarée, où chacun veut surpasser les autres, en nous étalant son savoir et ses connaissances livresques, plutôt que d’essayer de nous ancrer dans notre réalité, qu’ils perdent manifestement de vue. Le pire c’est que nos responsables politiques semblent adopter leurs analyses fantaisistes.

Une prise de taille: le terroriste Makram Mouelhi

Makram Mouelhi n’était pas facile à débusquer, révèle à Leaders le chef de l’opération. Ce chef de groupe armé qui était l’un des premiers terroristes à introduire, il y a quelques années, le jihadisme en Tunisie, s’était illustré dans les attaques de Jebel Ouergha, après avoir sévi au Chaambi contre des militaires et des gardes nationaux, faisant plusieurs martyrs. Atteint de tuberculose, il a été autorisé par ses chefs et compères à descendre de la montagne, mais s’est évaporé dans la nature.

Tunis :Le ministre de «la grande muette» parle de terrorisme

La révolution a décidément délié toutes les langues. Traditionnellement silencieuse dans son travail qu’elle veille à placer en dehors de toute polémique politique, l’Armée qu’on appelle aussi «la grande muette», n’a pas échappé à cette nouvelle règle de la communication. Sortant d’un silence qui dure depuis plus de 100 jours, le ministre tunisien de la Défense vient d’accorder sa première interview exclusivement à Africanmanager.

Habib Essid: Vers une nouvelle stratégie pour combattre le terrorisme

Le chef du gouvernement, Habib Essid, a déclaré lors d’une interview télévisée que le gouvernement possède un nouveau programme et de nouvelles méthodes pour faire face au terrorisme, qui seront bientôt mis en oeuvre, indiquant que les terroristes ont tenté de disperser les interventions des sécuritaires et que ces derniers étaient prêts à réagir.

Levée du couvre-feu à Douz

Dès sa prise de fonction, le nouveau gouverneur de Kébili, Hachem Hmidi, a annoncé, mardi, la levée du couvre-feu imposé à Douz. Le couvre-feu avait été décidé, le 5 juin, par son prédécesseur, Amara Tlijeni, suite aux violents affrontements qui avaient eu lieu entre les forces de l’ordre et les manifestants, empêchés de faire un sit-in au champ de production de gaz situé au sud de la ville.

Tunisie- BCE reçoit le ministre de la Défense

Le président de la République, Béji Caïd Essesbi, a reçu, mardi, au palais de Carthage, le ministre de la Défense, Farhat Horchani. Selon un communiqué de la présidence de la République, l’entretien a porté sur la situation sécuritaire et les perspectives de développement de l’armée.

Un agent de la Garde nationale tué et 4 autres blessés par un groupe armé jihadiste à Ghardimaou

Les heurts entre hommes armés et forces de l'ordre se sont multipliés depuis sans que les autorités ne parviennent à neutraliser ces groupes malgré des centaines d'arrestations. Une soixantaine de militaires et policiers ont été tués dans des affrontements ou par des engins explosifs, en particulier dans les régions proches de la frontière algérienne.

Le groupe jihadiste État islamique revendique une attaque meurtrière contre la Garde nationale

L'organisation jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué mardi une attaque contre la Garde nationale tunisienne à Sidi Ali Ben Aoun, dans la région de Sidi Bouzid (centre-ouest) qui a fait la veille trois morts et douze blessés. L'EI a affirmé dans un communiqué posté sur twitter que les affrontements avec les agents de la Garde nationale ont été menés par "deux soldats du califat, qui ont attaqué à l'arme légère deux sites militaires".

Trois sur les dix diplomates tunisiens enlevés en Libye, libérés

Une source diplomatique a confié à Mosaïque FM, sous couvert de l’anonymat, que trois sur les dix diplomates tunisiens enlevés en Libye, ont été libérés et qu’ils ont rejoint le siège du consulat tunisien à Tripoli. 
La même source a indiqué également que les trois diplomates ont contacté leurs familles en attendant leur retour prochainement en Tunisie. Par ailleurs, les efforts se poursuivent pour la libération des autres diplomates enlevés.