Mercredi , 5 août 2020

Archives du blog

Les représentants des syndicats des forces de sureté convoqués par le juge d’instruction

 

 

Montassar El Matri, secrétaire général de l’Union Nationale des syndicats des forces de sureté, Sahbi Jouini, responsable juridique au sein du syndicat ainsi qu’Imed Ben Khlifa, porte parole vont être convoqués, à priori à titre de témoins, respectivement les 17, 18, et 19 septembre par le juge d’instruction du bureau N°2.

Ceci advient suite aux déclarations fracassantes lors de leur toute récente conférence de presse par les représentants du syndicat qui a suivi une autre conférence, celle du syndicat des magistrats qui a exprimé son mécontentement de voir les juges accusés, par des représentants du ministère de l’intérieur, de laxisme face à la menace terroriste.

Lors de la conférence organisée la semaine dernière, l’UNSFT avait clairement dénoncé certains juges d’être impliqués dans la couverture de terroristes notoires en Tunisie. Ceci fait suite à la relaxe de jeunes arrêtés par la police pour leur implication dans des affaires et des actes terroristes et relâchés par les juges qui ont jugé les preuves insuffisantes et les dossiers à charge non convaincants

Qui a tort ? Qui a raison ?

Read More »

Aussitôt mis en détention, Walid Zarrouk annonce une grève sauvage de la faim

 

 

Le juge de la 4e chambre du tribunal de première instance de Tunis a émis un mandat de dépôt à l’encontre de Walid Zarrouk, secrétaire général du Syndicat des établissements pénitentiaire, qui vient d’annoncer la grève sauvage de la faim.

 

Suite à une plainte déposée par le procureur de la république Tarak Chkiwa, pour diffamation, propagation de fausses informations et atteinte à un fonctionnaire de l’Etat, Walid Zarrouk, secrétaire général du Syndicat des établissements pénitentiaires, a été arrêté après sa comparution aujourd’hui devant le tribunal.

 

M. Zarrouk sera jugé selon les articles 128, 245 et 247 du code pénal et risque 4 ans et 6 mois de prison et une amende de 6.000 dinars.

 

Le responsable syndicaliste a commis l'irréparable en indiquant sur sa page Facebook que le juge plaignant, Tarak Chkiwa, avait été au service du régime de Ben Ali et a condamné le dirigeant d'Ennahdha, Sadok Chourou, à une très lourde peine de prison, ajoutant que le même juge, au temps d'Ennahdha, a fait bénéficier d'une grâce le frère de l'ex-ministre de la Justice, le Nahdhaoui Noureddine Bhiri, condamné dans une affaire d'agression sexuelle sur des mineurs, a indiqué l'avocat de M. Zarrouk, Me Charfeddine Kellil. 

 

Dès l’annonce de sa détention, le dirigeant syndicaliste a annoncé son entrée en grève sauvage de la faim. En signe de solidarité avec leur collègue, plusieurs agents de police se trouvant devant le tribunal, ont décidé d’entamer, eux aussi, une grève de la faim.

 

L’Union nationale des syndicats des forces de sécurité tunisiennes (UNFST) a, ces derniers jours, révélé au public l’existence d’un appareil sécuritaire parallèle composé de personnalités proches d’Ennahdha, opérant au sein du ministère de l’Intérieur. Elle a aussi parlé de juges et de personnalités politiques impliqués dans le réseau terroriste d’Ansar Charia, en menaçant de livrer bientôt des noms. 

 

L’UNFST ont annoncé une conférence de presse, demain pour exprimer leur solidarité avec leur collègue et leurs différends avec le corps de la magistrature.

Read More »

Mandat de dépôt à l’encontre du syndicaliste Walid Zarrouk

 

 

Le ministère public a émis ce lundi 9 septembre un mandat de dépôt à l'encontre du secrétaire général du syndicat de la rééducation et des prisons, Walid Zarrouk.

 

Ce dernier fait en effet l'objet d'une action en justice intentée par le procureur de la République pour diffamation et fausses accusations portées à l'encontre d'un fonctionnaire public.

Read More »

Le syndicat des forces de sûreté : Des personnalités politiques sont impliquées dans des actes de terrorisme

 

 

L’union des syndicats des forces de sûreté, a mis en garde, lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi 6 septembre, contre la reconversion de la Tunisie en terre de jihad. Le secrétaire général de l'Union des syndicats des forces de sécurité, Montassar Matri, a annoncé que la liste nominative ainsi que les dossiers de certains membres de parties politiques, juridiques, religieuses et de la société civile impliquées dans des actions terroristes, seront bientôt communiqués. Le syndicat des forces de sûreté a mis en garde les autorités nationales et surtout celles du parti au pouvoir qu’il considère responsable du retard pris par le dossier du terrorisme. 



L’union des syndicats des forces de sûreté a prévenu que le terrorisme va s’intensifier durant les 3 prochains mois avec de nouvelles méthodes si les moyens mis en application pour le combattre n’évoluent pas. L’organisme disposerait de dossiers et de preuves impliquant des politiciens, des juristes, et sécuritaires instigateurs et complices du terrorisme en Tunisie. 



Montassar Matri a également déclaré que les membres de l’organisation d’Ansar Al Chariaâ mais aussi d’autres groupes intégristes se sont déchaînes sur les réseaux sociaux et ont proférés des appels au meurtre contre un haut dirigeant du ministère, hier, suite aux propos prononcés par Raoudha Laâbidi. Rappelons que la présidente du Syndicat des magistrats tunisiens (SMT), a déclaré lors d’un point de presse, que le ministère de l’Intérieur a empiété sur les prérogatives du pouvoir judiciaire.

Read More »

Arrestation de vingt personnes impliquées dans les troubles à Siliana

 

Une vingtaine de personnes accusées d’avoir participé mardi dernier à des actes de pillage, d’incendie et de destruction de biens, ont été arrêtées dans la ville de Siliana, chef lieu du gouvernorat, a-t-on appris vendredi de sources sécuritaires.L’enquête préliminaire révèle que « certaines parties » avaient profité d’une manifestation pacifique, organisée devant le siège du gouvernorat, par des diplômés de l’enseignement supérieur.

 

 

Ces parties ont payé des délinquants qui se sont introduits parmi les manifestants commettant des actes de trouble, de destruction et semant la panique parmi les citoyens, précise un communiqué du ministère de l’Intérieur.Les services sécuritaires à Siliana poursuivent les recherches d’autres personnes impliquées dans ces violences.

Read More »

Contestations et violences à Siliana

 

Un groupe de personnes s’est rassemblé ce matin devant le siège du gouvernorat de Siliana, pour contester et demander de démettre certains responsables. Cette manifestation s’est aussitôt transformée en actes de violence, de saccage et d’incendie après avoir commencé par des jets de pierres contre le bâtiment étatique.

 

 

Les manifestants se sont ensuite rendus à la recette des finances qu’ils ont incendiée,  avant de caillasser plusieurs établissements administratifs et puis ils sont allés encercler les locaux du district régional de la sureté publique. Les agents des forces de l’ordre ont bien défendu leurs locaux pendant quatre heures, pour épargner les vies des détenus  bien que les assaillants aient réussi à incendier quatre voitures des services de l’ordre stationnées sur place.

 

 

Le ministère de l’Intérieur exprime son mécontentement quant à ce type de comportement criminel et rappelle que les malfaiteurs feront l’objet de poursuites judiciaires.

Read More »

LA TENSION MONTE À GAFSA ET CAUSE LA MORT DE DEUX JEUNES

 

malheureux incidents sont survenus , le mardi 19 avril 2011, dans la localité de Sened (à 65 Km de Gafsa). Des affrontements entre des lycéens qui ont causé deux morts et 43 blessés suite à des bagarres avec des armes blanches.Les affrontements, rangés, ont opposé un millier de lycéens pour des règlements de comptes entre deux tribus réputées de la région et qui ne cessaient de se provoquer ces derniers temps.

 

 

Le drame a causé le décès de deux jeunes et la blessure de 43 autres. Une élève est décédée étouffée suite aux mouvements de foules causés par ces affrontements et la deuxième victime est morte poignardée.Suite à ces actes de violence sanglante, un couvre-feu, de 17h00 à 05h00, a été décrété dans cette délégation et les cours dans les collèges et lycées ont été suspendu jusqu’à nouvel ordre. Nous aurions bien aimé voir la solidarité régner au lieu de ces règlements de comptes…

 

 

Les provocations entre les deux tribus ont été enregistrées depuis quelques semaines et ont déjà causé différentes bagarres, calmées par les militaires et les forces de l’ordre sur place, sauf que le calme n’a pas duré longtemps avant que ça recommence… Un drame qui frappe la région…

Read More »

Mdhilla-Gafsa : Prolongation du couvre-feu de 19h00 à 5h00

 

Face à la recrudescence des événements, les autorités régionales ont décidé de proroger, jusqu’à nouvel ordre, le couvre-feu à Mdhilla qui sera de 19h00 à 05h00 au lieu de 21h à 05h00.

 

 

De nouveaux actes de violence et de trouble ont eu lieu, mardi, , où un couvre-feu avait été décrété lundi soir, suite aux incidents survenus, dimanche dernier, dans la même ville.

 

 

Après une nuit calme, des groupes d’individus se sont affrontés de nouveau, au moyen de fusils de chasse, d’engins incendiaires, d’armes blanches, de pierres et de bâtons.

 

 

Ces incidents ont fait un mort (Kais Delleli, victime d’un tir de fusil de chasse) et plusieurs blessés.

 

 

Les blessés ont été transportés au dispensaire de Mdhilla et à l’hôpital régional de Gafsa.

 

 

En dépit du redéploiement des forces de sécurité et de l’armée nationale dans la ville, ces heurts ont repris de plus belle malgré les tentatives menées en vue de rétablir le calme et de réconcilier ces groupes.

Read More »

Troubles à Bab El Jazira : Arrestation de 80 personnes

 

Dans le quartier de Bab El Jazira, à Tunis, qui se caractérisait, de tout temps, par sa dynamique, tout a changé, et un calme étrange y règne, notamment depuis les troubles survenus, au cours des trois derniers jours, entre les vendeurs du Souk Sidi Boumendil et de Sabaghine, et les habitants des quartiers de Bab El Jazira et de Bab Jédid.

 


Ces événements ont été déclenchés après l’assassinat, dans la nuit du samedi, d’un jeune qui, selon les rumeurs, aurait été tué par l’un des marchands.

 

 

Mardi, les commerces n’ont pas ouvert leurs portes comme à l’accoutumée, la circulation des personnes n’était pas aussi importante et le silence plane sur le souk.

 

 

A ce propos, l’un des passants a indiqué, que « la nuit dernière a vu de violentes disputes à l’arme blanche et aux cocktails molotov, ce qui a semé la terreur dans les rangs des habitants du quartier ».

 

 

Dans le même sens, M. Ezzeddine Ousji, directeur du district de la sécurité de Sidi El Béchir, a affirmé que les efforts sécuritaires s’intensifient afin de calmer l’ambiance et de rétablir la situation, à travers l’installation de barrières au milieu du quartier pour mieux le sécuriser.

 


Il a ajouté que 80 personnes, accusées d’avoir semé le trouble et terrorisé les habitants, ont été arrêtées.

 

 

Un certain calme régnait dans le quartier, mardi, à midi. Mais, selon le chef du district de la sécurité, la journée avait commencé par les tentatives menées par des marchands en vue d’agresser des citoyens, d’attaquer le collège de la rue de Russie, ainsi que l’école primaire de la rue du Maroc et celle de la rue d’Angleterre, outre l’incendie de locaux de commerce de la rue des tanneurs et la confrontation avec les forces de l’ordre, ce qui a été à l’origine de blessures diverses d’agents de sécurité.

Read More »

Réalités sur les affrontements de Ksar Hellal

 

Qui est le responsable de la tragédie qui s’est déroulée hier soir à Ksar Hellal? Selon plusieurs témoins oculaires, une confrontation a eu lieu entre plusieurs centaines d’habitants de la région et ceux du quartier El Riadh II à 2 kilomètres de la ville de Ksar Hellal. Elle a eu pour résultat des dizaines de blessés hospitalisés à l’hôpital régional de Ksar Hellal et à l’Hôpital Fattouma Bourguiba à Monastir.

 

 

L’intervention de l’armée tunisienne à la cité Erriadh II (appelée aussi El Arrami) a dispersé la foule mais quel est l’origine de cet incident:

 

 

Les tunisiens surnommés « Awled Ayar » sont majoritairement des tunisiens originaires d’autres régions qui vivent depuis des années à Ksar Hellal au niveau du quartier ErriadhII. La première génération de ces tunisiens est constituée en majorité de travailleurs dans les usines de la région, ils ont contribué activement à son développement économique.

 

 

Cette dernière semaine, Ksar Hellal a connu plusieurs incidents (braquages, vols, perturbations dans les écoles et les lycées …). Ces incidents ont été imputés à tort ou à raison aux « Awled Ayar ».

 

 

Hier soir le premier mars 2011, des centaines de jeunes de Ksar Hellal se sont rassemblés et se sont déplacés à la cité ErriadhII pour « expulser » les présumés responsables de l’état d’insécurité que connait la région. Ce qui a eu pour conséquence des dizaines de blessés et nécessité l’intervention énergique de l’armée tunisienne.

 

 

L’état d’insécurité actuelle que connait le pays est-il en train de réveiller le démon du régionalisme alors que la Tunisie a besoin aujourd’hui plus que jamais de l’unité nationale pour faire face aux nombreux défis qui l’attendent ?

 

 

Une autre question se pose, comment des centaines de gens se déplacent-ils sur deux kilomètres, comme le montrent les vidéos ci-dessous, sans que la police intervienne ?

Read More »