Mardi , 28 juin 2022
Page d’acceuil / Articles principaux / Néjib Chebbi : Le pouvoir s’apprête à dissoudre les partis politiques

Néjib Chebbi : Le pouvoir s’apprête à dissoudre les partis politiques

Le fondateur du Front de Salut National, Néjib Chebbi, a affirmé que « selon des informations parvenues aux dirigeants du Front de la part de multiples sources fiables (qu’il a refusé de révéler), le pouvoir s’apprête à dissoudre les partis politiques, à arrêter leurs dirigeants et certaines personnalités nationales, et à les placer en résidence surveillée. »
Il a ajouté, au cours d’une conférence de presse, jeudi, à Tunis, que « les informations donnent également les noms des personnalités qui seront ciblées ».

Selon Chebbi, « de nombreux indices confirment cette intention, dont notamment les écrits sur les réseaux sociaux à propos des protestations de dimanche prochain qui viseront les sièges des partis, et dont les affrontements serviront d’excuse au président de la République pour dissoudre les partis et arrêter leurs dirigeants ».

Il a indiqué que des inconnus ont attaqué mercredi soir le siège du mouvement Ennahdha à Sakiet Ezzit (Sfax) et ont tenté de l’incendier, affirmant que cet incident « extrêmement dangereux » s’inscrit « dans le cadre d’une série qui a débuté le 25 juillet, et qui a consisté à mettre la main illégalement sur le gouvernement et le Conseil supérieur de la magistrature, à geler puis dissoudre le Parlement élu et à fermer l’Instance nationale de lutte contre la corruption. »

Néjib Chebbi a laissé entendre que les sièges des partis seront visés lors des manifestations prévues dimanche, dont en premier lieu le siège d’Ennahdha. « Ces actes nous font craindre pour ce qui reste des acquis démocratiques, et aujourd’hui, après avoir obtenu le droit de s’organiser en partis et de participer à la vie politique, ces acquis seront annulés et nous reviendront en arrière, dans un contexte marqué par un recul important des libertés », a-t-il lancé.

Il a affirmé que le Front de Salut National est pris pour cible et affrontera toutes les tentatives de revenir sur ces acquis « résultat d’une lutte de plusieurs années, par tous les moyens légitimes ».
S’agissant du dialogue national, il a déclaré que «le Front n’accepte pas un dialogue imposé par le chef de l’État, où les partis sont rejetés et seuls ceux qui soutiennent le processus du 25 juillet sont acceptés ».
Il a dans ce sens indiqué que le Front de Salut est en contact avec les partis qui le rejoignent sur la question de la défense des libertés et de la démocratie, et qu’une annonce importante sera faite à ce sujet.

Chebbi a appelé les sécuritaires à assumer leur responsabilité dans la protection des sièges des partis et des personnes ce dimanche, et à « affronter ces groupes inféodés au pouvoir et au président de la République, s’ils portent atteinte aux acquis de l’Etat ».
Au sujet de la commission chargée de préparer l’instauration d’une nouvelle République, Chebbi a déclaré qu’il s’agit d’une violation du pouvoir législatif, qui montera les Tunisiens les uns contre les autres.

L’organisation d’élections législatives ne changera pas la réalité de la crise politique et la situation sociale difficile qui résulte de la faillite de l’Etat, a-t-il ajouté.
Néjib Chebbi a annoncé fin avril dernier la création d’un Front de Salut National opposé au processus du 25 juillet et appelant à un retour à la voie constitutionnelle et à l’annulation de toutes les décisions prises par le président de la République depuis le 25 juillet 2021. Le Front de Salut réunit 5 partis, 5 organisations et un groupe de parlementaires.

Check Also

La France et l’UE présentent leurs initiatives envers la société civile tunisienne

En clôture de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, l’ambassade de France à …