mercredi , 7 décembre 2022
Home / Articles principaux / Le ministère de l’Intérieur répond aux syndicats sécuritaires

Le ministère de l’Intérieur répond aux syndicats sécuritaires

Les déclarations selon lesquelles le ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, serait contre le travail syndical sont fausses et n’ont aucun fondement », a affirmé, mercredi 7 septembre 2022, le chef du bureau d’information et de communication au sein du ministère de l’Intérieur, Faker Bouzghaya. Et de soutenir que « certes, il y a des rumeurs sur la dissolution des syndicats sécuritaires mais qu’il n’y a aucune décision allant dans ce sens » et « que les décisions du ministre ne visent qu’à organiser le travail syndical ».

 

 

Au micro de Zouheïr El Jiss dans l’émission Politica sur Jawhara Fm, M. Bouzghaya a assuré que l’affaire est interne et organisationnelle, mais que vu que certains syndicats sont en train d’organiser des conférences sur le sujet le ministère de l’Intérieur va apporter certains éclaircissements.

Il a indiqué que le ministre a affirmé à plusieurs reprises que le travail syndical est garanti. Et de noter que M. Charfeddine est un avocat de formation et de ce fait un droit-de-l’hommiste, et donc, il est inconcevable qu’il se positionne contre le travail syndical, toujours selon ses dires.

 

De janvier jusqu’à août 2022, plus 34,94 millions de dinars ont été prélevés automatiquement au profit des divers syndicats sécuritaires. Il ne s’agit pas des frais d’adhésion aux syndicats mais les frais de divers services assurés par les syndicats (abonnement téléphonique ou sportif, services hôteliers, etc.).

Pour le ministre, ce n’est pas normal que ces services soient déduits automatiquement des salaires des agents mais il faut que les syndicats trouvent d’autres moyens pour le faire.

Check Also

Le Front de salut national et des partis politiques appellent à les Tunisiens à manifester ce samedi

Le Front de salut national et des partis politiques ( le Courant démocrate, le Parti …