Jeudi , 24 juin 2021

Archives du blog

بعد الاعتداء على نداء تونس في جربة : أحزاب تدين … وعائلة بن يوسف تتبرأ من المعتدين

مازال الاعتداء الذي طال اجتماع حركة نداء تونس بجربة ظهر السبت يلقي بظلاله على الحياة السياسية وقد تسارعت ردود الأفعال للأحزاب السياسية والناشطين . في اول ردود الفعل على ماحدث في جربة قال رئيس الهيئة السياسية للحزب الجمهوري نجيب الشابي ان ما حصل مؤشر خطير جداً على انزلاق الحياة السياسية نحو العنف وان في ظروف كهذه لا يمكن الحديث لا عن انتخابات ولا عن انتقال ديمقراطي ، اما الناطق الرسمي باسم الجبهة الشعبية حمة الهمامي فاعتبر ما حدث نموذجا من نماذج السلوك الفاشستي الإجرامي الذي يسعى الى تصفية المعارضين وفي السياق ذاته أدان شكري بلعيد الأمين العام لحزب الوطنيين الديمقراطيين الموحد ما حدث واعتبره دليلا اخر على إصرار حركة النهضة على تعطيل الحياة السياسية . واصدر الحزب الاشتراكي بيانا أدان فيه ما حدث وطالب فيه القوى الديمقراطية بأن تجمع صفوفها من اجل الدفاع عن الحياة المدنية والدولة والنظام الجمهوري وذلك بتشكيل جبهة سياسية واسعة تضم كل القوى المؤمنة بالانتقال الديمقراطي والتداول السلمي على السلطة وفي نفس السياق اصدر الحزب الاجتماعي الديمقراطي بيانا وقعه احمد ابراهيم حذر فيه من خطورة المأزق السياسي الذي تنزلق نحوه البلاد وحمل فيه الحكومة وحركة النهضة مسؤولية ما حدث واعتبر الحزب انه لا بديل عن جبهة واسعة لوضع حد لهذه الممارسات التي تهدد السلم الاهلي . كما حمل المجلس المركزي لحزب المسار الديمقراطي الاجتماعي «الحكومة وخاصة وزير الداخلية المسؤولية الكاملة في تردي الاوضاع الامنية وانتشار العنف بكافة أشكاله بما قد يفقد الدولة هيبتها ويهدد الانتقال الديمقراطي» حسب تقديره. وأكد الحزب في بلاغ صحفي أصدره مساء أول أمس السبت على اثر اقتحام اجتماع حركة نداء تونس بجربة وقطعه مساندته للحركة ووقوفه الى جانبها في التصدي لظاهرة العنف السياسي اللفظي والمادي الذي تفشى حسب وصفها «بصفة مرعبة». ودعا الحكومة إلى «الاسراع في اتخاذ الاجراءات القانونية اللازمة لحل رابطات حماية الثورة» الذي قال إن الاحداث بينت بما لا يدع مجالا للشك بأنها كتائب لبعض أحزاب الترويكا وخاصة منها حركة النهضة». وعبر الأمين العام لحزب الوطنيين الديمقراطيين الموحد شكري بالعيد أمس الاحد 23 ديسمبر 2012 عن شديد أسفه من الاعتداء الذي تعرضت له حركة نداء تونس أول أمس السبت 22 ديسمبر 2012 بجزيرة جربة، واصفا الحدث أنه «جريمة واضحة في حق حزب سياسي». ودعا شكري بالعيد من جهة أخرى إلى حل الميليشيات «المجرمة والمعادية للحياة الديمقراطية»،على حد تعبيره. وعرج المتحدث في حديثة على الاعتداءات التي تمت مؤخرا على الاتحاد العام التونسي للشغل وبعض المثقفين وعدد من الأحزاب، متهما هذه الميليشيات في التسبب في حالة الاحتقان والتوتر بالبلاد مشددا على ضرورة الوقوف لمثل هذه الظواهر لضمان حرية النشاط السياسي. و ﻗﺎل ﺍﻟﻨﺎﻁﻕ ﺍﻟﺭﺴﻤﻲ ﺒﺎﺴﻡ ﺤﺯﺏ ﺍﻟﺠﺒﻬﺔ ﺍﻟﺸﻌﺒﻴﺔ ﺤﻤﺔ ﺍﻟﻬﻤﺎﻤﻲ ﻓﻲ ﺘﺼﺭﻴﺢ ﻹﺫﺍﻋﺔ ﻤﻭﺯﺍﻴﻴﻙ إﻥ ﻤﺎ ﺘﻌﺭﺽ ﻟﻪ ﺃﻋﻀﺎﺀ ﺤﺯﺏ ﻨﺩﺍﺀ ﺘﻭﻨﺱ ﻓﻲ ﺍﺠﺘﻤﺎﻉ ﻋﺎﻡ ﻓﻲ ﺠﺭﺒﺔ ﻻ ﻴﺴﺘﻬﺩﻑ ﺘﻠﻙ ﺍﻟﻔﺌﺔ ﺍﻟﺴﻴﺎﺴﻴﺔ ﺒل ﺠﻤﻴﻊ ﺍﻟﻤﻌﺎﺭﻀﺔ ﻤﻀﻴﻔﺎ «ﻨﺤﻥ ﻨﻌﺘﺒﺭ ﺍﺴﺘﻬﺩﺍﻑ ﻨﺩﺍﺀ ﺘﻭﻨﺱ ﺍﺴﺘﻬﺩﺍﻓﺎ ﻟﻨﺎ» ﻭﺘﺎﺒﻊ ﺤﻤﺔ ﺍﻟﻬﻤﺎﻤﻲ «ﻟﻥ ﻨﻨﺘﻅﺭ ﺤﺘﻰ ﻴﺘﻡ ﺍﻻﻋﺘﺩﺍﺀ ﻋﻠﻴﻨﺎ ﻜﺠﺒﻬﺔ ﺸﻌﺒﻴﺔ ﺴﻨﺘﻀﺎﻤﻥ ﻤﻊ ﺠﻤﻴﻊ ﺍﻟﺴﻴﺎﺴﻴﻴﻥ ﺍﻟﺫﻴﻥ ﻴﺘﻌﺭﻀﻭﻥ ﻟﻠﻘﻤﻊ ﺒﺴﺒﺏ ﺃﺭﺍﺌﻬﻡ» من جهته صرح محمد بنور الناطق الرسمي لحزب التكتل من أجل العمل والحريات أنّ أعمال العنف الّتي شهدتها جزيرة جربة على خلفية اجتماع حركة نداء تونس لا تختلف عن تلك التي عرفها مقر السفارة الأمريكية يوم 14 سبتمبر الماضي وأحداث 17 ديسمبر الجاري في سيدي بوزيد وأكّد محمد بنور على موجات شمس أف أم على ضرورة حل رابطات حماية الثورة وعبّر عن رفضه لأي هيكل موازي للسلطة. واعتبر أنّ الثورة تُدافع عنها مؤسسات الدولة وليست رابطات حماية الثورة. وأصدرت التنسيقية المحلية للجبهة الشعبية بجربة بيانا اعتبرت فيه الاعتداء على حزب نداء تونس « حلقة من حلقات العنف الممنهج الذي تشهده الجهة ويطال السياسيين والحقوقيين والفنانين أيضاً» وحملت الجبهة حركة النهضة مسؤولية ما حدث واعتبرت ان مسؤوليها وقياداتها المحلية كانوا وراء تنظيم الاعتداء الذي استهدف حركة نداء تونس . من جهة أخرى تبرأت مريم بن يوسف من عائلة الزعيم الراحل صالح بن يوسف من المعتدين الذين استعملوا اسم عمها الذي نذر حياته من اجل الدفاع عن تونس وطالبت في تعليق على صفحتها على شبكة الفايس بوك بعدم الزج بوالدها في معارك لا تليق به ولا بتونس وثورتها وجاء تعليق مريم بن يوسف ردا على تصريحات بعض قادة النهضة بأن المحتجين هم من اليوسفيين الذين يعارضون الباجي قائد السبسي . اما على الصعيد الدولي فقد أشار ممثل المفوضية الدولية لحقوق الانسان مالك سبيث الذي كان حاضرا في قاعة النزل ان فرع المفوضية في تونس سيتابع كل ماحدث وسيوكل محامين لتتبع حركة النهضة ووزير الداخلية علي العريض لضلوعه في دعم عصابات تمارس العنف وتستهدف مدنية الدولة .ويتمسك حزب نداء تونس بتتبع حركة النهضة ورابطات حماية الثورة لدى المحاكم الدولية حسب ما اعلنه القيادي في الحركة رضا بالحاج مساء اول امس السبت

Read More »

Ridha Belhaj: Ennahdha et la police sont derrière les événements de Djerba

Ridha Belhaj le porte parole de Nidaa Tounes a déclaré ce lundi 24 décembre sur les ondes de Mosaïque FM, avoir remarqué dés mercredi dernier que des mosquées proches du mouvement Ennahda avaient appelé à empêcher et interrompre le meeting de Nidaa Tounes et qu’une véritable campagne a été lancée contre le parti. Il a aussi certifié avoir appelé le ministre de l’intérieur dans l’après midi du jeudi pour lui faire part de ce qui ce tramait. Il a déclaré que les forces de l’ordre ont, quand même, permis aux agresseurs d’accéder à la salle du meeting et de couper l’électricité et a ajouté détenir des vidéos prouvant ses dires et qui seront diffusées sur la Télé, ce soir. Les partisans de Nidaa Tounes ont, de ce fait, été assiégés et n’ont pu sortir que deux heures après, grâce à l’intervention de l’armée et des forces de l’ordre. Il a par ailleurs déclaré détenir des enregistrements qui prouvent qu’il avait appelé à plusieurs reprises le ministre de l’intérieur. Le mouvement Ennhadha est d’après lui derrière la montée de la violence à Djerba. Il a conclu que les structures qui assurent, normalement, la protection des citoyens sont aujourd’hui inexistantes.

Read More »

Meeting à Djerba : Ennahdha et le ministère de l’Intérieur répondent aux accusations

Ennahdha, par l’intermédiaire de Ameur Laârayedh et le ministère de l’Intérieur, par l’intermédiaire de son porte-parole, Khaled Tarrouche ont rejeté toute responsabilité dans les événements violents survenus à Djerba, hier 22 décembre 2012, ayant conduit à l’annulation du meeting de Nidaa Tounes, présidé par son leader Béji Caïd Essebsi, et à l’évacuation des participants, sous haute protection. « Les accusations selon lesquelles Ennahdha serait responsable de ces violences sont totalement infondées et indignes. Ennahdha est contre la violence, quelle que soit ses auteurs, contrairement à ceux qui justifient certaines violences et en condamnent d’autres », a déclaré Ameur Laârayedh, sur les ondes de Mosaïque FM Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, quant à lui, a affirmé, toujours sur les ondes de Mosaïque Fm, que les accusations à l’encontre des forces de l’ordre étaient inacceptables. « Les forces de l’ordre ont fait tout ce qui leur était possible de faire. Il faut rappeler que c’était une zone touristique et qu’il y avait un grand nombre de manifestants. Il était impossible, dans ces conditions, de faire usage de gaz lacrymogène ». « Selon les rapports qui sont en notre possession, jusqu’à présent, il n’y a personne parmi les participants au meeting, qui aurait été victime de violence physique », conclut M. Tarrouche. D’un autre côté, Saïd Aïdi et Néjib Chebbi, du parti Al Joumhouri, également présents lors du meeting de Nidaa Tounes, ont rejeté la responsabilité sur le gouvernement et la Troïka au pouvoir. Saïd Aïdi a affirmé que l’opération était préparée, par des partis de la Troïka, depuis plusieurs jours. M. Chebbi a, quant à lui, prévenu que les libertés étaient menacées en Tunisie et a réitéré son appel à la neutralité du ministère de l’Intérieur.

Read More »

Des opposants attaqués et assiégés par des islamistes à Djerba

Les responsables du principal parti d'opposition tunisien ont été attaqués et assiégés samedi par des centaines de manifestants soutenant les islamistes au pouvoir qui ont envahi l'hôtel de Djerba (sud) où devait se dérouler une réunion de la formation. Les manifestants brandissant des banderoles hostiles au parti Nidaa Tounès s'étaient d'abord rassemblés devant un hôtel de Midoune, sur l'île de Djerba, puis ils ont franchi le cordon policier, pénétrant dans l'hôtel et envahissant les lieux, selon un journaliste de l'AFP. La salle où se tenait la réunion a été aussi envahie par les manifestants, forçant le parti à annuler la rencontre. La réunion devait marquer la fin d'un deuil de 40 jours, à la suite de la mort de Lotfi Naguedh, coordinateur de ce parti à Tataouine (Sud) battu à mort en octobre par des manifestants soutenant les islamistes du parti Ennahda, qui dirigent le gouvernement. Plus tôt samedi, les opposants avaient été visés par des jets de pierres et certaines vitres de l'hôtel ont été partiellement brisées. Les cadres et les militants d'opposition ainsi que des journalistes ont été bloqués dans l'hôtel en milieu d'après-midi, encerclé par les manifestants qui scandaient "Dehors pourritures". La police est restée en retrait. En début de soirée, un semblant de calme était revenu même si les manifestants étaient toujours rassemblés aux abords de l'hôtel. Le chef du parti, l'ex-Premier ministre Beji Caïd Essebsi, à l'antenne des radios Mosaïque et Shems, a accusé la Ligue de protection de la révolution d'être derrière ces évènements. Cette organisation, sorte de milice pro-Ennahda aux méthodes brutales, est à l'origine de plusieurs coups d'éclats. L'opposition et une partie de la société civile réclament la dissolution de cette Ligue, ce à quoi le gouvernement se refuse. Des représentants de Nidaa Tounès en France ont condamné ces violences "visant à empêcher purement et simplement toute manifestation démocratique du parti", dans un communiqué publié à Paris. Le parti dénonce "le mutisme et l'inaction des autorités compétentes et des pouvoirs publics en charge de la protection des populations, du maintien de l'ordre et du bon déroulement des manifestations démocratiques républicaines", selon les termes du communiqué. "C'est un véritable scandale. Nous avons contacté le ministre de l'Intérieur (Ali Larayedh) et le ministre des Droits de l'Homme Samir Dilou mais ils refusent d'intervenir", a déclaré à l'AFP l'avocate Bochra Belhaj Hmida, qui participait à la réunion de Nidaa Tounès. Contacté par l'AFP, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarrouche, n'était pas en mesure d'apporter des précisions sur la situation. Nidaa Tounès est accusé par le gouvernement de chercher à réintégrer dans la vie politique des membres du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti du président déchu Zine El Abidine Ben Ali. Fondé en juillet, le parti est, selon les sondages d'opinion, au coude à coude avec Ennahda. Les affrontements entre partisans des deux camps interviennent régulièrement. Depuis l'été, les manifestations violentes et les attaques de groupuscules islamistes radicaux se multiplient alors que la Tunisie peine à se stabiliser depuis la révolution de l'hiver 2010-2011.

Read More »

Une réunion de Nida Tounès prise d’assaut par des miliciens pro-islamistes

Une réunion publique de Nida Tounès, le parti d’opposition fondé par l’ancien Premier ministre, Béji Caïd Essebsi, a été interrompue par des manifestants pro-islamistes, le 22 décembre, à Djerba. La réunion que devait tenir, hier, samedi 22 décembre, Nida Tounès à l’hôtel Pasino, sur l’île de Djerba, a été interrompue par l’intrusion de membres de la Ligue de protection de la révolution (LPR) munis d’armes blanches et de pierres. Les manifestants se sont d’abord massés devant l’hôtel avant de franchir le cordon policier et de pénétrer dans la salle où les militants de Nida Tounès tenaient leurs travaux. Cette association, qui opère en faisant usage de violence et en appelant à la haine, est une milice proche des islamistes et du Congrès pour la république (CPR). Elle a joué un rôle dans le décès, le 18 octobre, de Lotfi Naguedh, représentant de Nida Tounès à Tataouine. Naguedh était décédé en marge d’affrontements entre ses partisans et ceux d’Ennahdha (parti au pouvoir). Béji Caid Essebsi avait qualifié son lynchage « d’assassinat politique » et c’est d’ailleurs pour marquer la fin du deuil de 40 jours que le parti se réunissait à Djerba, ce 22 décembre. Hier, la LPR vient de faire une nouvelle démonstration de sa force en prenant en otage plusieurs centaines de congressistes de Nida Tounès, dont des chefs de partis politiques et des journalistes. Pendant plusieurs heures, les congressistes ont été empêchés de sortir de la salle de l’hôtel Pasino. Le ministre de l’Intérieur, Ali Laarayedh (Ennahda), bien qu’informé n’a pas donné l’ordre d’évacuer la salle. Ce n’est qu’après l’intervention de son homologue de la Défense, Abdelkarim Zbidi (indépendant), que les congressistes ont pu bénéficier d’une protection. « Je n’aurais pas cru vivre cela dans une Tunisie post-révolutionnaire », a déclaré le patron du parti, l’ex-Premier ministre, Béji Caïd Essebsi, tandis que Mondher Belhaj Ali, membre du bureau de Nidaa Tounes affirmait : « C’est un jour triste pour mon pays. Les principes de la révolution ont été trahis comme l’a été aussi l’esprit de tolérance qui a prévalu en Tunisie depuis des millénaires. On a porté atteinte à la liberté d’expression, seul acquis de la révolution. Désormais, un despotisme nouveau s’installe à visage découvert. Ennahda s’avère au vu et au su de tous comme le véritable danger qui guette notre pays. » Composée de militants islamistes mais aussi d’anciens membres du parti de Ben Ali, la LPR a fomenté, le 4 décembre, les violentes attaques de l’Union générale du tunisienne du travail (UGTT) qui ont failli provoquer une grève générale le 13 décembre. Cette ligue prétend assainir le pays de la corruption, des proches de l’esprit bourguibien et de tout ce qui se mettrait sur le chemin des islamistes. Menaces, violences verbales ou physiques… elle utilise tous les moyens d’intimidation contre les opposants, mais elle provoque aussi le gouvernement qui fait preuve à son encontre du même laxisme qu’avec les salafistes. L’opposition, les syndicats et une partie de la société civile demandent ardemment la dissolution de la LPR, dont les agissements provoquent une nouvelle crise dans le pays.

Read More »

Le meeting de Nida Tounes à Djerba attaqué par les milices d’Ennahdha

Des dirigeants et militants du parti Nida Tounes, réunis en meeting dans une salle de l'hôtel Fun Club de Djerba, sont encerclés par des centaines de personnes scandant des slogans hostiles. Selon l'avocate Bochra Ben Hamida, jointe au téléphone par Kapitalis, Béji Caïd Essebsi et les autres dirigeants et militants du parti sont enfermés dans la salle depuis 16 heures. Où ils sont pris en otage par une foule constituée d'éléments des Ligues de protection de la révolution, membres du parti Ennahdha et du Congrès pour la République. Les agents de l'ordre, appelés au secours, n'ont pas daigné réagir pour éloigner les assaillants.

Read More »

Khaled Tarrouche dément qu’il y ait eu de victimes à Djerba

Le porte-parole du ministère de l’intérieur, Khaled Tarrouche a déclaré, sur les ondes de Mosaïque FM, qu’il n y’a pas eu de victimes ni de blessés lors des évènements qui ont conduit à l’interruption du meeting de Nida Tounes ce samedi 22 décembre à Djerba. Il a, par ailleurs, qualifié les accusations de certaines figures du parti Nida Tounes à l’encontre du ministère de l’intérieur d’inacceptables, surtout que les forces de l’ordre présentes sur place ont fait tout leur possible pour éviter que la situation s’aggrave davantage et pour sortir les participants à ce meeting sains et saufs.

Read More »

Les dirigeants de Nida Tounes, attaqués à Djerba, appellent au secours!

Les dirigeants et militants de Nida Tounes, encerclés par des milices d'Ennahdha, dans leur salle de meeting, dans un hôtel de Djerba, appellent au secours. Alors que le meeting du parti, qui a commencé vers 15 heures, se déroulait normalement, des dizaines d'individus ont pénétré dans la salle, vers 16 heures, et ont commencé par détruire les équipements de la sono et ont agressé les présents, pour mettre fin à la réunion. Les agents de l'ordre, qui étaient pourtant informés depuis plusieurs jours de la détermination des soi-disant «Ligues de protection de la révolution», des milices animées par les partis Ennahdha et Congrès pour la république (CpR), à empêcher coûte-que-coûte le meeting de Nida Tounes dans l'île des Lotophages, ont temporisé avant d'intervenir. «Complices et indulgents vis-à-vis des assaillants, ils se sont contenté de mettre des barrages pour séparer la foule des assaillants, vociférant et prêts à attaquer et à agresser les militants de Nida Tounes», raconte l'un des militants de ce parti rejoint au téléphone. Le ministre de l'Intérieur Ali Lârayedh que les responsables de Nida Tounes ont tenté d'appeler au téléphone pour lui demander des secours et des renforts de police, n'a pas daigné répondre. Ridha Belhaj, directeur exécutif de Nida Tounes a nommément accusé les responsables du parti Ennahdha d'être les instigateurs de l'attaque. «Il ne sert à rien de déposer une plainte auprès de la Justice tunisienne. Nous avons déjà constitué un dossier et nous allons porter plainte contre ces agissements auprès des instances internationales», a-t-il déclaré. Au moment où nous mettons ceci en ligne, la situation est bloquée et explosive.

Read More »

Medenine-Mise en échec d’un trafic de paralyseurs électriques

Une brigade de la police judiciaire de Medenine est parvenue à mettre en échec un trafic de paralyseurs électriques utilisés dans les opérations de braquage, arrêtant au passage le vendeur de ces appareils et son fournisseur. Une source sécuritaire a précisé que les paralyseurs, qui peuvent être confondus avec des téléphones, peuvent provoquer une décharge de 220 à 2000 volts.

Read More »

Un policier, manipulé par des Islamistes, aurait planifié l’enlèvement d’un Juif.

Les forces de l’ordre ont arrêté, il y a quelques jours en Tunisie, cinq individus soupçonnés de tentative d’enlèvement de membres de la communauté juive dans la ville de Zarzis, dans le but de réclamer des rançons. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Khaled Tarrouch, avait indiqué que cinq personnes avaient été arrêtées, soupçonnées de préparer « l’enlèvement d’un ou deux juifs issus de familles aisées pour obtenir une rançon». «Parmi les personnes arrêtées, «l’un d’eux fait partie de la police tunisienne », indique Perez Trabelsi, président du Comité de la synagogue Ghriba de Djerba, qui a appelé le gouvernement à fournir davantage de protection pour la communauté juive tunisienne qui souffrait, selon lui, d’une campagne d’intimidation les incitant à quitter la Tunisie », rapporte le site Dreuz.info. La garde nationale tunisienne a été informée, le 17 octobre dernier, d’un projet d’enlèvement d’un jeune juif à Zarzis après les aveux d’un policier tunisien recruté par quatre Libyens, selon un haut responsable policier. Le site en question se réfère à l’hebdomadaire Al Hassad, pour indiquer que «l’officier, qui travaillait pour la sécurité de la communauté juive de Zarzis, avait élaboré un plan pour aider les ravisseurs. Il est soupçonné d’avoir recruté des jeunes qui devaient prendre part à l’enlèvement ». Et le site d’avancer que «la police tunisienne semble être infiltrée par des éléments de la mouvance islamiste radicale qui devienne une menace pour la sécurité du pays. C’est la nouvelle stratégie des radicaux : infiltrer les forces de sécurité et frapper de l’intérieur. Cible principale des fondamentalistes : les juifs et les laïques ».

Read More »