samedi , 28 janvier 2023
Home / page 115

Blog Archives

La présidence de la République réagit aux attentats de Sousse et de Monastir

 

La présidence de la République a réagit, à travers un communiqué publié aujourd’hui 30 octobre 2013, aux deux tentatives d'attentats ayant eu lieu le matin même à Sousse et à Monastir.

 

La présidence de la République déclare que le conseil sécuritaire tenu le 25 octobre 2013 avait dressé une stratégie complète pour contrer toute « action terroriste » et c’est ce qui a permis aux unités de la police et de l’armée d’affronter ces menaces avec une grande efficacité.

 

La présidence de la République invite tous les citoyens à collaborer avec les appareils sécuritaires dans leurs efforts pour contrer la menace terroriste en rapportant tout événement suspect et en donnant toute information pour atteindre une efficacité maximale dans la lutte contre le terrorisme.

 

La présidence de la République assure que ces opérations et les menaces qui entourent le pays ne réussiront pas à affaiblir l’effort national pour faire réussir le processus transitionnel. La présidence a également réitéré sa confiance aux unités de la sécurité intérieure et de l’armée pour gagner cette bataille.

Sami Sik Salem premier conseiller auprès du président de la République

 

Le président de la république a décidé de nommer Sami Sik Salem premier conseiller auprès du président de la république chargé des affaires sécuritaires et ce conformément à la décision présidentielle datée du 28 septembre 2013.Autre nomination, celle de Taoufik Guesmi comme conseiller auprès du président de la République chargé de la direction générale de la sécurité présidentielle et des personnalités officielles.

L’origine de la fuite du document de la CIA concernant l’assassinat de Brahmi est désormais connue

 

Dans une déclaration accordée à radio Jawhara FM, le porte-parole de la présidence de la République, Adnane Mansar est revenu, en ce lundi 30 septembre, sur l’affaire du document de la CIA divulgué par l’IRVA et alertant sur l’assassinat de Mohamed Brahmi.

 

Adnane Mansar a indiqué que l'inspection générale du ministère de l'Intérieur a réussi à connaître l'origine de la fuite dudit document, ajoutant qu’elle a, de même, établi un rapport quant aux raisons de l'absence prise des mesures nécessaires pour protéger Mohamed Brahmi qui était visé selon le document de la CIA.A noter que M. Mansar avoue qu'il s'agit là d'informations personnelles et que le ministère pourrait présenter, ultérieurement, à l'opinion publique.

L’état d’urgence prolongé de trois mois à partir du 3 juillet

Selon une déclaration de la présidence de la République, lundi 8 juillet 2013, l’état d’urgence a été prolongé de trois mois à partir du 3 juillet courant. Une décision qui fait suite à des propositions de responsables militaires et sécuritaires et après concertation avec Ali Laârayedh, chef du gouvernement, et Mustapha Ben Jaâfar, président de l’ANC, rapporte l’agence TAP qui ajoute que cette disposition intervient dans un contexte d’amélioration de la situation sécuritaire dans le pays.

Lecture critique du décret n°97/2011 relatif aux martyrs et blessés de la révolution

Le décret n°97/2011 du 24 octobre 2011 relatif à l’indemnisation des Martyrs de la révolution et de ses blessés tel que modifié et complété par le projet de loi présenté par le Chef du gouvernement : traduction de l’arabe au français et commentaires. Dans le nouveau projet de loi La dénomination « Premier Ministre » dans le décret est remplacée par « Chef du gouvernement » et la dénomination «  Commission des martyrs de la révolution » est remplacée par « Commission des martyrs de la révolution et ses blessés »

Université de la Manouba – Retrait du drapeau national : Marzouki réagit

 

La présidence de la République a dénoncé l’acte perpétré, mercredi matin, à la faculté des Lettres de La Manouba, par des étudiants salafistes et consistant à « retirer le drapeau national du haut de l’édifice qui se trouve à l’entrée de l’établissement universitaire », le qualifiant d’atteinte à l’un des principaux symboles de la nation, à savoir l’Université », de même qu’il représente « un acte lâche et condamnable, et un crime à l’encontre de la patrie et des martyrs. »

 

 

Le communiqué rendu public par le porte-parole officiel de la présidence de la République considère, également, « la profanation du drapeau national, comme étant une agression contre l’un des symboles de la conscience nationale collective pour lequel tant de Tunisiens ont sacrifié leur vie, au fil de la lutte commune contre la colonisation et la tyrannie. »

 

 

Le président de la République exhorte, dans ce même communiqué, les autorités sécuritaires et judiciaires à traiter cet incident et les actes similaires « avec le maximum de rigueur et de force afin que nul ne s’aventure dorénavant à porter atteinte au drapeau national. »

 

 

Il convient de rappeler qu’un grand nombre d’étudiants de la faculté des Lettres de La Manouba ainsi que des éléments extérieurs de l’établissement universitaire appartenant au courant salafiste se sont rassemblés devant l’entrée principale de la faculté, brandissant des drapeaux noirs sur lesquels étaient inscrits « Il n’est point d’autre Dieu que Dieu ».

 

 

Ces individus ont, d’autre part, scandé différents slogans exigeant l’autorisation aux étudiantes portant le niqab d’assister aux cours. Certains parmi ces étudiants ont retiré le drapeau de la Tunisie de l’entrée principale de la faculté pour lui substituer un drapeau noir, et ce durant presque une heure.

Moncef Marzouki, élu président de la république

 

L’Assemblée nationale constituante, réunie lundi après-midi en séance plénière a élu Moncef Marzouki, président de la république par 153 voix contre 44 votes blancs, 2 abstentions et deux voix contre pour un total de 202 votants. Conformément à l’article 10 de la loi constitutive portant organisation provisoire des pouvoirs publics, le vote s’est fait à bulletin secret. Sur les dix candidats qui s’étaient présentés, seul le Dr Marzouki, candidat de la troika, répondait  aux conditions requises alors que les autres n'avaient pas recueilli les 15 signatures nécessaires (pour 8 candidats) ni atteint l'âge minimum, 35 ans, pour le neuvième. L'opposition n'avait pas présenté de candidat et avait appelé à voter blanc qui consiste à déposer dans l'urne des bulletins blancs.

 

 

 Aussitôt les résultats du vote annoncés, il est félicité par les membres de son parti puis par ses partenaires de la coalition. On entonne en chœur l’hymne national puis le silence s’installe dans la salle. Emu, le nouveau président monte à la tribune et  fait une courte déclaration : « je perçois à travers ce vote, un message de soutien, mais un autre de mise en garde. Le premier émane de tous ceux qui m’ont accordé leurs voix et le second de ceux qui se sont abstenus, comme pour me signaler qu’ils seront vigilants, qu’ils vont me superviser en permanence lors de l’accomplissement de mon mandat, jugeant chacun de mes actes. Je tiens à les remercier et à leur dire que c’est cela la véritable démocratie et que leur message m’est bien parvenu». 

 

 

Il rejoint son bureau pour en ressortir quelques minutes plus tard, toujours sans cravate. il est assailli par les journalistes. C’est la grande  cohue. Le service  d’ordre essaie de lui frayer la voie. Devant une forêt de micros, il fait une courte déclaration : «Deux grands moments m’ont marqué au cours de ma vie, la naissance de mes deux filles, Nadia et Mariam et mon élection à la présidence de la république». A sa sortie, des you you fusent, couverts par un concert de Klaxons. Son escorte l’attend. Direction : Sousse où il réside toujours.     

 



Le nouveau président prêtera serment mardi dans la matinée au cours d'une séance plénière de l'ANC et prononcera un discours avant de se rendre en compagnie du président de l'Assemblée au palais de Carthage où aura lieu la cérémonie de passation de pouvoir. Auparavant, il devra présenter sa démission du CPR conformement à l'article 9 de la loi constitutive portant organisation provisoire des pouvoirs publics.

14 janvier 2011 à Tunis : le jour où Ben Ali est tombé

 

 

Si le 14 janvier 2011 reste dans les mémoires comme le jour qui a fait basculer le monde arabe dans un processus révolutionnaire historique, les Tunisiens étaient encore loin de connaître tous les détails qui ont conduit au départ de l’ex-président Ben Ali. Dans un article publié le 10 août 2011, Mediapart révélait déjà les grandes lignes de ce qu’il s’est véritablement passé le 14 janvier 2011 à Tunis. Beaucoup de zones d’ombre subsistaient, notamment sur les rôles joués par des personnages clés, comme le général Rachid Ammar, ou l’ancien ministre de la défense, Ridha Grira.

 

 

Mediapart a pu prendre connaissance du dossier d’instruction émanant du tribunal militaire, qui a repris également une partie des auditions menées par la justice civile (dont celle de l’ancien directeur de la sécurité présidentielle impliqué dans une tentative de coup d’Etat, Ali Seriati). Ces documents, établis grâce aux auditions de plusieurs dizaines de personnes, confirment les révélations de notre article du 8 août. Si le dossier contient plus de 1.200 pages, nous en avons extrait la partie qui nous a semblé la plus significative pour retracer aujourd’hui un nouveau récit, plus précis et plus détaillé, de la journée.

 

 

Outre leur importance historique, l’existence de tels documents nous amène également à nous interroger sur les intentions de la justice tunisienne, et du général Marouane Bouguerra, à la tête du tribunal militaire : pourquoi, alors que la plupart des auditions ont eu lieu de mars à juin 2011, aucun procès, aucune action en justice relative à cette journée, n’a pour l’heure été officiellement diligenté ?

 

 

Page de garde du dossier d'instruction de la justice militaire tunisienne © Mediapart

 

 

Les pages sélectionnées par Mediapart concernent les écoutes téléphoniques et les auditions de dix-sept personnalités.

 

 

Voici donc le récit de cette journée, tel que nous avons pu le reconstituer, raconté par les acteurs eux-mêmes via les retranscriptions de l’enquêteur tunisien. Au matin, un bilan de 28 morts annoncé à Ben Ali Matinée du 14 janvier, au Palais présidentiel Ali Seriati (extrait de son audition ci-dessous) appelle le président Ben Ali :

 

 

«Vingt-huit personnes ont été tuées dans les dernières 24 heures, dont deux à Tunis centre et six au Kram (situé à trois kilomètres du palais), plusieurs armes ont été dérobées dans les postes de police. De plus, le service des renseignements du palais m’a fait parvenir un rapport annonçant que certains internautes avaient préparé des manifestations sur l’avenue Habib-Bourguiba demandant la chute du régime ; J’ai d’ores et déjà fait parvenir ce document au directeur de la sûreté nationale et au chef d’état-major de l’armée de terre. Cette journée sera d’autant plus difficile qu’elle coïncidera avec les funérailles qui auront lieu au début de cet après-midi.Le président m’a alors ordonné de ne pas divulguer le nombre de morts et de donner 5000 dinars par famille de victime afin de

 

 

calmer les esprits», raconte-t-il lors de son audition.

 

 

Audition d'Ali Seriati © Mediapart

 

 

14 heures, début de l’opération de la BAT (Brigade anti-terrorisme) (Auditions de Samir Tarhouni et Hafedh El Ouni, documents ci-dessous; notre précédent article, «Ce qu’il s’est vraiment passé le 14 janvier à Tunis») Les manifestants affluent vers le quartier général des unités d’intervention (dont la BAT) à Bouchoucha, près de Tunis. Le commissariat du quartier voisin vient d’être incendié, les manifestants se dirigent vers la maison d’arrêt voisine de haute sécurité. De son quartier général, le colonel Samir Tarhouni (colonel de la Brigade antiterroriste dont l’audition peut être consultée ici), en état d’alerte maximale, suit les événements via sa radio HF, le réseau interne du ministère de l’intérieur. Il entend que des manifestants se rapprochent désormais de l’aéroport de Tunis-Carthage. S’inquiétant pour son épouse, aiguilleur du ciel et travaillant ce jour-là à la tour de contrôle de l’aéroport, Samir Tarhouni décide d’appeler un ancien collègue, l’adjudant Hafedh El Ouni (agent de police de la sécurité des vols, également auditionné), qui travaille aussi à l’aéroport:

 

 

Samir Tarhouni : « Allo Hafedh, j’ai entendu dire qu’il y avait du grabuge à l’aéroport ?»

 

 

Hafedh El Ouni : « Non, il n’y a rien de grave. Par contre, la famille présidentielle est regroupée dans le salon d’honneur, et ils vont s’en aller. J’ai même appris que Belhassen (Trabelsi, le frère de la femme du président Ben Ali) allait les rejoindre.»

 

 

Samir Tarhouni : «Comment ? Ils s’en vont en ce moment même, alors que la Tunisie est à feu et à sang ?»

 

 

Hafedh El Ouni : « Oui, ils sont en train de se rassembler, je ne comprends pas exactement. »

 

 

Samir Tarhouni : « Hafedh, fais très attention : retiens-les, je peux compter sur toi ? J’arrive tout de suite ! »

 

 

Il raccroche, rassemble onze de ses hommes et se dirige vers l’aéroport de Tunis-Carthage.

 

 

14 h 25, début de l’opération de la BAT.

 

 

Le détail de la version du colonel Tarhouni, confirmé par les auditions de la justice militaire tunisienne, a déjà été publié par Mediapart, dans l’article «Ce qu’il s’est vraiment passé le 14 janvier à Tunis». Extraits de cet article :

 

 

«Un premier groupe de douze hommes, le colonel Samir Tarhouni et un de ses capitaines à leur tête, quittent Bouchoucha, pour l’aéroport de Tunis-Carthage. Sur la route, le colonel appelle sa femme, détachée à la tour de contrôle de l’aéroport. Il lui demande de bloquer tous les appareils sur le tarmac. Elle hésite, puis lui répond qu’elle ne peut les retarder que de 15 minutes… À 14h35, le groupe de la BAT est reçu par les agents de police de l’aéroport, très étonnés de sa présence. À la question du colonel, qui leur demandait où se trouvaient les Trabelsi, le directeur de la sûreté de l’aéroport, Zouheir Bayéti, répond qu’ils sont dans le salon d’honneur, qu’ils s’apprêtent à quitter pour monter à bord de l’avion.»

 

 

La Tunisie en état de siège

 

 

15 heures, l’état de siège est décrété, Ridha Grira devient l’homme le plus puissant du pays après le président Ben Ali.

 

 

Le niveau 3 d’alerte a été décrété, la Tunisie se trouve sous le coup de la loi martiale. Ridha Grira, en tant que ministre de la défense, au-dessus de tous les généraux de l’armée, devient légalement et en pratique l’homme le plus puissant du pays après Ben Ali. Ce qu’il fait remarquer à Rachid Ammar par téléphone (son audition peut être consultée ici):

 

 

“C’est maintenant moi le seul qui donne les instructions dans ce pays !”

 

 

— Oui, je sais, monsieur le ministre», répond Rachid Ammar.

 

 

Le général Ahmed Chebir (lui aussi auditionné), de la Direction générale de la sécurité militaire (DGSM, équivalent de la DGSE française), prend les commandes de l’armée de terre, en plus de celle de la DGSM.

 

 

Ainsi mis à l’écart du ministère de la défense, Rachid Ammar est envoyé auprès du ministre de l’intérieur. Une version confirmée par Ridha Grira (son audition peut être consultée ici) : à 15 heures, le ministre de la défense se trouve dans la salle des opérations de l’armée de terre en présence d’Ahmed Chabir, lorsqu’il reçoit un appel du président Ben Ali. Celui-ci lui demande d’envoyer Rachid Ammar au ministère de l’intérieur, afin de coordonner les opérations militaires avec celles du ministère de l’intérieur.

 

 

Audition de Ridha Grira © Mediapart

 

 

15 h 55, le ministre de la défense, Ridha Grira, prend les premières dispositions pour mettre un terme à la «prise d’otages» de la famille Trabelsi.

 

 

Le ministre de la défense demande au général Taieb Laadjimi (chef d’état-major de l’armée de l’air, dont l’audition peut être consultée ici) de faire dépêcher des hélicoptères à partir de l’aérodrome de l’Aouina en direction de Bizerte (quartier général des groupes des Forces spéciales de l’armée de terre), afin de faire venir cette unité spéciale d’élite de l’armée, dans le but de délivrer les Trabelsi. Le général envoie plusieurs hélicoptères de type BHT.

 

 

Audition du général Taieb Laadjimi © Mediapart

 

 

Peu après 16 heures, le colonel Sik Sallem, responsable de la sécurité du palais présidentiel, entend par radio qu’une prise d’assaut du palais par les manifestants est imminente. La radio HF annonce qu’une foule de 5000 personnes menace de prendre d’assaut le palais de Carthage. Un climat de peur s’installe, plusieurs hommes commencent à abandonner leurs postes plutôt que de faire face à cette foule (audition de Sik Sallem).

 

 

16 h 23, selon le compte-rendu de l’audition de Rachid Ammar, Ridha Grira ordonne l’assassinat de Samir Tarhouni pour libérer les Trabelsi.

 

 

Ridha Grira appelle le général Rachid Ammar, qui se trouve toujours auprès du ministre de l’intérieur Ahmed Friaa, dans la salle des opérations du ministère.

 

 

Grira : «Monsieur le président m’a annoncé que la brigade anti-terrorisme s’est alliée avec les intégristes islamistes et ont pris en otages sa famille à l’aéroport. Il ordonne d’abattre sur-le-champ ces traîtres.»

 

 

Ammar : «Attendez monsieur le ministre, pouvez-vous répéter ce que vous venez de dire, que je mette le haut-parleur de mon téléphone afin que M. Friaa (ministre de l’intérieur) l’entende également.»

 

 

Grira répète alors les mêmes directives d’éliminer les agents de la BAT détenant la famille Trabelsi.

 

 

Audition de Rachid Ammar © Mediapart

 

 

Note : Rachid Ammar a été auditionné après Ridha Grira et Ahmed Friaa. L’ancien ministre de la défense n’a donc pu répondre à la moindre question sur ce passage, ni sur les déclarations de Rachid Ammar, le 14 janvier à 18 heures, qui figurent en page 4 de l’article. Lors de son audition, Ridha Grira nie cependant connaître l’existence même de la prise d’otages par le colonel Tahrouni. De nombreuses incohérences et oublis figurent dans son témoignage, notamment lorsque Ridha Grira est confronté aux écoutes téléphoniques de l’avion présidentiel.

 

 

«Nous avons demandé à l’entreprise américaine “Satcom direct” de nous lire les données de la boîte noire du TS-100 (l’avion de Ben Ali), explique l’enquêteur. Ces données nous indiquent que Ben Ali vous a appelé le 14/01/2011 à 18:46:27 pendant 5 minutes, à 19:46:27 jusqu’à 19:56:15 et à 20:56:17 pendant 5 minutes, et enfin à 21:25:09 pendant 3 minutes. Confirmez-vous l’existence de ces communications ?»

 

 

«Non, vos appareils sont défaillants», répond Ridha Grira.

 

 

Audition de Ridha Grira © Mediapart

 

 

Ces «oublis» et dénégations de Ridha Grira sont annotés en marge du compte-rendu de son audition, qui l’on peut consulter en cliquant ici.

 

 

Interrogé par un journaliste de l’hebdomadaire Réalités, lors d’une rencontre organisée samedi 29 octobre dans les locaux de la fondation Temimi, sur ce passage de l’audition du général Rachid Ammar, Ahmed Friaa aurait déclaré ceci : «Je n’ai pas entendu le contenu de la conversation. Cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas existé.»

 

 

«Monsieur le président, je suis désormais dans l’incapacité d’assurer votre sécurité en Tunisie»

 

 

16 h 30, Ben Ali accompagne les membres de sa famille pour qu’ils prennent seuls l’avion.

 

 

Le président Ben Ali quitte le palais pour accompagner sa famille à l’aéroport militaire de l’Aouina: sa femme Leila, Mehdi Ben Gaid (fiancé de Halima), ainsi que Halima (fille de Ben Ali) et Mohamed (fils de Ben Ali). Le vol est bel et bien prévu pour aller directement en Arabie saoudite (pas d’escale en France). Ben Ali a l’intention de regagner le palais par la suite. Le plan du vol 16 indique (voir document ci-dessous) que le décollage est prévu à 17h30 de Tunis-Carthage vers l’Arabie saoudite, mais ne mentionne pas la présence prévue de Ben Ali (dont le nom de code est : TUN 01).

 

 

Plan de vol de l'avion présidentiel © Mediapart

 

 

Situation des deux aéroports © Mediapart

 

 

16 h 54 arrivée par hélicoptère des Forces spéciales de l’armée à l’Aouina.

 

 

Le cortège présidentiel, accompagné de l’unité spéciale du Groupe d’intervention et de protection de personnalité (GIPP, sous le commandement d’Ali Seriati), entre dans la base aérienne de l’Aouina au moment où les Forces spéciales de l’armée de terre (convoquées par Ridha Grira) arrivent par hélicoptère à partir de Bizerte (audition du général Taieb Laadjimi).

 

 

17 heures, en apercevant l’arrivée des hélicoptères avec l’unité spéciale de l’armée (GFS), le colonel Tarhouni de la BAT demande l’aide de l’unité spéciale de la garde nationale.

 

 

Samir Tarhouni, qui retient toujours la famille Trabelsi à l’aéroport civil de Tunis-Carthage, aperçoit un ballet d’hélicoptères au-dessus de l’Aouina. Il ordonne à ses hommes de se déployer en position défensive. Puis il appelle le colonel de l’Unité spéciale de la garde nationale (équivalent du GIGN), Larbi Lakhal. Durant son audition, ce dernier a donné sa version de la conversation :

 

 

– Samir Tarhouni : «La famille Trabelsi est en train de se rassembler à l’aéroport, ils vont se tirer, et moi, je suis sur place. Rejoins-moi je t’en prie, il ne faut pas les laisser partir.»

 

 

Larbi Lakhal ordonne alors à ses hommes, censés protéger le palais, de prêter main forte à la BAT, et s’empresse de les rejoindre.

 

 

Audition du colonel El Arbi Lakhal © Mediapart

 

 

Peu après 17h, le directeur des unités d’intervention de la police, Jalel Boudriga, est dépêché sur place afin de négocier la libération des otages.

 

 

Les colonels de l’unité spéciale de la garde nationale, Larbi Lakhal, celui de la Brigade anti-terroriste de la police, Samir Tarhouni, ainsi que celui de la Brigade nationale d’intervention rapide de la police, Zouheir El Ouefi, s’entretiennent, selon ce dernier, avec Jalel Boudriga, directeur des unités d’intervention de la police :

 

«Quelles sont vos requêtes ?, leur demande Jalel Boudriga.

 

 

— Nous voulons que la télévision nationale soit présente pour filmer le transfert de ces individus (les Trabelsi) à l’armée», répondent en substance les trois colonels.

 

 

Jalel Boudriga fait part de leurs requêtes à sa hiérarchie par téléphone.

 

 

Au même moment, le président Ben Ali est informé par Ali Seriati que sa sécurité n’est plus assurée, et monte dans l’avion.

 

 

Selon le compte-rendu de son audition, Ali Seriati est informé de la situation et des nombreuses défections au profit de la BAT par le général Ammar. Au pied de l’avion présidentiel, Ali Seriati annonce à Ben Ali que l’USGN et la BNIR ont rallié la BAT:

 

 

«Monsieur le président, je suis désormais dans l’incapacité d’assurer votre sécurité en Tunisie.»

 

 

Le président Ben Ali mesure l’ampleur du danger. Sa fille Halima le suppliant de monter à bord, il décide alors d’accompagner sa famille, et demande à Ali Seriati d’attendre Ghazoua (fille de Ben Ali, issue de son premier mariage), ainsi que son époux, Slim Zarrouk, et leurs enfants, afin de leur permettre de fuir vers l’île de Djerba.

 

 

Audition d'Ali Seriati © Mediapart

 

 

A 17 h 37, Ridha Grira est informé que Ben Ali est monté à bord, l’avion décolle à 17 h 47

 

 

A 17h37, le général de l’armée de l’air Taieb Laadjimi informe Ridha Grira que le président est monté à bord d’OSCAR-OSCAR (nom de code de l’avion présidentiel), et qu’il s’apprête à décoller bientôt. Le ministre réplique : «Ils ne sont pas encore partis ? Qu’ils fassent vite, qu’ils fassent vite !»

 

 

A 17h47, l’avion présidentiel décolle avec à son bord Ben Ali et sa famille.

 

 

Note : La version de Taieb Laadjimi est en contradiction avec les propos de Ridha Grira, tenus lors de son interview sur Radio Mosaïque du 8 mars 2011. L’ancien ministre de la défense y déclarait notamment avoir été très surpris lorsque son général de l’aviation l’a informé que l’avion présidentiel avait décollé avec Ben Ali à son bord.

 

 

Après le décollage de l’avion présidentiel, Ali Seriati se dirige vers le salon d’honneur de l’aéroport militaire avec Mohsen Rhim (directeur du protocole) et le colonel du GIPP (Elyas Zalleg), pour attendre Ghazoua, comme le lui avait demandé Ben Ali.

 

 

17 h 47, apprenant le départ de Ben Ali, Sami Sik Salem, à Carthage, tente en vain d’avoir de nouvelles directives.

 

 

Du palais, après avoir appris le décollage de Ben Ali par radio, Sami Sik Salem, numéro 3 de la sécurité du palais, tente de joindre Ali Seriati, sans succès. Il décide alors de contacter le colonel Adnene Hatta (second de Seriati), qui lui conseille de se «trouver un coin » pour se « cacher».

 

 

De peur que le palais ne soit pris d’assaut par les manifestants, Sami Sik Salem décide alors de contacter Rachid Ammar sur le numéro de téléphone direct de l’état-major de l’armée de terre:

 

Sami Sik Salem : « Allo, général Ammar ?

 

 

— Non, c’est le général Ahmed Chabir au bout du fil.

— J’ai besoin de parler personnellement au général Ammar.

— Qu’y a-t-il, je suis à votre disposition.

— Excusez-moi, je dois parler personnellement au général Ammar.

— Essayez donc de le joindre au ministère de l’intérieur.»

 

 

Audition du colonel Adnene Hattab © Mediapart

 

 

Sami Sik Salem prend la décision d’appliquer la procédure constitutionnelle en cas de vacance du pouvoir.

 

 

Le colonel Sik Salem appelle le premier ministre Mohamed Ghannouchi (dont l’audition peut être consultée ici):

 

– Sami Sik Salem : « Le président a fui le pays avec sa famille. La Tunisie est sous votre responsabilité, ne la laissez pas se perdre.»

– Mohamed Ghannouchi : «Ce n’est pas moi le principal responsable dans ce cas. Il faut convoquer le président du parlement, le président de la chambre des conseillers et le président du conseil constitutionnel.»

– Sami Sik Salem : «Je vous fais tout de même venir une voiture blindée et une escorte jusqu’au palais. Je ferai de même pour chacune des personnes que vous avez citées.»

Sik Salem contacte les trois autres et envoie quatre voitures blindées ainsi que des hommes armés, pour ramener :

 

Mohamed Ghannouchi : premier ministre.

Foued M’bazza : président du parlement.

Abdallah Kallel : président de la chambre des conseillers.

Fethi Abdennadher : président du conseil constitutionnel.

 

Une fois l’escorte en face du domicile de Fethi Abdennadher, celui-ci s’avère absent de son domicile, et a éteint son téléphone.

 

Vers 18 heures, nouveaux ordres de Ridha Grira.

 

 

Selon Rachid Ammar, Ridha Grira lui demande personnellement de tuer Tarhouni, Lakhal, ainsi que leurs hommes, ce que Rachid Ammar refuse. Il demande par ailleurs à Taieb Laadjimi d’arrêter Seriati.

 

 

En attendant Ghazoua et sa famille, Ali Seriati demande de son côté la mise à disposition d’un Hercule C-130 au chef d’état-major de l’armée de l’air, afin d’amener la fille de Ben Ali à Djerba. Ce dernier en informe son ministre, et ne rencontrant pas d’objection, il fournit l’appareil.

 

 

Ridha Grira s’étonne cependant : «Mais que fait encore Seriati ici, pourquoi ne s’est-il pas envolé avec Ben Ali ?» Il ordonne son arrestation sur-le-champ. A son tour, Taïeb Laadjimi ordonne donc au colonel Lyes Lemnekbi de prendre deux officiers avec lui pour mettre Ali Seriati aux arrêts.

 

 

Ridha appelle ensuite Rachid Ammar, qui se trouve toujours au ministère de l’intérieur, et lui ordonne d’éliminer la BAT et l’USGN afin de libérer les Trabelsi :

 

– Ridha Grira : « Il faut tuer ces gens-là à l’aéroport, il faut tous les tuer, frappez-les avec la force nécessaire.»

– Rachid Ammar : « Je refuse, M. le ministre. Je sais comment négocier avec ces hommes, je vais m’en occuper. Il y a beaucoup de monde à l’aéroport, ils sont trop armés, il faut éviter la force qui ne pourra mener que vers un bain de sang.»

 

 

S’étonnant que son ministre ne l’ait ni informé du départ du président Ben Ali ni de l’arrestation d’Ali Seriati, Rachid Ammar lui demande la raison de cette dernière décision. Ridha Grira lui livre cette réponse énigmatique : « Il (Ali Seriati) veut le beurre et l’argent du beurre.»

 

 

Ali Seriati demande au colonel Elyas Zalleg et ses hommes de rentrer au palais, et demeure seul dans la caserne militaire.

 

 

Ali Seriati se dirige vers le salon d’honneur de l’aéroport militaire avec Mohsen Rhim (directeur du protocole de la présidence) et le colonel du GIPP (Elyas Zalleg), pour attendre Ghazoua, comme le lui avait demandé le président Ben Ali.

 

 

Dans le salon, stressé, Elyas Zalleg parle avec le directeur du protocole (propos rapportés par ce dernier lors de son audition) :

 

– Elyas Zalleg: « On va encore traîner ici ? »

– Mohsen Rhim: « C’est à M. Seriati qu’il faut le demander.»

Elyas Zalleg se dirige vers Ali Seriati :

 

– Elyas Zalleg: « Qu’est-ce qu’on attend pour rentrer ? »

– Ali Seriati : « Allez-y, rentrez tous, moi, je reste encore. Essayez de vous diviser en plusieurs groupes afin de ne pas attirer l’attention…»

 

Mohsen Rhim s’adresse à son tour à Ali Seriati :

 

– Mohsen Rhim: «Vous rentrez avec moi au palais Monsieur ?»

– Ali Seriati : «Vas-y, rentre, moi je reste encore, il n’y a pas de problème.»

Mohsen Rhim rentre au Palais. De son avion, le président Ben Ali appelle Mohsen Rhim :

 

– Ben Ali : « Ali Seriati est près de toi ? »

– Rhim : « Non, monsieur le président, je viens de le laisser dans le salon d’honneur de la caserne de l’Aouina. »

– Ben Ali : « Est-ce que ma fille Ghazoua et Slim Zarrouk, son époux, sont arrivés ? »

– Rhim : « Je ne les ai pas vus, mais Seriati est là-bas et les attend. »

– Ben Ali : «Merci.»

 

 

Le colonel Lyes Lemnekbi prend ses dispositions: appliquer les ordres et arrêter Ali Seriati

 

 

En se dirigeant vers le salon d’honneur où se trouvaient Ali Seriati et ses hommes, le colonel Lyes Lemnekbi, colonel de l’armée de l’air, croise le colonel Elyas Zalleg du GIPP (qui vient donc d’être congédié par Seriati). Les deux hommes se connaissent depuis longtemps.

 

– Lyes Lemnekbi : « Prends tes hommes et rentre maintenant. »

– Elyas Zalleg : « Que se passe-t-il ?»

– Lemnekbi : « Écoute mon conseil, et rentre chez toi.»

 

 

18 h 17 : arrestation d’Ali Seriati en présence de Ghazoua et son époux Slim Zarrouk

 

 

Lorsque Ghazoua et sa famille arrivent finalement au salon d’honneur de l’Aouina, c’est pour assister à l’arrestation d’Ali Seriati. L’officier Lyes Lemnekbi lui demande de remettre son téléphone et son arme. Ali Seriati obtempère, mais ne donne qu’un seul téléphone alors qu’il en avait un second, d’urgence.

 

 

Par la suite, il resta dans le salon d’honneur aux côtés de Slim Zarrouk, Ghazoua et leurs enfants. Ceux-ci, également retenus dans le salon, attendent leur avion pour aller à Djerba.

 

 

Selon son audition, Slim Zarrouk, effrayé par l’arrestation d’Ali Seriati, appelle Ridha Grira et décide de ne plus prendre l’avion pour Djerba, souhaitant rentrer chez lui. Ridha Grira ordonne à son général de l’aviation de permettre à Zarrouk et Ghazoua de rentrer chez eux. Le général Taieb Laadjimi ordonne à son tour à Lyes Lemnekbi d’assurer la sortie de la fille de Ben Ali afin qu’elle puisse rentrer tranquillement chez elle.

 

 

Fouad Mebazaa et Abdallah Kallel aux portes du palais de Carthage.

 

 

Les deux premières voitures arrivent aux portes du palais, avec à leur bord Fouad Mebazaa, président du parlement, et Abdallah Kallel, président de la chambre des conseillers. Mais les gardes en fonction devant l’entrée les arrêtent, estimant que les directives de Sik Salem ne leur suffisent pas. Après négociation, ils demandent à la salle des opérations d’obtenir l’approbation d’Ali Seriati. La salle des opérations contacte donc Ali Seriati sur son second appareil, alors que celui-ci se trouve aux arrêts dans le salon d’honneur de l’Aouina.

 

 

- « M. Seriati, MM. Mebazaa et Kallel sont aux portes du palais et le premier ministre (Mohamed Ghannouchi) est en route, pour y pénétrer.»

– Ali Seriati : «Qu’ils rentrent.»

 

 

Peu après, Mohamed Ghannouchi (finalement arrivé), Fouad Mebazaa et Abdallah Kallel rappellent Seriati afin de l’informer de leur intention d’appliquer le protocole indiqué dans la constitution en cas de vacance du président. Le général donne son approbation.

 

 

Registre des entrées au palais © Mediapart

 

 

Tentative d’application de l’article 57 de la constitution avec Mebazaa.

 

 

Mohamed Ghannouchi, Fouad Mebazaa et Abdallah Kallel se réunissent dans le studio de tournage du palais et, après avoir officiellement constaté l’absence de Ben Ali, ils décident dans un premier temps de faire appliquer l’article 57 de la constitution tunisienne. Détail de l’article 57 de la constitution tunisienne :

 

 

«En cas de vacance du Président de la République pour cause de décès, de démission ou d’empêchement absolu, le Conseil constitutionnel se réunit immédiatement et constate la vacance définitive à la majorité absolue de ses membres. Il adresse une déclaration à ce sujet au président de la Chambre des conseillers et au président de la Chambre des députés qui est immédiatement investi des fonctions de la Présidence de l’Etat par intérim.»

 

 

Foued Mebazaa déclare qu’il n’est physiquement pas en état de supporter cette responsabilité et suggère donc Abdellah Kallel. Le colonel Sik Salem intervient et s’écrit : «Non, pas celui-là !»

 

 

D’après son audition, Mohamed Ghannouchi affirme avoir suggéré l’application de l’article 56 pour faciliter celle, le jour suivant, de l’article 57, qui devait permettre à Fouad Mebazaa de devenir président.

 

 

Voici le détail de l’article 56 : «En cas d’empêchement provisoire, le Président de la République peut déléguer par décret ses attributions au Premier ministre à l’exclusion du pouvoir de dissolution de la chambre de députés. Au cours de l’empêchement provisoire du Président de la République, le gouvernement, même s’il est l’objet d’une motion de censure, reste en place jusqu’à la fin de cet empêchement. Le Président de la République informe le président de la chambre des députés de la délégation provisoire de ses pouvoirs.»

 

 

Note : Ni Fouad Mebazaa, actuel président de la République tunisienne, ni Abdallah Kallel, actuellement en détention, n’ont, à notre connaissance, été auditionnés. Leurs dépositions ne figurent pas dans le dossier.

 

 

Le jour de sa démission du poste de premier ministre, le 27 février 2011, Mohamed Ghannouchi a livré une version toute différente, sur le site d’information tunisien Kapitalis : «J’ai téléphoné au ministre de la défense et cet appel a sauvé le pays d’un bain de sang.» Voici la totalité de son témoignage publié sur le site tunisien :

 

 

«Le 14 janvier, alors que les manifestations massives se déroulaient sur l’avenue Habib-Bourguiba, j’étais dans mon bureau. Quand le gouvernement a été dissous et que j’ai été nommé par l’ex-président pour constituer un nouveau gouvernement, j’ai décidé de quitter mes fonctions. Aussi, le vendredi 14 janvier, je suis resté jusqu’à 18h pour réunir mes papiers personnels et partir pour ne plus revenir. J’étais très affecté, ainsi que ma famille, par les dépassements que le pays a vécus. Alors que je m’apprêtais à sortir, j’ai reçu un appel téléphonique du responsable de la garde présidentielle qui m’informe que le président a quitté le pays et me demande d’assurer l’intérim. Je lui dis ma décision de quitter mes fonctions. Il raccroche, puis rappelle et me dit qu’il se passerait des choses graves et qu’il y aurait une mer de sang si je n’assumais pas mes responsabilités. Il a ajouté que si je ne rejoignais pas d’urgence le Palais de Carthage, il me ferait assumer la responsabilité de tous les morts qui tomberaient. Je me suis d’abord assuré que l’ex-président avait quitté le pays. J’ai téléphoné au ministre de la Défense et cet appel a sauvé le pays d’un bain de sang. Sans informer ma famille, j’ai rejoint le Palais de Carthage. Je suis entré au Palais. J’ai trouvé MM. Mebazaa et Kallel. Et on m’a demandé de prendre la responsabilité pour combler le vide constitutionnel. La suite vous la connaissez.»

 

 

Application de l’article 56 de la constitution avec Mohamed Ghannouchi.

 

 

Le premier ministre intervient, et annonce que, au titre de l’article 56, il peut également assumer cette responsabilité. Il procède ensuite à l’enregistrement de la vidéo. Par la suite, Sim Sik Salem envoie la cassette au siège de la télévision nationale.

 

 

 

De gauche à droite: Abdallah Kallel, Mohamed Ghanouchi, et Fouad Mebazaa.

 

 

 

A 19 h 15, Mohamed Ghannouchi appelle Samir Tarhouni afin de comprendre ses intentions.

 

 

Après la diffusion de l’allocution, Adnen Hattab, se trouvant au palais en compagnie de Mohamed Ghannouchi appelle le colonel Lakhal (USGN) qui, lui, était en compagnie des autre colonels :

 

– Hattab : « Allo, Larbi ? Passe-moi Tarhouni, Mohammed Ghannouchi veut lui parler.»

 

 

Lakhal demande alors à Tarhouni s’il accepte de parler à Mohamed Ghannouchi. «Bien sûr, passe-le-moi », répond-il.

 

– Tarhouni : « Mes respects, Monsieur le Président»

– Ghannouchi : «Je suis le premier ministre. »

– Tarhouni : « Alors mes respects, M. le Premier ministre. »

– Ghannouchi : « Selon la constitution, je suis le président provisoire, et après votre coup d’Etat, souhaitezvous être président ? Ou bien avez-vous une autre personne en vue pour ce poste ?»

– Tarhouni : « Je vous prie d’accepter mes excuses, M. le Président, nous, nous travaillons sous vos ordres et sous les ordres de nos supérieurs. Et nous venons de capturer cette bande de mafieux (la famille Trablesi, ndlr), et souhaitons les remettre à Rachid Ammar.»

– Ghanouchi : «Entendu.»

 

Audition de Samir Tarhouni © Mediapart

 

 

19 h 30, Tarhouni remet les Trabelsi entre les mains de l’armée de l’air.

 

 

Le général Chabir (général de la Direction générale de la sécurité militaire, équivalent de la DGSE) ordonne au colonel Elyes Lemnekbi d’aller récupérer les Trabelsi des mains de Samir Tarhouni. Lorsque Lemnekbi va récupérer les Trabelsi, la télévision nationale est présente.

 

 

Nous sommes en novembre 2011, et les Tunisiens attendent toujours que la lumière soit faite sur les événements du 14 janvier. Pourquoi les contre-interrogatoires et confrontations entre, notamment, le général Rachid Ammar (qui accuse l’ex-ministre de la défense, Ridha Grira, d’avoir ordonné l’élimination du commando qui a arrêté la famille Trabelsi) et Ali Seriati – actuellement en détention, tout comme Abdallah Kallel, et qui réclame à cor et à cri un procès public – ou entre l’ex-premier ministre Mohamed Ghannouchi et le colonel Sami Sik Salem, n’ont-ils pas été menés ? Dix mois après les faits, et malgré toutes les auditions menées, la justice tunisienne ne s’est toujours pas décidée à communiquer sur les événements cruciaux d’une journée qui restera comme l’une des plus importantes de l’histoire de la Tunisie.

Tunisie : la vérité sur la fuite de Ben Ali

Certains en ont fait un conte échevelé, voire un roman d’espionnage. Voici enfin, reconstitué, heure par heure, grâce à des témoins clés, le récit de ce 14 janvier qui vit le départ de Tunisie de Ben Ali et de ses proches.Ce 14 janvier, dans l’après-midi, le cours de l’Histoire s’accélère. Depuis le milieu de la matinée, le général Ali 

Transition politique : La Chambre des députés vote «son écartement du pouvoir»

 

La séance plénière organisée hier par la Chambre des députés a voté une délégation quasi absolue  au Président de République par intérim, M. Foued Mebazaâ, en matière législative.

 


Au vu des débats inédits, houleux à la limite, vécus hier à la Chambre des députés en marge de l’examen de la délégation exceptionnelle du pouvoir législatif au président intérimaire de la République, ressortent des interrogations évidentes sur la capacité de certains députés, longtemps figurants, de changer de bord et de rater une occasion exceptionnelle de se taire maintenant que s’est ouverte une ère de liberté en Tunisie.
Le débat a été ouvert par le premier vice-président de la Chambre des députés, M. Sahbi Karoui, qui a « salué la révolution de tout un peuple contre le despotisme et la corruption » et « mis l’accent sur le besoin de dépasser les appartenances partisanes et d’être en phase avec les exigences du paysage politique en Tunisie » pour permettre « une transition telle que souhaitée par le peuple dans sa révolution ».

 


Le Premier ministre, Mohamed Ghannouchi, a expliqué cette demande étendue de délégation exceptionnelle des pouvoirs en matière législative par « un impératif d’accélération des procédures législatives pour mettre en route les réformes démocratiques permettant de transformer le visage de la République ».

 


« Opposition » 
en force ! 

 


S’il est vrai que 16 députés, seulement, se sont opposés à la délégation des pouvoirs votée hier par la Chambre des députés au profit du Président par intérim de la République. Il n’empêche que les débats étaient très chauds, à la limite de l’agressivité. Khadija Mbaziaâ (PVP) et Raoudha Essaïbi (PSL) se sont emportées suite aux propos de Hichem El Bassi (RCD) qui demande « la dissolution de la Chambre et la mise en route d’une assemblée constituante tout en mettant en place des mécanismes de contrôle du gouvernement de transition ».

 


Mme Mbaziaâ reproche à M. El Bassi «son silence et celui des députés RCDistes pendant des décennies» et l’accuse « d’opportunisme et du désir de s’approprier une révolution qui n’est pas sienne».
Mme Essaïbi conteste « le hold-up opéré contre le Parti Social Libéral (PSL) ». Elle affirme que « le PSL a longtemps milité pour la liberté d’expression » et que «le parlement n’est pas partie prenante de la mafia ayant sévi dans le pays».

 


D’autres députés PSL (Khalifa Trabelsi, Boujemaâ Yahiaoui, Mohsen Khaldi, etc.) ont insisté sur les mêmes propos allant même jusqu’à contester « la crédibilité du Premier ministre qui a évoqué sa peur à l’image de tous les Tunisiens ». Ils ont rejeté « ce processus de quasi-dissolution du parlement » et de « manipulation de la révolution».

 


En symphonie avec la colère de Khadija Mbaziaâ, sa collègue Faten Charkaoui a contesté « cette tendance totalitariste prônant l’exclusion » et demandé de trouver « une issue constitutionnelle à ce blocage ». Elle a appelé à « sauvegarder la révolution ».

 


Il est à rappeler que le PVP et le PSL ont soutenu « la candidature de Zine El Abidine Ben Ali à la dernière élection présidentielle» et ont «récolté» respectivement six et huit sièges à la Chambre des députés.
Les réactions à la Chambre des députés traduisent leur « profond malaise» d’être qualifiés par les médias, enfin libres, d’opposition de décor.

 


Large majorité

 


La teneur tendue des débats et la chaleur des applaudissements, même des députés RCDistes, laissaient les observateurs perplexes quant à l’issue du vote sur la délégation des pouvoirs. Le RCD conserverait-il sa discipline de vote maintenant qu’il est quasi dissout ?

 


L’hémicycle était certes plein et l’opposition regroupée ne disposait que de 51 voix. Les deux députés d’Attajdid, éternels opposants aux projets de loi sous Ben Ali, sont aujourd’hui pour le gouvernement de transition. Tout dépendait de la discipline du RCD.

 


A la fin du vote, point de surprise. Seize députés ont voté contre le projet. Ils appartiennent essentiellement au PSL, au PVP et quelques députés de l’UDU. Deux députés se sont abstenus. 
La Chambre des députés a ainsi voté son « écartement du pouvoir législatif » en délégant ses compétences au Président de la République par intérim dans dix-sept domaines, soit une délégation quasi générale.
L’actuelle Chambre des députés a-t-elle fait hier ses adieux?