Mardi , 28 juin 2022
Page d’acceuil / Articles principaux / Brahim Bouderbala : ceux qui m’ont adressé la mise en demeure n’ont pas bien lu la loi !

Brahim Bouderbala : ceux qui m’ont adressé la mise en demeure n’ont pas bien lu la loi !

Le président de l’Ordre national des avocats de Tunisie, Brahim Bouderbala était l’invité ce matin du vendredi 10 juin 2022, de Myriam Belkadhi, sur Shems FM.

 

Réagissant à la mise en demeure qui lui a été adressée par un certain nombre d’avocats, Brahim Bouderbala a estimé que ces derniers n’ont pas bien lu le texte de loi expliquant que l’assemblée générale ordinaire est fixée à la fin de l’année judiciaire. « Mes collègues semblent croire que l’année se termine donc avec les vacances or ces vacances font partie de l’année judiciaire. Si les instances antérieures commettaient cette erreur, nous, nous n’avons fait qu’appliquer le texte » a-t-il souligné.

 

« Cet avertissement est politique, ils savent que je me tiens à distance égale de tous les partis et ils pensent que je vais avoir peur alors que tout ce qu’on a fait est clair et sain. Si j’avais pris une autre position par rapport au projet du président de la République, ces mêmes parties m’auraient largement soutenu » a-t-il ajouté.

 

Brahim Bouderbala avait, en effet, annoncé le 6 juin 2022, le report des assemblées générales ordinaire et élective prévues pour la fin du mois. Celles-ci auront lieu, tel que décidé par Brahim Bouderbala, les 10 et 11 septembre 2022. Le bâtonnier a, également, décidé que les candidatures au poste de président de l’ordre ou membre de son bureau national seront acceptées à partir du 1er juillet 2022.

 

La mise en demeure, qui compte les signatures de treize avocats, signale que toute opération ou décision prise par Brahim Bouderbala concernant la gestion de l’Ordre national des avocats de Tunisie et de la Caisse de prévoyance et de retraite des avocats après le 6 juillet 2022 était nulle et n’engageait en rien les avocats. Ils ont rappelé que l’élection du bâtonnier avait toujours eu lieu avant le 15 juillet 2022.

 

 

Les signataires ont rappelé que Brahim Bouderbala avait été élu à la tête de l’ordre à la date du 6 juillet 2019 pour un mandat de trois ans et que tout dépassement de la durée du mandat était une atteinte à la loi.

 

Sur la question de la grève des magistrats, Brahim Bouderbala a estimé que les juges commettent une « grosse erreur » qui aura des répercussions négatives sur le pays et ne fera que détruire le pouvoir judiciaire. « Je suis vraiment désolé qu’on en arrive là, tout ceci porte atteinte au prestige de la profession et à la crédibilité de toute l’institution et j’appelle les juges à suspendre la grève et reprendre le travail, je me propose d’être un médiateur entre les magistrats et le chef de l’Etat mais à la condition que cette grève prenne fin » a-t-il déclaré.

 

Interrogé sur les conditions de la tenue de la deuxième réunion du comité des affaires économiques et sociales qui aura lieu demain, samedi 11 juin, Brahim Bouderbala a précisé que d’autres personnalités rejoindront l’équipe et qu’une troisième réunion pourrait être prévue dimanche pour accueillir des experts qui exposeront les engagements de la Tunisie sur la question financière.

 

 

Check Also

La France et l’UE présentent leurs initiatives envers la société civile tunisienne

En clôture de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, l’ambassade de France à …