lundi , 5 décembre 2022
Home / Articles principaux / Département d’État américain : la Tunisie doit reprendre le chemin de la démocratie

Département d’État américain : la Tunisie doit reprendre le chemin de la démocratie

La Sous-secrétaire d’État américain pour les Affaires du Proche-Orient, Barbara Leaf, est revenue sur sa visite en Tunisie lors d’un point de presse en ligne, mercredi 14 septembre 2022.

Rappelant qu’elle a rencontré le président de la République Kaïs Saïed, le ministre des Affaires étrangères Othman Jerandi, et ses homologues de la Défense et de l’Intérieur, Imed Memmich et Taoufik Charfeddine, en plus « d’éminents experts tunisiens, des représentants de la société civile et des journalistes », elle a indiqué qu’elle avait réitéré, lors de cette visite, le soutien des États-Unis au peuple tunisien et  l’engagement de son pays en faveur d’un partenariat à long terme avec la Tunisie. « Ce partenariat devient plus fort quand ancré dans un engagement commun envers les principes démocratiques et les droits de l’Homme », lit-on dans la retranscription du point de presse. « J’ai discuté à Tunis de l’importance d’un processus de réforme politique inclusif et transparent qui (…) protège les droits de l’Homme fondamentaux, notamment la liberté d’expression ».

En réponse à la question du journaliste de Masr 360/Al Bawaba sur le rôle des États-Unis dans l’appui du processus démocratique en Tunisie, elle a noté que les États-Unis avaient investi « beaucoup d’argent, de formations, et de programmes et activités de soutien en Tunisie pour appuyer la société civile, les journalistes, les défenseurs de la démocratie ».  « En fin de compte, en tant que gouvernement partenaire, en tant que gouvernement ami, en tant qu’ami de la Tunisie (…) j’ai été franche dans ma discussion avec le Président Saïed et il a été franc en retour sur la trajectoire politique actuelle en Tunisie.  Elle nous préoccupe.  Nous voulons que la Tunisie reprenne carrément le chemin de la démocratie, avec des institutions démocratiques pleinement opérationnelles », a-t-elle fait savoir.

Commentant la situation économique, elle a affirmé avoir « souligné l’importance pour la Tunisie d’avancer de toute urgence dans ses négociations avec le FMI et d’entreprendre des réformes économiques significatives, essentielles pour mettre un terme à la crise économique ».

En réponse à la question de la journaliste d’Asharq News sur la situation en Tunisie, Barbara Leaf a ajouté que la situation économique du pays représentant « une immense préoccupation » pour les États-Unis et pour beaucoup de Tunisiens.  « Une partie de ces inquiétudes est simplement due aux chocs que de nombreuses économies dans le monde ont subi, essentiellement deux sortes de chocs.  D’une part, la pandémie – les pays du monde entier luttent encore contre les répercussions de la pandémie (…) en particulier les économies comme celle de la Tunisie qui dépendaient fortement du tourisme comme une partie de leur moteur économique.  Le second est l’inflation – ou les chocs inflationnistes, les chocs pétroliers et les chocs d’insécurité alimentaire résultant de la terrible guerre entre la Russie et l’Ukraine », a-t-elle avancé.

La situation économique en Tunisie est alarmante. Tous les indicateurs sont dans le rouge et la situation semble des plus inquiétantes en l’absence d’un accord avec le Fonds monétaire international. Le gouvernement compte, en effet, sur un accord avec le bailleur de fonds afin de renflouer les caisses et clôturer le budget de l’État pour l’année 2022.

La responsable américaine a précisé, également : « Il existe des problèmes structurels sous-jacents à la stagnation de l’économie en Tunisie et à sa crise fiscale imminente, et ceux-ci, à notre avis, peuvent et doivent être traités par un mécanisme comme les négociations avec le FMI ».

Barbara Leaf a souligné, dans ce sens, qu’elle avait exhorté les autorités tunisiennes à accélérer les négociations car « cela aidera beaucoup la Tunisie à traiter les problèmes ». « Nous sommes inquiets.  Il existe des outils pour y remédier, et nous pensons qu’il est important que les dirigeants tunisiens agissent rapidement sur ces questions ».

La Sous-secrétaire d’État américain pour les Affaires du Proche-Orient a, rappelons-le, rencontré le président de la République, Kaïs Saïed, le 30 aoput 2022, accompagnée de Natasha Franceschi. Le chef de l’Etat avait, alors, réitéré, entre autres, l’attachement de la Tunisie à sa souveraineté rejetant toute ingérence dans ses affaires intérieures.

Elle a, également, rencontré le ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine, le jour-même. La réunion a porté sur les relations distinguées qu’entretiennent la Tunisie et les États-Unis dans tous les domaines ainsi que les moyens de les consolider davantage. Le ministre tunisien et les deux responsables américaines ont, également, discuté des projets de coopération bilatérale entre les deux pays, notamment dans le domaine sécuritaire.

 

Check Also

Fitch Ratings revoit à la hausse la note de la Tunisie

L’agence de notation Fitch Ratings a revu à la hausse la note de défaut émetteur …