Mercredi , 1 décembre 2021

Archives du blog

Droits de l’Homme- Un pas en avant; deux pas en arrière

Les premières lueurs de la Révolution s’annonçaient pleines de promesses. Presque deux ans après, l’on est en devoir de se poser quelques questions tellement les attentes étaient grandes. Les espoirs nourris par la Révolution ont-ils été exaucés ? Les Droits de l’Homme sont-ils parfaitement respectés ? La torture est-elle encore pratiquée ? Les libertés sont-elles en danger ? Les Droits des femmes sont-ils garantis et respectés ? Amnesty International vient de publier son rapport sur la situation des Droits de l’Homme dans le monde. Dans le chapitre consacré à la Tunisie, une année après les élections, Amnesty International parle d’un pas en avant et de deux pas en arrière. Des progrès ont été enregistrés, des points d’ombre persistent encore. Le rapport est moins tendre et formule beaucoup de recommandations. Il note que la Tunisie se trouve à la croisée des chemins et qu’elle a beaucoup à entreprendre face au legs hérité des atteintes aux Droits de l’Homme et pour rendre ses lois conformes aux normes internationales et ce, en dépit des acquis réalisés. Ces mesures sont nécessaires pour garantir que l’avenir du pays ne soit pas marqué par les atteintes aux Droits de l’Homme et les injustices enregistrées dans le passé. La nouvelle Constitution doit contenir des garanties des Droits de l’Homme qui protègent tous les Tunisiens. La période transitoire est une occasion précieuse pour créer une société juste où les Droits de l’Homme et les libertés seront respectés. A Amnesty International, on pense que jusqu’à maintenant les efforts fournis sont lents. Les atteintes aux Droits de l’Homme du passé se reproduisent. Allant au-delà du diagnostic, Amnesty International formule des recommandations aux autorités tunisiennes. Tout un package de suggestions a été formulé. L’organisation recommande de faire face à l’impunité de ceux qui portent atteinte aux Droits de l’Homme. Il faut faire des investigations systématiques, neutres et indépendantes sur toutes les atteintes des Droits de l’Homme perpétrés sous le régime de ZABA. Les données concernant le rôle des forces de sécurité dans les atteintes aux Droits de l’Homme doivent être divulguées. Les victimes et témoins doivent être sécurisés. Les agents de sécurité suspectés d’atteinte aux Droits de l’Homme ne doivent plus exercer en attendant la fin des enquêtes. Les victimes doivent jouir des réparations nécessaires. Les victimes et leurs parents doivent être informés des résultats de l’enquête. La justice transitionnelle doit placer les atteintes aux Droits de l’Homme au centre de ses préoccupations. Concernant l’indépendance de la justice, Amnesty International, recommande d’astreindre le champ d’action des tribunaux militaires exclusivement aux crimes perpétrés par les militaires. Il faut créer une instance judicaire qui désigne les magistrats, assure leurs promotions, mutations et exclusions. Cette instance doit être indépendante dans sa composition, fonction et financement. L’indépendance de la justice vis-à-vis du pouvoir exécutif doit être garantie. Il faut mettre fin à la torture et aux sévices, en commençant par amender la loi se rapportant à la torture pour la rendre conforme à la législation internationale tout en abrogeant la prescription. Les fonctionnaires doivent savoir que la torture est illégale et interdite. Par ailleurs, les forces de sécurités doivent être réformées. Des enquêtes rapides, pertinentes et indépendantes doivent être menées concernant tous les dépassements lors des mouvements pacifiques de contestation. L’utilisation de la force et des armes à feu doit se faire conformément aux normes internationales. Une réforme globale des forces de sécurité doit être entreprise. Concernant le respect de la liberté d’expression, Amnesty International, recommande que la nouvelle Constitution ainsi que les lois qui seront promulguées la garantissent. Les lois incriminant l’atteinte au sacré doivent être annulées. Les journalistes, les artistes, les écrivains et les académiciens doivent être protégés. Le rapport a signalé la hausse des agressions perpétrées à l’encontre des journalistes. Enfin, le chapitre Droits de la femme a été mis en relief. Il est recommandé que la Constitution ne contienne aucune discrimination. L’égalité entre les deux sexes doit être garantie que ce soit dans la législation ou dans la pratique. Les articles consacrant la discrimination doivent être amendés. En plus, il est recommandé que la législation internationale ait la primauté sur la législation locale.

Read More »

Le ministre tunisien de la Défense reçu au Pentagone

Le ministre tunisien de la Défense, Rachid Sabbagh, a rencontré son homologue américain, Chuck Hagel au pentagone le 29 mai selon Mosaïque FM. La rencontre entre le ministre de la Défense et le secrétaire américain à la Défense a porté sur le développement de la coopération militaire tuniso-américaine. Chuck Hagel s’est dit « satisfait de la coopération militaire entre les deux pays et a insisté sur le besoin de coopérer à la lumière des intérêts communs et des problèmes de sécurité dans la région ».

Read More »

Trois Tunisiens arrêtés sur le sol algérien

Le journal algérien « Annasr » a annoncé, dans son édition du 27 mai, l’arrestation, dans la wilaya d’El Tarf, de trois Tunisiens ayant tenté de pénétrer illégalement dans le territoire algérien. Les trois personnes arrêtées étaient sous le coup d’un mandat d’arrêt en Tunisie et d’une interdiction de quitter le territoire. D’après le journal algérien, les trois personnes, dont un étudiant, ont utilisé des passeports falsifiés et ont tenté de changer leurs apparences ainsi que leurs identités. Ces personnes sont soupçonnées d’appartenir à l’organisation « Ansar Chariâa » et sont recherchées par les autorités tunisiennes à la suite des événements du 19 mai à la cité Ettadhamen et à Kairouan. Les trois tunisiens ont utilisé deux voitures dans leur tentative.

Read More »

Une délégation de la Garde nationale tunisienne à Alger «pour une coordination accrue sur le terrain»

Une délégation de la Garde nationale tunisienne conduite par le général Mountassir Essakouhi, commandant de la Garde tunisienne s’est rendue, jeudi 23 mai 2013, à Alger, selon l’agence de presse algérienne APS. L’audience s’est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de l’Intérieur algérien, Abdelkader Ouali, du commandant de la Gendarmerie nationale algérienne, le général-major Ahmed Bousteila, et du directeur général de la Sûreté nationale algérienne (DGSN) le général-major Abdelghani Hamel. La délégation tunisienne a été reçue par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia. Elle a effectué, également, des visites aux organes de formation et aux différentes structures opérationnelles et spécialisées de la Gendarmerie et de la Sûreté algérienne. Elle avait été reçue, auparavant et séparément, par le commandant de la Gendarmerie nationale algérienne et le directeur général de la Sûreté nationale algérienne (DGSN). Elle a, ainsi, reçu des explications sur les missions de la DGSN et les différentes missions sécuritaires de proximité. Elle a visité plusieurs structures de la Sûreté nationale dont la salle de coordination et des opérations à la cité des sciences d’Alger et les sièges de la direction des Unités républicaines de sécurité (URS) et de l’Unité aérienne de la Sûreté nationale. Elle s’était enquise également des mécanismes d’utilisation des moyens techniques et modernes et de l’expertise et du professionnalisme de la police algérienne en matière de lutte et de prévention contre le crime. A l’issue de sa rencontre avec le général major Abdelghani Hamel (DGSN), le général tunisien Essakouhi, a affirmé que sa rencontre a porté sur «la coopération et la concertation pour une coordination accrue sur le terrain en vue d’établir la sécurité et la stabilité qui sont cruciales». «Nous sommes tenus de réaliser la sécurité pour laquelle nous devons nous sacrifier», a-t-il indiqué, ajoutant que sa visite en Algérie intervient dans le cadre de la coopération entre les deux pays «pour asseoir un climat de sécurité et de paix sociale dans nos deux Etats». «La situation que traverse la région est difficile à tous points de vue», a-t-il poursuivi, rappelant la situation qui prévaut au Mali et en Libye et «les défis imposés par la géographie qui caractérise l’Algérie et la Tunisie». Pour sa part le général major Hamel a précisé que «toutes les questions importantes ont été abordées, notamment celles ayant trait à la formation et la coopération sur le terrain».

Read More »

Sécurité : Coopération tuniso-algérienne pour combattre le terrorisme

La Tunisie, qui fait face à la montée de groupes extrémistes religieux, cherche à s'inspirer de l'expérience algérienne dans ce domaine, ce pays étant confronté à ce problème depuis plus de 20 ans. Le directeur général de la garde nationale tunisienne, le général El Mountassir Essakouhi, accompagné d'une délégation, ont effectué, mercredi, une visite officielle à l'Ecole de police judiciaire de la gendarmerie nationale algérienne de Zeralda, près d'Alger. Ils ont également été reçus, jeudi, par le directeur général de la Sûreté nationale (Dgsn), le général major Abdelghani Hamel. La rencontre a porté sur la coordination sur le terrain entre les deux pays pour accomplir différentes missions sécuritaires, dans le but d'«installer un climat de sécurité et de paix sociale dans nos deux Etats», explique le général Essakouhi, par allusion aux explosions de mines à Jebel Châmbi, région montagneuse frontalière entre la Tunisie et l'Algérie, où est replié, depuis décembre 2012,un groupe de salafistes jihadistes proches d'Al-Qaïda. Le général major Hamel a souligné à son tour «l'importance de cette coopération afin de garantir la sécurité dans les deux pays, voisins et amis».

Read More »

Affrontements armés aux frontières tunisiennes : L’armée algérienne tue 1 individu et arrête 2 autres

L’armée algérienne a tué un homme armé et a arrêté deux autres (tous non algériens) alors qu’un groupe armé tentait d’entrer illicitement sur son territoire, via deux 4x4, lundi 20 mai 2013, aux aurores, selon une source sécuritaire dont les propos sont rapportés par le journal algérien El Khabar. Des affrontements «sanglants» ont eu lieu entre les deux parties près des frontières tunisiennes et ont duré environ une heure, toujours selon la même source. L’armée algérienne a réussi à stopper l’un des véhicules, en usant d’un missile, alors que le second véhicule a pris la fuite et s’est réfugié sur le territoire tunisien. Ceux qui se trouvaient dans le premier véhicule ont été arrêtés. L’armée algérienne a, également, saisi 4 canons automatiques de type BK, des munitions et un système de communication. L’armée algérienne effectue une grande opération de ratissage près des frontières tunisiennes, avec l’appui de plusieurs de ses unités (Grade nationale, Grade de frontières) ainsi que des hélicoptères, à la recherche d’entrepôts d’armes ou de cachettes de contrebandiers ou de terroristes. Au cours de ces opérations, elle a pu saisir 8 armes, des munitions, un réservoir d’eau et un autre d’essence d’une capacité de 4.000 litres, dans une cachette secrète au Sahara.

Read More »

L’armée algérienne tue un terroriste et en capture 2 autres venant de Tunisie.

Une unité militaire algérienne a tué un homme armé et en a capturé deux autres qui ne seraient pas des algériens, au cours d’un accrochage près des frontières avec la Tunisie, rapporte le journal algérien Al Khabar. Citant une source sécuritaire, le journal précise que l’unité militaire a déjoué, lundi à l’aube, une tentative d’infiltration d’un groupe armé à bord de deux véhicules dont l’un a été détruit par un obus, alors que le deuxième a réussi à gagner le territoire tunisien. Les militaires algériens ont saisi, au cours de l’opération, 4 mitrailleuses et une quantité de munitions ainsi qu’un appareil de télécommunications de fabrication américaine, dont on présume qu’il a emprunté un circuit de contrebande en provenance de Libye. Le journal ajoute que l’armée algérienne a informé son homologue tunisienne de la tentative d’infiltration, indiquant qu’il n’a obtenu aucune confirmation quant à l’identité de hommes armés entre les mains de l’armée algérienne.

Read More »

Droits de l’Homme et justice transitionnelle-Un coup d’accélérateur

MM. Samir Dilou et Arnold Luethold, respectivement ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle, du côté tunisien, et directeur des opérations Afrique et Moyen-Orient, du côté du Centre pour le contrôle démocratique des forces armées, à Genève (Dcaf), ont procédé, hier matin, au Bardo, à la signature d’un protocole d’accord bilatéral, dans l’objectif de renforcer la bonne gouvernance en matière de sécurité en Tunisie, à travers la promotion des droits de l’Homme et le respect de ces valeurs notamment dans les établissements pénitentiaires et de réhabilitation. Un coup d’accélérateur donné au processus de la justice transitionnelle qui ne cesse de traîner et continuer à lancer des promesses à tort et à raison. Cela aidera à réussir la transition démocratique et contribuer à la réforme du dispositif sécuritaire, conformément aux principes des droits de l’Homme, dans leur acception la plus large. Il s’agit d’un protocole de coopération en vertu duquel «seront renforcées les capacités des instances de gestion et de contrôle de la sécurité et de la justice dans le pays, y compris les autorités en charge de la protection des droits de l’Homme des personnes privées de liberté». Il servira à apporter un appui politique, institutionnel et technique au ministère signataire, à travers le réseau d’expertise dont dispose le centre de Genève auprès de ses Etats membres, tels que la Tunisie, mais aussi à l’égard des organisations internationales partenaires. Il vise, également à renforcer l’accès des citoyens aux mécanismes de plainte dans le domaine des droits de l’Homme, tout en soutenant le ministère concerné pour la mise en œuvre et le suivi des réformes nécessaires en matière de justice transitionnelle. Ce qui revient à réduire autant que possible les récidives et éviter les atteintes aux droits de l’Homme. Au concret, les deux parties s’accordent à mettre en pratique un plan d’action commun qui doit se traduire dans une stratégie de communication interactive, de formation des ressources humaines et de concertation bilatérale sur les sujets d’intérêts communs. «D’ailleurs, ce n’est pas le premier accord depuis la révolution. Ce dernier en date a énormément d’importance, dans la mesure où nous devons, tous deux, coordonner les efforts pour que le respect des droits de l’Homme se fasse dans la durée…», s’est ainsi prononcé le représentant du centre de Genève au terme de la cérémonie. «Ce n’est pas l’acte de signature qui compte, mais plutôt le sens de l’engagement à faire respecter les valeurs des droits de l’Homme qui l’emporte», a-t-il conclu. M. Dilou a constaté qu’il y aura beaucoup à faire et que cette question relève d’un parcours de longue haleine. Certes, la volonté des Tunisiens s’est révélée être en mesure de changer la réalité, a-t-il encore indiqué, soulignant qu’il existe d’autres champs de coopération, où l’on pourrait améliorer la situation des droits de l’Homme en Tunisie. Pour finir, M. Dilou s’est montré engagé pour toute œuvre de réforme, en dépit des défis auxquels s’est confronté le pays. «La révolution n’aura pas de sens, si elle n’arrive pas à réaliser la démocratie…», déduit-il.

Read More »

Signature d’un accord entre le ministère des droits de l’homme et Centre de Genève pour le contrôle démocratique des forces armées

Un accord a été signé aujourd’hui entre le ministère des droits de l’homme et le centre de Genève pour le contrôle démocratique des forces armées. Le conseiller du centre de Genève pour le contrôle démocratique des forces armées, Haykel Ben Mahfoudh, a déclaré à Shems FM que cet accord vise à protéger les droits des citoyens lors des manifestations et dans les postes de police mais également les agents des forces de l’ordre et de l’armée nationale. Il a également souligné qu’à travers cet accord il sera possible de former des cadres à l’étranger.

Read More »

6000 soldats algériens aux frontières tunisiennes

6000 soldats algériens ont été mobilisés à la frontière avec la Tunisie pour prévenir l’infiltration d’éléments islamistes armés, a rapporté ce matin le journal algérien « El Khabar ». Information notamment relayée par le journal « Al Qods » et par l’agence de presse allemande DPA. Cette décision a été entérinée lors de la visite du chef d’état-major tunisien en Algérie, indique El Khabar. Il a également été décidé qu’un canal de communication permanent soit ouvert entre les commandements, tunisien et algérien, pour des opérations terrestres et aériennes. Ce déploiement des soldats algériens fait partie d’un plan global de lutte contre la menace terroriste qui comprend également une surveillance aérienne accrue.

Read More »