jeudi , 1 décembre 2022
Home / Articles principaux / Les cinq ministres des Affaires étrangères de l’UMA invités à un sommet à Alger

Les cinq ministres des Affaires étrangères de l’UMA invités à un sommet à Alger

La chose semble impossible, mais Taïeb Baccouche espère quand même finir son mandat en beauté.

Ainsi, le secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) vient de lancer cinq invitations aux ministres des Affaires étrangères de la région pour une réunion officielle qui se tiendra à Alger le 1er ou le 2 novembre prochain, apprend Business News. Une réunion en marge du Sommet arabe qui se tiendra à cette date.

D’après nos sources, M. Baccouche a tout espoir de faire réconcilier tout le monde et l’UMA est, à ce titre, l’endroit idéal.

Si les Libyens et les Mauritaniens ont déjà donné leur accord de principe, il n’en est pas de même pour les Algériens, les Marocains et les Tunisiens qui ont laissé sans réponse la missive.

En bisbilles avec les Algériens et les Tunisiens, les Marocains sont plus isolés que jamais et on voit mal comment ils vont accepter de se mettre autour d’une table avec des voisins qui ont commis le « crime » de légitimer le front du Polisario et de considérer son président comme chef d’État.

Nonobstant le gros problème du Sahara occidental, les Algériens ont du mal à accepter la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Pour eux, les Marocains ont fait entrer le loup dans la bergerie et cela est suffisant pour empêcher tout dégel avec le Maroc.

Quant à la Tunisie, son président putschiste Kaïs Saïed ne joue pas avec la souveraineté nationale et en fait une affaire d’Etat. Pour lui, les Marocains ont atteint cette souveraineté avec leur réaction disproportionnée de rappel de l’ambassadeur, quand il a reçu le président du Polisario lors du sommet afro-japonais Ticad en août dernier. L’histoire est encore récente et on le voit mal tendre la main aux Marocains après avoir rappelé l’ambassadeur tunisien à Rabat.

En mettant tout cela sur la table, il devient évident que la réunion qu’espère Taïeb Baccouche n’aura jamais lieu.

Pourquoi a-t-il lancé l’invitation alors ? « Son mandat s’est achevé le 31 août et il tient, visiblement, à faire son travail jusqu’au bout. Il a fait ce qu’il avait à faire, les inviter, et ce serait à eux de décliner l’invitation. On ne dira pas que l’UMA de Taïeb Baccouche n’a pas fait son travail », nous explique un lobbyiste diplomatique, fin connaisseur de la région.

Check Also

Jerandi appelle la France à plus de flexibilité dans l’octroi de visas

Le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, Othman Jerandi, …