mercredi , 8 février 2023
Home / page 110

Blog Archives

Marzouki: La situation libyenne est parmi mes principales préoccupations

 

Le président de la République et candidat à la présidentielle, Moncef Marzouki, a indiqué, jeudi, dans une interview accordée à Wassim Ben Larbi dans le cadre de son émission Expresso, que la situation en Libye est parmi ses principales préoccupations. Il a indiqué que durant sa campagne électorale, il n’a pas cessé de suivre l’évolution de la situation libyenne et d’accueillir les principaux acteurs concernés

Marzouki reçoit les familles des militaires victimes de l’attentat terroriste de Nebeur

 

Le président de la République provisoire, Moncef Marzouki, a reçu, mercredi, au palais de Carthage, les familles des militaires victimes de l'attentat terroriste de Nebeur.

Selon un communiqué de la présidence de la République Marzouki a rendu un hommage posthume aux martyrs pour les sacrifices qu'ils ont consentis au service de la défense de la patrie." Forte de ses forces de sécurité et de son armée et de l'appui de tous les Tunisiens, la Tunisie va sortir gagnante de sa guerre contre ces groupes terroristes ", a-t-il promis."Ces actes terroristes ne pourront point entraver le processus démocratique engagé par la Tunisie " a-t-il assuré.
Cinq militaires ont trouvé la mort et 10 autres ont été blessés, dans un attentat terroriste perpétré, le 5 novembre 2014, près de Nebeur, à mi-chemin entre le Kef et Jendouba, contre un autocar affecté au transport des militaires et de leurs familles.

Le centre de Tunis pour la liberté de la presse (CTLJ) dénonce l’agression de journalistes pendant la visite de Moncef Marzouki à Kairouan

 

Le centre de Tunis pour la liberté de la presse (CTLJ) a rendu public un communiqué daté du 9 novembre 2014 pour dénoncer l’agression de journalistes pendant la couverture de la campagne présidentielle de Moncef Marzouki à Kairouan.

Selon le CTLJ, un agent de la Sécurité présidentielle a interdit un journaliste de Hakaek Online, Maher Ghidaoui, d’obtenir une déclaration du président de la République lors de sa visite à Kairouan. Selon lui, cet agent de la Sécurité présidentielle l’aurait bousculé en ajoutant que la brigade présidentielle avait poussé une citoyenne qui a perdu le contrôle et s’est accrochée au journaliste, détruisant ainsi sa caméra.

Par ailleurs, un groupe de sympathisants du président Marzouki a intimidé deux journalistes, Khalifa Kasmi de Mosaïque FM et Aymen Maherzi de Sabra FM, suite à leur correspondance depuis Kairouan. Selon M. Kasmi, les deux journalistes auraient reçu des appels téléphoniques leur reprochant leur couverture de l’événement. « Un adepte de Marzouki est allé jusqu’à m’insulter et me menacer à cause de ma couverture journalistique de l’événement », a-t-il expliqué.

Le centre de Tunis pour la liberté de la presse a exprimé, dans le communiqué, son soutien aux journalistes et s’est élevé contre les pratiques de la garde présidentielle ainsi que celles des supporters de Moncef Marzouki. Le CTLJ a également insisté sur la nécessité de préserver la neutralité des journalistes et a alerté quant aux menaces sur la sécurité des journalistes lors de la couverture de ce type d’événements. 

Moncef Marzouki charge deux conseillers du suivi du dossier des détenus décédés

 

Le président de la République provisoire Moncef Marzouki a décidé jeudi de charger ses conseillers aux droits humains et aux affaires juridiques du suivi du dossier des deux détenus qu’il est « probable » qu’ils aient trouvé la mort sous la torture.

La présidence de la République explique dans un communiqué que la décision de Marzouki a été prise suite à sa rencontre au Palais de Carthage avec la présidente de l’association tunisienne de lutte contre la torture Radhia Nasraoui.

L’entretien a porté sur les circonstances du décès des deux détenus Ali Ben Khamis Louati et Mohamed Ali Souissi. Marzouki a appelé les institutions sécuritaire et pénitentiaire au respect du principe de proportionnalité en matière de lutte contre le crime ainsi qu’au respect des dispositions de la loi en vigueur. Il a appelé au respect du droit à la vie et de l’intégrité physique des personnes quelle que soit la gravité des crimes qui leur sont attribués (crimes ordinaires ou terroristes).

Ban Ki-moon : La Tunisie mérite le soutien de la communauté internationale

 

Ban ki-moon, le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies est en visite en Tunisie.

Ce matin Ban Ki-moon, a rencontré le président de la République, Moncef Marzouki au Palais de Carthage où il a tenu un discours autour des élections et de la situation en Libye.

 

« L’ONU fait tout son possible pour soutenir ces élections qui doivent être ouvertes, pacifiques et transparentes » a déclaré Ban Ki-moon qui a également appelé les Tunisiens exercer leurs droits de citoyens en allant voter.

 

« La Tunisie mérite le soutien de la communauté internationale car elle œuvre à promouvoir la démocratie, le développement économique et à créer de l’emploi » a-t-il ajouté.

 

Concernant la situation en Libye, le secrétaire générale de l’ONU a remercié Marzouki qui a appuyé les efforts des Nations Unies pour installer un dialogue en Libye.

Amnistie pour nombre de prisonniers à l’occasion de l’Aïd

 

A l’occasion de la fête de l’Aïd al Idha, la présidence de la République a annoncé dans un communiqué rendu public, ce lundi 6 octobre 2014, une amnistie pour nombre de prisonniers. 

Les décisions présidentielles qui en découlent entreront en application pendant la période allant du jour de l’Aïd al Idha au jour de la fête de l’évacuation, célébrée le 15 octobre de chaque année. 

Bizerte : Arrestation de deux jeunes en possession de discours « takfiristes » contre Moncef Marzouki

 

Selon des informations rapportées par les différents supports médiatiques, les agents de la brigade des enquêtes et des recherches de la garde nationale de Bizerte ont récemment arrêté, dans la délégation de Ras Jebel , deux jeunes en possession de tracts « takfiristes » contre le président de la République et les corps de la sécurité et de l’armée nationale, avec des appels au renversement du pouvoir.

Marzouki: Plus grave que le terrorisme, l’argent sale menace la Tunisie

 

 

"Un grand danger  menace la Tunisie. Il est plus grave encore que le terrorisme : c'est l'argent sale qui commence à couler à flots". A peine a-t-il déposé sa candidature aux élections présidentielles, Moncef Marzouki a retrouvé ses élans de militant et est parti en guerre contre les financements occultes. S'il a tardé à s'en rendre compte, il  les dénonce vigoureusement aujourd'hui. "Le pouvoir ne s'acquiert pas par l'argent sale, mais par le militantisme" a-t-il martelé, sur le perron de l'ISIE. J'ai confiance en ce peuple qui sait bien qui l'a servi et qui peut continuer à le servir le plus." La campagne est lancée.

 

Le candidat Marzouki était arrivé à 8h50 dans une petite voiture "privée", une Renault Valstis, continuant à bénéficier de l'escorte présidentielle. Il attendra son tour, un autre candidat, Fares Mabrouk, l'ayant précédé. Ses compagnons du CPR le rejoindront : Imad Daimi, Abdelwaheb Maatar, Amor Chetoui, Samir Ben amor, Selim Ben Hmidane, Bechir Nefzi, et autres Haythem Ben Belgacem. Son directeur de campagne, Adnan Manser, ses conseillers aussi, Mokhtar Chamkhi, Ikbel Msaddaa et d'autres amis.