Mercredi , 27 mai 2020

Archives du blog

L’Algérie conseille à la Tunisie d’accroître la surveillance électronique

D’après une information publiée par Mosaïque FM le 10 juin, les services de sécurité algériens ont décidé d’augmenter le niveau de surveillance des éléments soupçonnés d’appartenir au courant djihadiste pour y inclure la surveillance d’internet. Cette décision fait suite à des informations selon lesquelles Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) planifierait des attentats en Algérie et en Tunisie dans le but d’alléger le blocus sur les terroristes cernés entre l’ouest de la Tunisie et l’est de l’Algérie. Ce blocus aurait poussé les terroristes à privilégier les messages électroniques et les réseaux sociaux comme moyens de communication entre eux, ce qui justifie l’accroissement de la surveillance sur internet. Les autorités algériennes ont invité leurs vis-à-vis tunisiens à raffermir la surveillance électronique des éléments suspects afin de contrecarrer toute volonté ou plan de perpétrer des attentats en Tunisie.

Read More »

L’armée algérienne soupçonne les terroristes de se déplacer sous la couverture de contrebandiers

Les terroristes tenteraient de se faufiler à travers les frontières tuniso-algériennes, sous la couverture de contrebandiers, selon des informations recueillies par les services de sécurité algériens. Ainsi et en réaction, l’armée algérienne a décidé de mettre en place des tours de surveillance dans les régions montagneuses algériennes du Sud de Khenchela, ainsi qu’à d’autres endroits que les contrebandiers sont habitués à emprunter, selon une source sécuritaire rapportée par le journal algérien El Khabar dans son édition du lundi 10 juin. Ainsi et en prévention, les services de sécurité algériens ont mis ces contrebandiers sous surveillance, en mettant en place des barrages sécuritaires composés de soldats algériens, empêchant ces contrebandiers cachant des terroristes de passer de la Tunisie à l’Algérie ou de l’Algérie vers la Tunisie.

Read More »

Instauration de 20 zones militaires entre la Tunisie et l’Algérie

Dans son édition du 9 juin, le journal algérien « Al Khabar » annonce la mise en place de 20 zones militaires le long des frontières tuniso-algériennes. Cette décision aurait été prise en concertation avec les autorités tunisiennes. Le journal annonce également la création d’une commission de coordination entre l'armée tunisienne et l'armée algérienne pour combattre le terrorisme et la contrebande. Les zones militaires sont des parties du territoire interdites aux civils, à moins que l'accès n'y soit autorisé par les responsables militaires de la zone. Ce procédé a fait ses preuves lors du bouclage des frontières de l’Algérie avec la Libye et le Mali.

Read More »

La situation sécuritaire est «stable» à la frontière algéro-tunisienne, selon le ministre algérien de l’Intérieur

La situation sécuritaire à la frontière algéro-tunisienne est «stable», selon une déclaration du ministre algérien de l’Intérieur et des collectivités locales, Daho Ould Kablia, à la presse en marge de l’inauguration de la 46ème Foire internationale d’Alger (FIA) mercredi 29 2013 et rapporté par l’agence de presse algérienne APS. M. Ould Kablia a révélé l’existence d’une coordination et d’un échange d’informations entre les deux pays dans le domaine sécuritaire. Il a, également, précisé qu’il a été convenu avec les hauts responsables de la sécurité tunisienne, lors de leurs dernières visites en Algérie, «de procéder à un échange d’informations et de surveiller conjointement» la frontière entre les deux pays.

Read More »

Coopération — Police: Don allemand de trois laboratoires mobiles

Le gouvernement allemand vient d’accorder un don de trois laboratoires mobiles à la police technique et scientifique relevant du ministère de l’Intérieur tunisien. «Les trois véhicules dont le coût s’élève à environ 140 mille euros, soit l’équivalent de 280 mille dinars, sont équipés de tous les moyens permettant d’identifier les empreintes et de prélever l’ADN sur la scène du crime», a déclaré, à l’agence TAP, Jorg Ziercke, président de l’Office fédéral de la police criminelle. Lors de la cérémonie de remise du don organisée devant le siège du ministère de l’Intérieur, à Tunis, en présence de l’ambassadeur d’Allemagne en Tunisie, Jens Plotner, Jorg Ziercke a fait savoir qu’une session de formation au profit des agents de la police technique et scientifique démarrera, au cours de cette semaine, et sera assurée par des experts allemands. Pour sa part, Ridha Berrabeh, directeur général des relations extérieures et de la coopération technique au ministère de l’Intérieur, a souligné que ce don, qui intervient dans le cadre de la coopération tuniso-allemande dans le domaine de la sécurité, est un acquis pour la Tunisie et pour la police technique et scientifique. «Nous n’avions aucun laboratoire mobile de ce genre qui puisse nous permettre d’identifier les empreintes et l’ADN sur la scène du crime», a-t-il signalé à l’agence TAP, faisant remarquer que le gouvernement allemand a exprimé sa disposition à octroyer à la Tunisie d’autres aides logistiques pour garantir la réforme et la modernisation du secteur de la sécurité.

Read More »

Le ministre tunisien de la Défense reçu au Pentagone

Le ministre tunisien de la Défense, Rachid Sabbagh, a rencontré son homologue américain, Chuck Hagel au pentagone le 29 mai selon Mosaïque FM. La rencontre entre le ministre de la Défense et le secrétaire américain à la Défense a porté sur le développement de la coopération militaire tuniso-américaine. Chuck Hagel s’est dit « satisfait de la coopération militaire entre les deux pays et a insisté sur le besoin de coopérer à la lumière des intérêts communs et des problèmes de sécurité dans la région ».

Read More »

Trois Tunisiens arrêtés sur le sol algérien

Le journal algérien « Annasr » a annoncé, dans son édition du 27 mai, l’arrestation, dans la wilaya d’El Tarf, de trois Tunisiens ayant tenté de pénétrer illégalement dans le territoire algérien. Les trois personnes arrêtées étaient sous le coup d’un mandat d’arrêt en Tunisie et d’une interdiction de quitter le territoire. D’après le journal algérien, les trois personnes, dont un étudiant, ont utilisé des passeports falsifiés et ont tenté de changer leurs apparences ainsi que leurs identités. Ces personnes sont soupçonnées d’appartenir à l’organisation « Ansar Chariâa » et sont recherchées par les autorités tunisiennes à la suite des événements du 19 mai à la cité Ettadhamen et à Kairouan. Les trois tunisiens ont utilisé deux voitures dans leur tentative.

Read More »

Une délégation de la Garde nationale tunisienne à Alger «pour une coordination accrue sur le terrain»

Une délégation de la Garde nationale tunisienne conduite par le général Mountassir Essakouhi, commandant de la Garde tunisienne s’est rendue, jeudi 23 mai 2013, à Alger, selon l’agence de presse algérienne APS. L’audience s’est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de l’Intérieur algérien, Abdelkader Ouali, du commandant de la Gendarmerie nationale algérienne, le général-major Ahmed Bousteila, et du directeur général de la Sûreté nationale algérienne (DGSN) le général-major Abdelghani Hamel. La délégation tunisienne a été reçue par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia. Elle a effectué, également, des visites aux organes de formation et aux différentes structures opérationnelles et spécialisées de la Gendarmerie et de la Sûreté algérienne. Elle avait été reçue, auparavant et séparément, par le commandant de la Gendarmerie nationale algérienne et le directeur général de la Sûreté nationale algérienne (DGSN). Elle a, ainsi, reçu des explications sur les missions de la DGSN et les différentes missions sécuritaires de proximité. Elle a visité plusieurs structures de la Sûreté nationale dont la salle de coordination et des opérations à la cité des sciences d’Alger et les sièges de la direction des Unités républicaines de sécurité (URS) et de l’Unité aérienne de la Sûreté nationale. Elle s’était enquise également des mécanismes d’utilisation des moyens techniques et modernes et de l’expertise et du professionnalisme de la police algérienne en matière de lutte et de prévention contre le crime. A l’issue de sa rencontre avec le général major Abdelghani Hamel (DGSN), le général tunisien Essakouhi, a affirmé que sa rencontre a porté sur «la coopération et la concertation pour une coordination accrue sur le terrain en vue d’établir la sécurité et la stabilité qui sont cruciales». «Nous sommes tenus de réaliser la sécurité pour laquelle nous devons nous sacrifier», a-t-il indiqué, ajoutant que sa visite en Algérie intervient dans le cadre de la coopération entre les deux pays «pour asseoir un climat de sécurité et de paix sociale dans nos deux Etats». «La situation que traverse la région est difficile à tous points de vue», a-t-il poursuivi, rappelant la situation qui prévaut au Mali et en Libye et «les défis imposés par la géographie qui caractérise l’Algérie et la Tunisie». Pour sa part le général major Hamel a précisé que «toutes les questions importantes ont été abordées, notamment celles ayant trait à la formation et la coopération sur le terrain».

Read More »

Sécurité : Coopération tuniso-algérienne pour combattre le terrorisme

La Tunisie, qui fait face à la montée de groupes extrémistes religieux, cherche à s'inspirer de l'expérience algérienne dans ce domaine, ce pays étant confronté à ce problème depuis plus de 20 ans. Le directeur général de la garde nationale tunisienne, le général El Mountassir Essakouhi, accompagné d'une délégation, ont effectué, mercredi, une visite officielle à l'Ecole de police judiciaire de la gendarmerie nationale algérienne de Zeralda, près d'Alger. Ils ont également été reçus, jeudi, par le directeur général de la Sûreté nationale (Dgsn), le général major Abdelghani Hamel. La rencontre a porté sur la coordination sur le terrain entre les deux pays pour accomplir différentes missions sécuritaires, dans le but d'«installer un climat de sécurité et de paix sociale dans nos deux Etats», explique le général Essakouhi, par allusion aux explosions de mines à Jebel Châmbi, région montagneuse frontalière entre la Tunisie et l'Algérie, où est replié, depuis décembre 2012,un groupe de salafistes jihadistes proches d'Al-Qaïda. Le général major Hamel a souligné à son tour «l'importance de cette coopération afin de garantir la sécurité dans les deux pays, voisins et amis».

Read More »

Droits de l’Homme et justice transitionnelle-Un coup d’accélérateur

MM. Samir Dilou et Arnold Luethold, respectivement ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle, du côté tunisien, et directeur des opérations Afrique et Moyen-Orient, du côté du Centre pour le contrôle démocratique des forces armées, à Genève (Dcaf), ont procédé, hier matin, au Bardo, à la signature d’un protocole d’accord bilatéral, dans l’objectif de renforcer la bonne gouvernance en matière de sécurité en Tunisie, à travers la promotion des droits de l’Homme et le respect de ces valeurs notamment dans les établissements pénitentiaires et de réhabilitation. Un coup d’accélérateur donné au processus de la justice transitionnelle qui ne cesse de traîner et continuer à lancer des promesses à tort et à raison. Cela aidera à réussir la transition démocratique et contribuer à la réforme du dispositif sécuritaire, conformément aux principes des droits de l’Homme, dans leur acception la plus large. Il s’agit d’un protocole de coopération en vertu duquel «seront renforcées les capacités des instances de gestion et de contrôle de la sécurité et de la justice dans le pays, y compris les autorités en charge de la protection des droits de l’Homme des personnes privées de liberté». Il servira à apporter un appui politique, institutionnel et technique au ministère signataire, à travers le réseau d’expertise dont dispose le centre de Genève auprès de ses Etats membres, tels que la Tunisie, mais aussi à l’égard des organisations internationales partenaires. Il vise, également à renforcer l’accès des citoyens aux mécanismes de plainte dans le domaine des droits de l’Homme, tout en soutenant le ministère concerné pour la mise en œuvre et le suivi des réformes nécessaires en matière de justice transitionnelle. Ce qui revient à réduire autant que possible les récidives et éviter les atteintes aux droits de l’Homme. Au concret, les deux parties s’accordent à mettre en pratique un plan d’action commun qui doit se traduire dans une stratégie de communication interactive, de formation des ressources humaines et de concertation bilatérale sur les sujets d’intérêts communs. «D’ailleurs, ce n’est pas le premier accord depuis la révolution. Ce dernier en date a énormément d’importance, dans la mesure où nous devons, tous deux, coordonner les efforts pour que le respect des droits de l’Homme se fasse dans la durée…», s’est ainsi prononcé le représentant du centre de Genève au terme de la cérémonie. «Ce n’est pas l’acte de signature qui compte, mais plutôt le sens de l’engagement à faire respecter les valeurs des droits de l’Homme qui l’emporte», a-t-il conclu. M. Dilou a constaté qu’il y aura beaucoup à faire et que cette question relève d’un parcours de longue haleine. Certes, la volonté des Tunisiens s’est révélée être en mesure de changer la réalité, a-t-il encore indiqué, soulignant qu’il existe d’autres champs de coopération, où l’on pourrait améliorer la situation des droits de l’Homme en Tunisie. Pour finir, M. Dilou s’est montré engagé pour toute œuvre de réforme, en dépit des défis auxquels s’est confronté le pays. «La révolution n’aura pas de sens, si elle n’arrive pas à réaliser la démocratie…», déduit-il.

Read More »