Lundi , 19 avril 2021
Page d’acceuil / page 149

Archives du blog

Tunisie : Démission du Chef d’état-major de l’armée de terre

 

Le chef d'état-major de l'armée de terre tunisienne, Mohamed Salah Hamdi a démissionné de son poste, a confirmé à Xinhua une source de la présidence tunisienne.

 

 

Fermement démentie quelques heures auparavant, cette démission vient d'être confirmée par le ministère de la Défense initialement via son porte-parole officiel, le colonel Lamjed Hammami avant un communiqué rendu public en la matière.

 


 Faisant  l'objet depuis deux jours d'une large polémique au sein de l'opinion publique tunisienne, la démission du général Hamdi a été présentée officiellement le 23 juillet 2014 au ministre de la Défense Ghazi Jéribi qui l'a avalisé conformément à la réglementation militaire tunisienne.

 


 "Présentée pour des raisons personnelles, la démission a été acceptée par le ministre de la Défense", lit-on dans le communiqué du ministère tunisien de la Défense. Le chef d'état-major démissionnaire sera remplacé temporairement par son second selon la proposition du ministre de la Défense avec l'accord conjoint du président de la République Moncef Marzouki et du chef du gouvernement Mahdi Jomaa.

 


Habilité à nommer les hauts responsables de l'institution militaire, M. Marzouki recevra prochainement des propositions de noms devant succéder au général Hamdi.

 


 Certains médias tunisiens font remarquer que cette démission survient dans une conjoncture sécuritaire assez délicate en Tunisie qui lutte contre de sérieuses menaces terroristes coûtant la vie jusqu'à présent à plus d'une dizaine de soldats et agents de l'ordre.

 


Parmi les raisons potentielles derrière la décision du chef d'état-major tunisien figurent, selon des sources locales, l'absence de coordination entre certains départements de l'institution militaire, des erreurs stratégiques commises par l'armée dans sa lutte contre les groupes extrémistes armés particulièrement un flagrant retard observé lors des opérations de secours en cas d'attentats terroristes.

 


Dans ce sens, la radio privée tunisienne Mosaïque Fm a évoqué l'hypothèse du manque de coordination entre l'armée de terre et l'aviation. Cette coordination "a montré ses limites notamment lors de la récente opération effectuée à la montagne Semmama (centre-ouest) puisque les raids menés par nos bombardiers ont fait des blessés dans les rangs des terroristes mais le retard accusé par l'opération terrestre a permis aux ennemis de limiter les dégâts et de se retirer de la zone", précise la même source. 


Read More »

Après le démenti, le ministère de la Défense affirme la démission du Général Mohamed Salah Hamdi

 

Le porte-parole du ministère de la Défense Rchid Bouhoula a assuré mercredi 30 juillet 2013, que le ministère a approuvé la démission du Chef d'état-major de l'armée de terre, le Général Mohamed Salah Hamdi. Le général sera en poste jusqu’à son remplacement.

 

Dans une déclaration à Shems FM, Rchid Bouhoula a indiqué que le Général Mohamed Salah Hamdi a présenté sa démission le 23 juillet 2014 pour des raisons personnelles.

 

Notons que dans un communiqué publié par l’agence TAP, le ministère de la Défense a démenti ce matin la démission de Mohamed Salah Hamdi.

Read More »

Kasserine : Des tirs nourris contre un hélicoptère de l’armée

 

Un hélicoptère de l'armée nationale, qui survolait la zone aérienne du Mont Semmama, a été pris pour cible ce mardi en début d'après-midi par des tirs de mitrailleuse lourde tirés par un groupe de terroristes positionné sur la montagne. 


Un soldat de l'armée et un agent de la garde nationale qui ont été touchés, indique notre correspondant précisant que les deux hommes ont été légèrement blessés.

 


Les forces mixtes, militaires et sécuritaires, ont riposté à ces tirs sans résultats. Les éléments terroristes ont réussi à semer les forces militaires et à  se volatiliser dans les bois.

Read More »

Un groupe terroriste tire sur un hélico de l’armée à Kasserine

 

Un hélicoptère de l’armée nationale effectuant une opération de ratissage au dessus de Jebel Samama, à Kasserine (centre-ouest), a essuyé les tirs d’un groupe terroriste.

 

Selon ExpressFM, qui a rapporté l’infomation, l’attaque a eu lieu aujourd’hui, mardi 29 juillet 2014, en début de l’après-midi, et elle a fait des blessés parmi les agents de l’armée et de la garde nationale. Ils ont été transférés à l’hôpital régional pour les premiers soins.

 

La radio ajoute que l’échange de tirs a fait des morts parmi les terroristes.

Read More »

Kasserine: Arrestation d’un homme en possession d’armes et d’uniformes militaires

 

Les unités sécuritaires de Kasserine ont procédé, ce lundi 28 juillet 2014, suite à une descente armée, à l’arrestation d’un homme  cachant dans sa maison, à Sbeitla, plusieurs fusils de chasse, deux pistolets de fabrication italienne, des jumelles, des balles ainsi que des uniformes militaires.

 

Il a également été saisi une somme d’argent, des appareils photos et des magazines, en langue française, spécialisés en armes à feu.

 

« Cette descente a eu lieu suite à une plainte reçue de la part d’un citoyen qui dit avoir été menacé de mort avec un pistolet par l’un des habitants de la région » déclare Riadh Banani, chef de la cellule chargée des enquêtes judiciaires au sein de la Garde nationale, sur les ondes de Shems Fm.

 

M. Banani ajoute qu’au moment de l’opération, un autre complice a réussi à prendre la fuite. « Les recherches sont, actuellement en cours dans les environs pour arrêter le deuxième élément » rassure-t-il.

 

Read More »

Le colonel-major à la retraite MOKHTAR BEN NASR :Accélérer «l’occupation» du mont Chaâmbi

 

… Unifier les directions politique et sécuritaire

Le colonel major à la retraite Mokhtar Ben Nasr, membre du Centre tunisien des études de la sécurité globale, a appelé l’autorité de  tutelle à «accélérer l’occupation du mont Châambi, dominer ses issues et unifier les directions politique et sécuritaire, afin de combattre le terrorisme et de traiter, sérieusement, ce fléau».

Au cours d’une soirée ramadanesque organisée par l’association culturelle des agents de Tunisair, vendredi soir, dans ses locaux, à la Soukra (gouvernorat de l’Ariana) autour de la question du «terrorisme, de la frayeur et la mobilisation, à l’indifférence et l’insouciance», Ben Nasr a souligné que «l’irrespect des principes de la guerre et la lutte contre le terrorisme a conduit à l’amplification de la vague terroriste et son élargissement à plus d’une zone».

Le conférencier considère, dans ce sens, que «les hésitations politiques pour la prise des décisions, l’échec dans la délimitation de l’objectif, avec précision, la dispersion des efforts sécuritaires et militaires, ainsi que l’absence d’initiative et de vision prospective, dans la lutte contre le terrorisme sont parmi les facteurs qui avaient aidé à la propagation du fléau». Dans ce contexte, il a appelé à «la révision de la loi sur la conscription militaire et la fusion de la garde nationale avec l’armée, parce que la coopération entre ces deux institutions peut être plus efficace», évoquant, dans ce sens, l’importance «de l’adaptation des unités sécuritaires et militaires et leur mise sous le contrôle  démocratique et de la neutralité politique». La conférence a, en outre, permis de passer en revue les différents volets historiques, religieux, juridiques, politiques et sécuritaires, du phénomène du terrorisme. A ce propos, Slim Ben Abdesselam, membre de l’Assemblée nationale constituante (ANC) a souligné qu’il «n’y a pas de vide juridique dans le domaine du traitement du  terrorisme, comme on veut le faire croire, surtout qu’il y a la loi de 2003 sur le terrorisme». Il a considéré que «le nouveau projet de loi relatif au terrorisme présenté à l’ANC ne contient pas une position claire du gouvernement à son propos, mais qu’il est digne d’intérêt, surtout pour les articles qui s’en réfèrent, notamment l’interdiction de la torture, le procès équitable, le secret des témoignages et la période de  garde à vue».

Pour sa part, l’expert en droit constitutionnel, Jawhar Ben Mbarek, a indiqué que «le terrorisme en Tunisie n’est pas un phénomène importé, mais qu’il est purement tunisien dont les héros sont des Tunisiens de différents niveaux d’instruction et catégories sociales. Ces derniers œuvrent à l’instauration d’un mode de vie différent, dans la société tunisienne, ce qui prouve la gravité de la  situation qui nécessite une intervention d’urgence pour le traitement du phénomène du terrorisme à la racine».

De son côté, le penseur Youssef Seddik a évoqué, dans une intervention succincte, la question du terrorisme, d’un point de vue sociologique et philosophique. Il a appelé à la réévaluation de la relation entre le Tunisien et la religion islamique, le changement des méthodes  d’enseignement et d’éducation, en vue de l’instauration d’un système opposé à ce qui est véhiculé par les courants extrémistes.

Read More »

Deux soldats tunisiens tués dans un échange de tirs avec un groupe “terroriste”

 

Dix jours après une attaque dans laquelle 15 militaires ont trouvé la mort, deux soldats tunisiens ont été tués et quatre ont été blessés samedi dans un échange de tirs entre des « terroristes » et une patrouille militaire à Ghar el-Tine (nord-ouest), à 4 km de la frontière tuniso-algérienne près de Sakiet Sidi Youssef. Deux véhicules de l’armée de type Hummer avaient été brûlés dans les affrontements. 

 

 

Ces nouvelles violences interviennent dix jours après un assaut contre deux postes de l’armée sur le mont Chaambi (centre-ouest), également non loin de la frontière algérienne, au cours duquel 15 soldats tunisiens avaient été tués, la pire attaque de l’histoire de l’armée tunisienne. 

 

 

La Tunisie est confrontée depuis la révolution de 2011 à un essor de la mouvance jihadiste. Une cinquantaine de militaires, policiers et gendarmes ont été tués dans des attaques impliquant des groupes armés depuis 2011.  Mi-juin, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué pour la première fois de récentes attaques dans le pays, notamment un assaut contre le domicile du ministre de l’Intérieur qui avait fait quatre morts parmi les forces de l’ordre fin mai.

 

 

Le mois de juillet 2014 a été particulièrement meurtrier pour l’armée, qui a aussi perdu le 2 juillet quatre de ses éléments dans l’explosion d’une mine sur le Jebel Ouergha, dans la région du Kef (nord-ouest).  Vendredi, les dirigeants tunisiens se sont de nouveau engagés à « vaincre le terrorisme ».

 

 

« La bataille contre le terrorisme en est à ses débuts et il faut que nous nous y préparions par davantage d’union nationale. Le chemin sera peut-être long », a déclaré le président de l’Assemblée constituante, Mustapha Ben Jaafar, lors d’une séance plénière marquant le 57e anniversaire de la proclamation de la République tunisienne. 

 

 

Après l’attaque du 16 juillet, le gouvernement a annoncé des « mesures d’urgence », comme la fermeture de mosquées tombées aux mains de radicaux et de médias devenus « des espaces pour l’appel au jihad ». Samedi, le ministère de l’Intérieur a en outre annoncé dans un communiqué avoir arrêté Seifeddine Erraïs, le porte-parole d’Ansar Asharia, une organisation salafiste jihadiste interdite et classée terroriste en Tunisie, en l’accusant notamment d’être impliqué dans des réseaux cherchant à envoyer des combattants en Syrie.   

Read More »

Tunisie:deux soldats tués à Sakiet Sidi Youssef

 

Deux soldats tunisiens ont été tués par des militants islamistes qui ont attaqué un point de contrôle militaire dans la région du Kef, près de la frontière algérienne, rapportent samedi les autorités.
Il s'agit de la deuxième attaque de ce type en moins de deux semaines.

 


"Deux soldats ont été tués dans une confrontation entre une patrouille militaire et un groupe terroriste, à Sakiet Sidi Youssef, dans le Kef", a déclaré Lamjed Hammami, porte-parole de l'armée.

 


La télévision tunisienne fait aussi état de trois blessés parmi les militaires.

 


Il y a dix jours, quinze soldats ont été tués et une vingtaine d'autres blessés par des hommes armés près de la frontière algérienne, dans la région du mont Chaambi où l'armée mène depuis avril une opération contre des extrémistes islamistes.

Read More »