Samedi , 28 mai 2022

Archives du blog

Tunisie-Libye —Situation sécuritaire: Un plan de rapatriement des Tunisiens

 

La commission de suivi de la situation en Libye s’attend au pire, alors que les flux de réfugiés libyens s’intensifient

La commission nationale de suivi de la situation en Libye s’est réunie, hier, sous la présidence du ministre des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, pour examiner les derniers développements en Libye.

Il s’agit, également, d’évaluer les retombées de l’insécurité en  Libye sur le pays, notamment au vu des flux importants de réfugiés libyens, de délégations diplomatiques et consulaires étrangères, et de plusieurs ressortissants étrangers qui affluent vers le point de passage frontalier de Ras Jedir (centre-est de la Tunisie).

Selon le communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, la Commission a mis l’accent sur la nécessité de faire prévaloir l’intérêt national face à cette situation.

Des recommandations ont été émises aux hautes autorités pour prendre les décisions nécessaires dont la mise en place d’un  plan assurant le retour des Tunisiens établis en Libye en cas de dégradation de la situation dans ce pays.

La réunion de la commission nationale de suivi de la situation en Libye fait suite aux décisions de la cellule de crise chargée du suivi de la situation sécuritaire en Tunisie, au niveau de la présidence du gouvernement.

Read More »

Vigilance extrême à Ras Jedir face à l’afflux massif de réfugiés libyens

 

«vigilance extrême» a été le mot d’ordre au poste frontalier de Ras Jedir pour éviter l’infiltration d’armes ou de personnes qui pourraient menacer la sécurité de la Tunisie.

 

A cet effet, des renforts sécuritaires sont arrivés, mardi 29 juillet 2014, au poste frontalier pour faire face à l’afflux massif de réfugiés libyens, tunisiens et d’autres nationalités fuyant la situation chaotique en Libye et qui a atteint trois mille, entre mardi (minuit) et mercredi (midi), selon une source sécuritaire rapportée par la TAP.

Ainsi, des mesures de sécurité strictes ont été adoptées au poste frontalier de Ras Jedir, telle des fouilles minutieuses, l’évacuation de la zone d’action du point de passage sauf pour les sécuritaires, afin d’assurer le bon déroulement des opérations d’inspection et de contrôle et assurer les différents autres services frontaliers, note la correspondante de la TAP.

 

Cette situation de «crise» rappelle celle vécue en 2011, suite au déclenchement de la révolution libyenne, néanmoins, «les forces de sécurité sont cette fois parfaitement préparées, contrairement à 2011, a souligné la source sécuritaire.

Il a indiqué qu’un pistolet, cinq fusils de calibre 12 (MEGA) et un Kalachnikov ont été confisqués chez un Libyen outre l’arrestation de plusieurs personnes recherchées.

 

Selon les sécuritaires, plusieurs femmes libyennes étaient au volant de leur voiture, ce qui suggère que les hommes sont restés en Libye pour poursuivre le combat dans leur pays. Ambulances et missions diplomatiques, en particulier françaises, ont traversé le poste frontière de Ras Jedir, alors que près de 2.000 égyptiens attendent les formalités d’obtention du visa pour pouvoir entrer en territoire tunisien.

Plusieurs diplomates (pas moins de 14 nationalités différentes) ont, également, franchi le point de passage de Ras Jedir, munis de leurs armes pour prévenir les dangers de la route. Plusieurs personnes dont des Tunisiens, Syriens et Libyens, faute de voitures ou à court de carburant, sont arrivées à pied, à Ras Jedir.

Par ailleurs, le bureau consulaire installé à Ras Jedir depuis une quinzaine de jours continue de fournir différentes prestations dont l’attribution de permis de passage de la frontière et visas d’entrée, et ce en totale coordination avec le bureau des frontières et des étrangers et les consulats en Libye, a indiqué le président du bureau, Béchir Chennaoui. Pour ce qui est des personnes qui empruntent l’autre sens, en direction de la Libye, et dont la majorité est de nationalité libyenne, leur nombre n’a pas dépassé les 500.

 

A en croire les témoignages de ceux qui arrivent de Libye, la situation est «dangereuse et est devenue insoutenable», particulièrement à Tripoli, même si d’autres Libyens continuent à affirmer que la situation dans leur pays est «normale» et qu’ils viennent en Tunisie «uniquement pour le tourisme».

Read More »

Mongi Hamdi : On a pris les mesures nécessaires pour l’afflux des réfugiés libyens en Tunisie

 

Le ministre des affaires étrangères, Mongi Hamdi, a déclaré ce mercredi 30 juillet 2014, lors d’une confgérence de presse, que la détérioration de la situation sécuritaire en Libye aura des conséquences négatives sur la Tunisie. Il a précisé, par ailleurs, que les mesures nécessaires ont été prises à fin d’être prêt à l’afflux de réfugiés libyens en Tunisie.

Read More »

M Hamedi: Notre situation économique ne nous permet pas d’accueillir un grand nombre de réfugiés

 

Le ministre des affaires étrangères Monji Hamedi a annoncé lors de la conférence de presse tenue dans la journée du mercredi 30 juillet 2014  que  certaines personnes appartenant  à la communauté égyptienne et jordanienne voudraient traverser les frontières tunisiennes.

Elles devraient être munies d’un billet d’avion en direction de leur pays. " Vu le nombre importants d’égyptiens des bus seront mis à leur dispositions pour les emmener à l’aéroport de Djerba et de Gabés. "

"Notre économie ne permet pas d’accueillir des milliers de réfugiés à part environ  un million de libyens  qui sont déjà en Tunisie. Nous suivons la situation de prés et la cellule de crise se réunira dans quelques instants pour émettre des recommandations sur la situation sécuritaire en Libye" a-t-il ajouté.

Read More »

La Tunisie ne peut pas supporter d’autres réfugiés libyens

 

Le ministre des Affaires Etrangères Mongi Hamdi a affirmé que la situation économique et sécuritaire de la Tunisie ne supporte plus l’absorption de plus de réfugiés libyens fuyant leur pays.

Lors de son passage ce mercredi sur Shems Fm, il a déclaré que les réfugiés libyens sont les bienvenus en Tunisie mais ceux portant d’autres nationalités et venant de Libye doivent transiter par la Tunisie sans s’y installer.

Read More »

Mise en place de cellules de contrôle de la situation des Libyens réfugiés en Tunisie

 

Le Croissant rouge tunisien (CRT) et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés ont convenu, mercredi 30 juillet 2014, de la mise en place de cellules de contrôle mobiles, visant le suivi de la situation des Libyens parvenus à Médenine.

 Le président du bureau régional du CRT à Médenine, Mongi Slim a indiqué à la TAP que les cellules de contrôle devront opérer à Zarzis, Djerba et Médenine au lieu de Ras Jedir. Leurs missions étant, selon M. Slim, d'encadrer les Libyens et leur conférer des aides pour trouver des logements ou leur fournir des soins.

 Par ailleurs, le responsable du CRT a indiqué que les organisations humanitaires ont préparé un programme d’intervention rapide, si la situation le nécessite. Il a également souligné l’importance de l’intervention d’organisations internationales pour la migration, en vue de faciliter le rapatriement des ressortissants de nationalités différentes. Mongi Slim a en outre éloigné la possibilité de l’installation d’un camp de réfugiés, comme celui de 2011.

Read More »

Une commission mixte pour la redirection des réfugiés fuyant la Libye

 

Suite à la détérioration des conditions sécuritaires en Libye, une commission vient d’être formée en collaboration entre le Croissant Rouge Tunisien et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

La commission a entamé officiellement ses fonctions pour la réorientation des réfugiés libyens et des délégations diplomatiques étrangères, respectivement vers le terminal frontalier de Ras Jedir et l’aéroport de Djerba.

Read More »

La Tunisie pourrait fermer ses frontières avec la Libye

 

La Tunisie suit l’évolution de la situation sécuritaire en Libye avec tout le sérieux requis et la fermeture des frontières avec le pays voisin pourrait être envisagée.

 

C’est, en tout cas, ce qu’a affirmé, hier soir, mardi 29 juillet 2014, Mongi Hamdi, ministre des Affaires étrangères, au télé-journal de la chaîne publique Watania1.

 

Interrogé sur l’incidence de la détérioration de la situation sécuritaire en Libye sur la Tunisie et sur l’intensification des flux, aux frontières tunisiennes, de Libyens et de ressortissants étrangers fuyant les violences à Tripoli et à Benghazi, les plus graves depuis la chute de Kadhafi en 2011, Mongi Hamdi a indiqué que la cellule de crise s’est réunie récemment au Palais de la Kasbah et a pris les mesures sécuritaires nécessaires au niveau des postes frontaliers.

 

Elle a ainsi donné des instructions pour le renforcement des contrôles des personnes en provenance de Libye, afin de parer à l’infiltration d’éléments animés d’intentions hostiles envers la Tunisie. M. Hamdi a indiqué, par ailleurs, que les diplomates tunisiens en poste en Libye sont déjà rentrés au pays.

 

«Nous avons fermé l’ambassade, tout en laissant quelques agents à notre consulat à Tripoli et en ouvrant un centre consulaire à Ras Jedir», a indiqué M. Hamdi. Et d’ajouter: «Si la situation ne s’améliore pas, nous serions obligés de fermer le consulat à Tripoli et de laisser ouvert le centre consulaire de Ras Jedir, afin de faciliter le retour des Tunisiens».

Read More »

Ras Jedir- Grande affluence : 4 mille voitures et 8 mille réfugiés en 24 heures

 

Une grande affluence de Libyens a été enregistrée, lundi, dans le point de passage de Ras Jedir suite aux derniers développements en Libye.

Selon des sources sécuritaire 4 milles voitures et au moins 8 mille personnes ont franchi la frontière tunisienne entre dimanche et lundi derniers.

Les unités de la douane ont procédé à des fouilles minutieuses pour empêcher le passage illégal d’armes.

Il est à noter que plusieurs missions diplomatiques accréditées en Libye ont également quitté la Libye pour s'installer provisoirement en Tunisie .

Read More »

Mongi Hamdi : ‘le scénrario de 2011 ne se reproduira pas’

 

Le ministre des affaires Etrangères Mongi Hamdi a déclaré que le scénario de 2011 ne se reproduira pas et que 'l’intérêt nation passe avant tout'.

 

 

'En cas de détérioration de la situation sécuritaire en Libye, les frontières seront fermées' ...'J'ai appelé le ministre des Affaires Etrangères algériens pour discuter de la situation sécuritaire en Libye'a-t-il ajouté.

Read More »