mercredi , 30 novembre 2022
Home / Articles principaux / Mouvement dans le corps des magistrats : Hatem Mziou appelle à faire preuve de sagesse

Mouvement dans le corps des magistrats : Hatem Mziou appelle à faire preuve de sagesse

Le bâtonnier – fraîchement élu – Hatem Mziou, est revenu, jeudi 15 septembre 2022, sur plusieurs sujets d’actualité dont les retards accusés dans l’annonce du mouvement dans le corps des magistrats.
Le mouvement dans le corps des magistrats aurait dû être publié depuis la mi-août soit un mois avant la rentrée judiciaire. Les vacances judiciaires ont pris fin depuis hier et aucune décision n’a été annoncée.
Invité de la Radio nationale, Hatem Mziou a qualifié la situation de problématique notant qu’il faudrait clôturer ce dossier le plus tôt possible soulignant l’impact de ce retard sur le déroulement de la rentrée judiciaire.
« Nous appelons toutes les parties prenantes à faire preuve de sagesse, de faire prévaloir l’intérêt national », a-t-il déclaré notant que l’Ordre des avocats est prêt à pousser vers une solution et trouver une porte de sortie face aux problèmes dont souffre la justice tunisienne.
« Nous pouvons grâce à des solutions légales et concrètes arriver à nos objectifs loin des tiraillements et des litiges qui ne mèneront à rien », a-t-il souligné.
Le président de la République, Kaïs Saïed, serait à l’origine de ce retard. Selon le professeur de droit, Amine Mahfoudh, le locataire de Carthage ne s’est toujours pas prononcé sur l’affaire car la liste que le Conseil supérieur provisoire de la magistrature lui a remise incluait les noms de certains juges qu’il avait lui-même révoqués en juin. Plusieurs ont, notons-le, eu gain de cause en obtenant auprès du Tribunal administratif la suspension de la décision présidentielle. Aucun n’a cependant réintégré son poste pour le moment.
Commentant le sujet, Hatem Mziou a assuré que l’affaire était entre les mains du président de la République notant que le dossier des révocations a eu des répercussions sur le mouvement dans le corps des magistrats.
Il a ajouté, dans ce sens, que l’Ordre des avocats s’était toujours opposé à la révocation des juges estimant, toutefois, que les conseils de la magistrature n’ont pas joué leur rôle de contrôle.

 

Check Also

Jerandi appelle la France à plus de flexibilité dans l’octroi de visas

Le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, Othman Jerandi, …