Samedi , 4 juillet 2020

Archives du blog

Le syndicat général de la Garde Nationale accuse un salafiste d’agression à l’encontre du colonel Wissem Ben Slimen

Sami Gnaoui, membre du syndicat général de la Garde Nationale a accusé un salafiste de la région de Daouar Hicher d'être derrière l'agression du colonel Wissem Ben Slimen pendant l'exercice de ses fonctions dans la nuit de samedi à dimanche. Dans une déclaration à la TAP, Sami Gnaoui a précisé que le salafiste en question, plus connu sous le nom de "Saddam" avait l'intention d'agresser le directeur des unités de la sécurité publique avec un objet tranchant.

Read More »

Un salafiste agresse un responsable sécuritaire à Douar Hicher

Wissem Ben Slimen, chef de la brigade de la sécurité publique relevant de la garde nationale (district de la Manouba), aurait été agressé par un “salafiste” à Douar Hicher (Manouba). Sami Gnaoui membre du syndicat national de la garde nationale affirme que son collègue a été attaqué samedi 28 octobre 2012, dans la soirée, par un salafiste connu sous le nom de “Saddam” utilisant une arme blanche, a rapporté Mosaïque Fm. Il est actuellement hospitalisé à La Rabta. Son cas de santé est jugé critique. Par ailleurs Sami Gnaoui a indiqué que la mosquée d’Ennour située à Douar Hicher sert de base pour le groupe de salafistes, dont Saddam est issu, pour planifier ses opérations. Il les accuse de se substituer aux agents de l’ordre en effectuant des contrôles pour empêcher les jeunes de boire l’alcool. M. Gnaoui affirme que la direction centrale de la Garde Nationale a été informée sur ces dépassements sans qu’il y ait une réaction de sa part.

Read More »

Les salafistes frappent…Ali Laârayedh constate

Le Colonel ,Wissem Ben Slimen ,directeur des unités de la sécurité publique du gouvernorat de La Manouba ( proche de Tunis ) a été sauvagement agressé dans la nuit de samedi à dimanche avec un objet tranchant au niveau de la tête . Dans la soirée de samedi à dimanche, un groupe d’islamistes salafistes a attaqué des marchands d’alcool dans leurs petits commerces, a déclaré un responsable des forces de sécurité. La police est intervenue pour mettre fin aux violences. « Le chef de la brigade de sécurité publique Wissam ben Sliman a été blessé la nuit dernière dans des heurts après l’attaque par des salafistes de marchands d’alcool à Douar Hicher (quartier situé près du centre de Tunis, ndlr) », a déclaré Sami Gnaoui, syndicaliste de la Garde nationale. « Ils l’ont attaqué avec un couteau dans le cou. Il est actuellement hospitalisé dans un état critique. » Il s’agit de la seconde agression de salafistes contre un responsable des forces de l’ordre dans le quartier pauvre de Douar Hicher, a-t-il précisé. Début septembre, des dizaines d’islamistes de tendance salafiste avaient attaqué un hôtel de Sidi Bouzid, berceau de la « révolution de jasmin » de 2011 dans le centre-ouest du pays, parce qu’il proposait de l’alcool à ses clients. L’agression a eu lieu lorsque les forces de l’ordre sont intervenues pour mettre un terme entre deux groupes armés d’armes blanches et de cocktails Molotov. Suite à cette agression, le colonel a été transporté d’urgence à l’Institut National de Neurologie à Tunis où il a subi une une intervention chirurgicale . Sami Gnaoui, membre du Syndicat national de la Garde nationale ,fait porter la responsabilité de cet agression aux islamistes salafistes rappelant une précédente agression dans leur rang à la Manouba, il s’agissant de Wahab Wertatani qui a été blessé à la main par un sabre, lui causant une double fracture » dans sa déclaration à Mosaïque FM. Gnaoui a également évoqué des campagnes musclées effectuées par les barbus contre la vente de l’alcool, agressant des citoyens tout en affirmant que la mosquée Ennour est devenue une sorte de base militaire contenant armes et de munitions, avec des cocktails Molotov, des sabres, des bâtons, etc… Le syndicaliste a tenu à préciser que ses supérieurs avaient été informés de ces dépassements mais qu’aucune directive n’a été donnée jusqu’à présent, prétextant l’impossibilité de faire des descentes dans une mosquée même si elle protège des criminels. Le ministre de l’Intérieur, l’islamiste d’Ennahdha Ali Laârayedh, a rendu visite à la victime, ce matin pour constater et « s’enquérir » de l’état de santé de la victime des islamistes D’un autre coté, le syndicat général de la Garde Nationale a condamné l’agression subie par le colonel Wissem Ben Slimen, directeur des unités de la sécurité publique du gouvernorat de La Manouba, et a demandé qu’une enquête soit ouverte à ce sujet pour poursuivre l’agresseur.

Read More »

Un salafiste blesse gravement un cadre de la police à Manouba

Un chef de la brigade de la sécurité publique du district de la Manouba a été agressé samedi 28 octobre par un salafiste, muni d’une arme blanche. Son état est jugé critique. «Wissem Ben Slima, chef de la brigade de la sécurité, a été agressé, samedi soir, par un salafiste connu sous le nom de Saddam à Douar Hicher (Manouba). Hospitalisé à l'Institut national de neurologie, à l'hôpital Rabta, à Tunis, pour y subir une intervention chirurgicale d'urgence, son état est jugé critique par les médecins», a déclaré son collègue Sami Gnaoui, sur Mosaïque FM. Selon M. Gnaoui, membre du comité constitutif du syndicat général de la garde nationale, «il y a, dans la zone, un groupe de salafistes qui mènent souvent des opérations contre les consommateurs d’alcool et ils ont fat de la mosquée Ennour à Douar Hicher une base militaire où ils stockent des armes blanches.» Ces salafistes, selon encore la même source, «interviennent régulièrement et imposent leur loi et la terreur dans la région.» M. Gnaoui, a fait également savoir que l'assaillant est un salafiste surnommé Saddam, ajoutant que cet incident est le deuxième du genre après l'agression, il y a trois semaines, de leur collègue Ouahab Wartatani, par un groupe de Salafistes, à proximité de la mosquée Ennour. Le responsable de sécurité a précisé que les responsables de la garde nationale ont été informés de ces dépassements et n’ont pas réagi à ce jour. Ils attendent, peut-être, des instructions de leur tutelle, le ministère de l’Intérieur, conduit par l’islamiste Ali Lârayedh. Slim Adala, membre du syndicat général de la Garde nationale a indiqué, pour sa part, dimanche, dans une déclaration à l'agence Tap, que l'agression a eu lieu près du terminus de la ligne de bus n° 56 à Douar Hicher, où le commandant Ben Slimane serait intervenu pour mette fin à une altercation entre des trafiquants de boissons alcoolisées et un groupe de salafistes, barricadés à la Mosquée Ennour. L'auteur présumé de cette agression est, actuellement, recherché, a-t-il affirmé.

Read More »

Mannouba : Le Syndicat principal de la Garde Nationale appelle ses adhérents à porter le brassard rouge durant 3 jours

Le Syndicat principal de la Garde Nationale à Mannouba a lancé ce dimanche 28 octobre 2012, un appel à ses adhérents à porter le brassard rouge durant 3 jours, à partir de ce dimanche, suite à l’agression du colonel Wissem Ben Slimen, directeur des unités de la sécurité publique dans le gouvernorat de Manouba dans la nuit de samedi à dimanche avec un objet tranchant au niveau de la tête.

Read More »

Un officier de la Garde nationale, sauvagement agressé par des salafistes à Douar Hicher

Le ministre de l’Intérieur Ali Laârayedh a visité, ce dimanche 28 octobre 2012, un officier de la Garde nationale sauvagement agressé par un salafiste nommé «Saddam», dans la nuit de samedi à dimanche. Il s’agit du chef de l’unité de la sécurité publique de La Manouba, le commandant Wissem Ben Slimane qui, selon une déclaration de Sami Gnaoui, membre du Syndicat national de la Garde nationale à Mosaïque Fm, essayait, avec son unité, de mettre fin à des altercations entre un groupe de salafistes et des vendeurs illicites d’alcool, près de la mosquée Ennour à Douar Hicher. Le commandant Ben Slimane a été grièvement blessé à la tête par un objet tranchant, pouvant être un hachoir (selon les médecins) et transporté d’urgence à l'Institut national de neurologie à Tunis où il a été opéré. Il est actuellement dans un état critique, selon M. Gnaoui. Le syndicaliste fait porter la responsabilité de cet incident aux salafistes évoquant une seconde agression dans leur rang à la Manouba, le premier s’agissant de Wahab Wertatani qui a été blessé à la main par un sabre, lui causant une double fracture. Il a également évoqué des campagnes effectuées par les salafistes contre la vente de l’alcool, agressant des citoyens tout en affirmant que la mosquée Ennour est devenue une sorte de dépôts d’armes et de munitions, avec des cocktails Molotov, des sabres, des bâtons, etc. M. Gnaoui a indiqué que ses supérieurs avaient été informés de ces dépassements mais qu'aucune directive n’a été donnée jusqu’à présent, prétextant l'impossibilité de faire des descentes dans une mosquée même si elle protège des criminels.

Read More »

La Manouba : Agression à l’arme blanche contre le chef de la brigade de sécurité publique

Le chef de la brigade de sécurité publique (district de la Manouba), Wissem Ben Slimane, a été victime d'une agression à l'arme blanche, dans la nuit de samedi à Dimanche, à Douar Hicher. Le commandant Ben Slimane, a été gravement blessé à la tête ce qui a nécessité son transfert à l'Institut national de neurologie, à la Rabta, pour y subir une intervention chirurgicale d'urgence. Slim Adala, membre du syndicat général de la Garde nationale a indiqué, dimanche, dans une déclaration à l'agence TAP, que l'agression a eu lieu près du terminus de la ligne de bus n° 56 à Douar Hicher, où le commandant Ben Slimane aurait intervenu pour mette fin à une altercation entre des trafiquants de boissons alcoolisées et un groupe de salafistes, barricadés à la Mosquée Ennour. L'auteur présumé de cette agression est, actuellement, recherché, a-t-il affirmé. De son côté, Sami Gnaoui, membre du comité constitutif du syndicat général de la Garde nationale a fait savoir que l'assaillant serait un salafiste surnommé « Saddam » ajoutant que cet incident est le deuxième du genre après l'agression, il y a trois semaines, de leur collègue Ouahab Wartatani, par un groupe de Salafistes, à proximité de la mosquée Ennour.

Read More »

Tunisie – Le mausolée de Saïda Manoubia incendié

 

Dans la nuit du lundi au mardi 16 octobre 2012, vers 3h du matin, le mausolée (la Zaouia) de Saïda Manoubia, qui se trouve à la Manouba, a été totalement ravagé par le feu.

 


Une patrouille a été immédiatement dépêchée sur les lieux où l’enquête préliminaire a permis d’établir, selon le témoignage de 4 femmes âgées résidants dans le sanctuaire, que cinq individus cagoulés l‘ont attaqué et incendié, précise un communiqué du ministère de l’Intérieur.

 

 

Ils sont entrés directement dans la chambre où se trouve le tombeau et ils ont versé dessus un liquide hautement inflammable avant d’y mettre le feu, ajoute la même source.Ces personnes ont aussi subtilisé, avant de s’enfuir, quelques biens : deux bagues et un portable appartenant aux femmes présentes, en plus d’un mouton et 2 chèvres appartenant à leur voisin, toujours selon le même document.

 


Le dossier a été confié à la police judicaire, avec l’appui de la police technique et scientifique.

Read More »

Université de la Manouba – Retrait du drapeau national : Marzouki réagit

 

La présidence de la République a dénoncé l’acte perpétré, mercredi matin, à la faculté des Lettres de La Manouba, par des étudiants salafistes et consistant à « retirer le drapeau national du haut de l’édifice qui se trouve à l’entrée de l’établissement universitaire », le qualifiant d’atteinte à l’un des principaux symboles de la nation, à savoir l’Université », de même qu’il représente « un acte lâche et condamnable, et un crime à l’encontre de la patrie et des martyrs. »

 

 

Le communiqué rendu public par le porte-parole officiel de la présidence de la République considère, également, « la profanation du drapeau national, comme étant une agression contre l’un des symboles de la conscience nationale collective pour lequel tant de Tunisiens ont sacrifié leur vie, au fil de la lutte commune contre la colonisation et la tyrannie. »

 

 

Le président de la République exhorte, dans ce même communiqué, les autorités sécuritaires et judiciaires à traiter cet incident et les actes similaires « avec le maximum de rigueur et de force afin que nul ne s’aventure dorénavant à porter atteinte au drapeau national. »

 

 

Il convient de rappeler qu’un grand nombre d’étudiants de la faculté des Lettres de La Manouba ainsi que des éléments extérieurs de l’établissement universitaire appartenant au courant salafiste se sont rassemblés devant l’entrée principale de la faculté, brandissant des drapeaux noirs sur lesquels étaient inscrits « Il n’est point d’autre Dieu que Dieu ».

 

 

Ces individus ont, d’autre part, scandé différents slogans exigeant l’autorisation aux étudiantes portant le niqab d’assister aux cours. Certains parmi ces étudiants ont retiré le drapeau de la Tunisie de l’entrée principale de la faculté pour lui substituer un drapeau noir, et ce durant presque une heure.

Read More »