Jeudi , 15 avril 2021
Page d’acceuil / page 151

Archives du blog

Tunis-Kasserine : Arrestation de 5 personnes ayant fêté l’attaque terroriste de Chaâmbi

 

Le ministère de l’Intérieur a annoncé, mardi, sur sa page face book que les unités sécuritaires à Kasserine ont procédé à l’arrestation de 5 personnes accusées d’avoir fêté l’opération terroriste de Jbel Châambi la semaine dernière.

L’une des personnes arrêtées a fêté auparavant l’attaque contre le domicile du ministre de l'Intérieur Lotfi ben Jeddou.

Read More »

Echange de tirs entre des militaires et un groupe armé à Gafsa

 

Des échanges de tirs ont été enregistrés entre des militaires et des éléments appartenant à un groupe armé près de la caserne de la Cité Ennour dans la ville de Gafsa, très tard dans la soirée du lundi 21 juillet 2014.

 



Les recherches sont en cours afin de retrouver les présumés terroristes et les entrées de la ville ont été fermées à l’heure de la rédaction de ces lignes.

Read More »

Kasserine : un citoyen blessée par une balle d’origine inconnue

 

Selon notre correspondant à Kasserine, un citoyen résidant dans la région de Kamour située dans la délégation de Hassi El Farid a été blessé par une balle qui l’a touchée à l’épaule.

La famille du concerné a affirmé que son proche était victime d’un braquage, une version démentie plus tard par des sources sécuritaire. Plus de détails dans cette correspondance.

Read More »

Gafsa : échange de coups de feu entre militaires et individus armés

 

Selon notre correspondant à Gafsa, des individus inconnus ont ouvert le feu sur une caserne et un échange de coups de feu a eu lieu dans cette zone entre les forces de l’armée nationale et ces individus, sans faire de victimes ni de blessés.

Les agresseurs ont pris ensuite la fuite, alors que des unités de l’armée nationale se sont lancées à leur poursuite.

Read More »

La HAICA dément avoir été consultée la décision de fermeture de la radio « Ennour »

 

La Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) a nié avoir été consultée par la Présidence du Gouvernement concernant la décision de fermeture de la radio « Ennour » et la chaîne « Al Insan ».

 

Elle a précisé, lundi, dans un communiqué, qu’elle « n’a pas été consultée contrairement à ce qui a été mentionné dans le communiqué de la présidence du gouvernement, le 20 juillet 2014″

.

L’autorité a rappelé, dans ce contexte, qu’elle se conforme dans son action de sanctions contre tout établissement médiatique, aux dispositions du décret n°116.

 

Elle a tenu à préciser que les établissements médiatiques illégaux ont été créés avant sa naissance et que pour remédier à la situation, elle a décidé d’opter pour une démarche de régulation basée sur des procédures règlementaires, dont la mise en place de cahiers des charges.

 

A cet effet, l’instance a appelé tous les journalistes et les entreprises médiatiques à rester « extrêmement vigilants » et à « respecter les valeurs déontologiques qui sont, de nature, contre, les discours de violence et de haine ».

 

Elle prévient que « la quête du sensationnel loin de tout professionnalisme et sans respect des règles déontologiques, ouvre la porte grande ouverte à des dérapages qui pourraient menacer la crédibilité des entreprises de presse et restreindre leur rôle dans la transition démocratique ».

 

La HAICA a annoncé, par ailleurs, qu’elle a mis en ligne un calendrier, sur son site web, pourtrancher dans la situation des nouvelles institutions, relevant que tous les dossiers seront examinés d’ici fin août 2014.

 

La présidence du gouvernement avait décidé de fermer la radio « Ennour » et la chaine « Al Insan » dans le cadre d’une série de mesures visant à lutter contre le terrorisme ». Elle avait mentionné, dans un communiqué, rendu public dimanche, qu’elle avait pris cette décision de fermeture après avoir consulté la HAICA.

Read More »

Les armes utilisées lors de l’attaque de Chaambi

 

Deux attaques ont visé, avant-hier, simultanément deux camps de militaires à Chaambi, faisant un bilan de 14 morts, 23 blessés et un soldat disparu.

Une profusion d’analyses et de déclarations ont suivi cet acte pour tenter d’expliquer ou de rassure les Tunisiens. L’analyste militaire Fayçal Cherif, s’est attardé sur la nature des armes utilisées (RPG, grenades) qui sont de fabrication russe et sont entrés en Tunisie à travers la Libye.


Les lance-roquettes de type RPG peuvent viser à une distance de 1km et atteindre des cibles comme les voitures. Les groupes terroristes ont également fait usage de grenades explosives ce qui explique le feu qui s’est déclaré dans les tentes et les cadavres calcinés.


« D’autres opération sont envisageables les jours qui viennent » a déclaré Fayçal Cherif et d’ajouter qu’il valait mieux envisager le pire que ne rien envisager du tout.

Read More »

Mehdi Jomâa : “La peur n’est pas dans notre camp mais dans celui des terroristes”

 

Dans son allocution donnée dans la soirée du jeudi 17 juillet 2014 à la suite de l'attaque terroriste du Mont Chaambi qui a fait quatorze soldats morts et un disparu, le Chef du Gouvernement Mahdi Jomâa a tenu à présenter un discours rassurant aux Tunisiens et quelque peu menaçant pour les terrorirstes.

 

"Je suis solidaire avec les familles des martyrs et nous nous devons de les aider, car le terrorisme c'est le combat de tous" a-t-il déclaré.

 

Jomâa a inqiqué que cette opération est différente de ce qu'on connaissait jusque là, 40 à 60 terroristes lourdement armés : "ce ne sont plus des groupes terroristes mais une guerilla avec des objectifs particuliers, une cible particulière et toute une stratégie".

 

Le chef du gouvernement a également déclaré:" Ils ciblent la Tunisie au moment où nous sommes en train de rebatir notre économie, la veille d'une saison touristique et de la transition démocratique. Leur but vise notre style de vie, nos habitudes, mais nous ne cédrerons pas. C'est une guerre de longue haleine, qui va durer dans le temps et qui coûtera d'autres vies humaines et des sacrifices, mais nous ferons face à tout ça et nous n'avons pas peur".

 

Et d'ajouter : " Avec les organes militaires, nous sommes en train de combattre le terrorisme via une vision particulière. Nous avons commencé par combattre des foyers de terroristes partout en Tunisie. Nous travaillons de manière à sécuriser les frontières terrestres, ce n'est pas une tâche facile mais nous ferons face aux différents problèmes de contrebande, d'infiltrations...et ce, en concertation avec les pays voisins particulièrement l'Algérie. "

 

Par ailleurs, sur un ton ferme, le Premier Ministre a tenu à adresser un message menaçant aux terroristes et à tous ceux qui visent la sécurité de la Tunisie rappelant que les efforts en mantière sécuritaire on fait état de l'arrestation de plus de 1000 terroristes depuis le début de l'année, ces terroristes sont des "projets d'actes" avortés. "La peur n'est pas dans notre camp mais ce sont eux qui ont peur. Nous seront sévères envers tous ceux qui aident de près ou de loin à tout acte terroriste, qui participent par tous les moyens logistiques ou autres, et nous leur disons qu'ils seront punis !".

 

Jomâa a d'un autre côté indiqué que les services secrets étaient avisés d'actes terrorsites à venir et avaient envoyé des alertes à tous les postes concernés.

 

Un effort de concertation, et notamment des réunions qui démarreront dès ce soir, sera fait entre le gouvernement, la présidence de la république et l'assemblée nationale constituante afin de les inciter à travailler en totale collaboration. Jomâa conclut : "Nous appelons également les partis politiques à faire face tous ensemble à ce fléau qui menace notre société et nos enfants". 

Read More »

La Tunisie martyre et sa guerre globale contre le terrorisme

Notre classe politique a été en dessous des attentes hier. Alors que le terrorisme signait spectaculairement un tournant majeur dans son oeuvre de sape de notre État qui est loin encore d'être de droit, nos responsables ont brillé par leur incapacité flagrante d'être à la hauteur de leurs responsabilités.

 

Bien que commandant suprême des forces armées, le président de la République y est allé de ses couplets vides de contenus, une litanie de ce que les dirigeants arabes savent le mieux faire :  de l'incantation ! Et puis, une belle trouvaille : l'invitation des jeunes à s'enrôler dans l'armée ! Pour donner la plus belle preuve de son irresponsabilité, un personnage public ne ferait pas mieux que d'inviter ainsi ses administrés à prendre eux-mêmes leur propre sécurité. Que fait donc l'État et à quoi sert un président ?

 

Le chef du gouvernement nous parle de guerre globale contre le terrorisme. Que propose-t-il ? Aucune mesure concrète ! Des promesses, comme s'il n'était pas à la tête du gouvernement pour agir et non pour tirer des plans sur la comète.

 

Pourtant, pour être crédible, il aurait dû souhaiter — ou même annoncer  — pour  rester dans sa propre logique une mesure qu'impose la guerre globale dont il parle et qui nécessite de tout mobiliser pour lutter contre l'hydre qui étouffera le pays. Aussi, les énergies toutes et la moindre des volontés doivent être au service exclusif de cette guerre ! Aucune autre occupation ne doit détourner l'attention de cette guerre devenant prioritaire.

 

Aussi, ce que M. Jomaa aurait dit dire, c'est la nécessité absolue de suspension de l'opération électorale. De plus, raisonnablement, on ne peut organiser des élections en situation de guerre, ou alors on n'est pas en guerre ! C'est le simple bon sens qui l'impose déjà.

 

Certes, ceux qui sont intéressés par la comédie électorale qui se joue sous nos yeux dans l'indifférence générale du peuple ont vite dit que le but des terroristes était de saboter les élections; or, c'est tout à fait le contraire. Les terroristes n'ont fait que donner un argument supplémentaire aux politiciens intéressés par ces élections, cherchant à renouveler une légitimité perdue et à exercer le pouvoir avec les lois répressives de la dictature. Et ils en usent, puisqu'ils l'attendaient.

 

Ce qui est encore plus affligeant, c'est l'inertie des prétendus démocrates qui ne sont capables que des sempiternels communiqués de circonstance. Propose-t-on une action d'envergure, comme de tout faire afin de plus tarder tarder à ériger l'État de droit par la mise en oeuvre de la constitution?  Aucune !

 

Pourtant, c'est par des droits et des lois justes que la Tunisie fera le mieux face au terrorisme avec des chances sérieuses de réussite et pas autrement. Or, on voit bien que même la loi y dédiée fait l'objet d'un jeu politicien à l'Assemblée.

 

Pendant ce temps, les partis qui ont le plus contribué au développement du terrorisme dans notre pays, ne serait-ce que par une politique manichéenne inepte et attitude conciliante forcément coupable, investissent les plateaux de télévision pour nous débiter leur langue de bois vomie par le peuple. Cette fois-ci, on nous dit qu'il ne faut pas politiser le terrorisme, alors qu'on devrait avoir honte de leur politique qu'on mène et qui a abouti à faire multiplier des brigands qui terrorisent la politique.

 

Est-ce qu'on manque à ce point, dans la classe politique, de patriotes honnêtes, qui ne soient pas désintéressés du pouvoir et de ses délices et n'avoir en vue que celui de ce peuple et de ce pays qui souffrent le martyre ?

 

Qu'ils s'insurgent donc contre le conformisme ambiant, s'ils existent  ! Que la société civile leur donne l'exemple ! La Tunisie martyre est en guerre contre le terrorisme et il exige l'État de droit tout de suite. Il est nécessaire et salutaire d'arrêter toute opération inutile de nature à diviser encore plus le peuple.

 

L'heure est grave et elle est à l'union sacrée contre le terrorisme. Les élections viendront après, quand on aura triomphé du mal terroriste par son antidote suprême qui est dans des lois justes et un État de droit. Qu'on s'y applique tous unis, quelle que soit notre obédience politique ! C'est l'intérêt de la patrie qui le commande !

 

Foin de divisions; les terroristes nous divisent assez ! Unissons-nous, toutes tendances confondues si nous aimons vraiment notre patrie !  Fondons ensemble notre démocratie en érigeant notre État civil de droit qui abolira enfin l'arsenal répressif de la dictature prolongeant la vie de l'ancien régime et pourrissant nos vies, faisant la joie de nos 

Read More »