Samedi , 13 août 2022
Page d’acceuil / Articles principaux / Financement extérieur : L’aide providentielle viendra-t-elle d’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis ?

Financement extérieur : L’aide providentielle viendra-t-elle d’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis ?

Le ministère saoudien des finances vient de confirmer, d’après des agences de presse internationales, que le Royaume utilise les instruments monétaires dont il dispose pour fournir un soutien financier à certains pays afin de leur permettre de faire face aux répercussions de la pandémie du COVID 19, notamment en soutenant leurs positions de liquidités en devises étrangères.

Le ministère a expliqué que le Royaume est l’un des principaux pays qui ont soutenu les réserves de change de pays nécessiteux pendant la pandémie, notant qu’il a récemment fourni des dépôts de 3 milliards de dollars à la Banque centrale d’Égypte, en plus de l’extension de la durée de dépôts précédents d’une valeur de 2,3 milliards de dollars.

Il a également noté qu’en plus de cette initiative, des dépôts de 3 milliards de dollars ont été débloquées en soutien à la Banque centrale du Pakistan, et ce, parallèlement à 1,2 milliard de dollars de financement du commerce extérieur pour renforcer les équilibres de la balance des paiements du Pakistan.

Le ministère a indiqué que ces facilités extérieures, d’un montant total de 9,5 milliards de dollars, représente l’équivalent d’environ 70% des droits de tirage spéciaux récemment alloués au Royaume par le Fonds monétaire international.

Rappelons que dans des propos rapportés récemment par deux médias locaux, un responsable de la Banque centrale de Tunisie, a fait état de discussions avancées avec l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis pour renflouer les ressources de l’Etat tunisien.

Aucune précision n’a été donné concernant le montant de l’aide financière sur laquelle portent les discussions, ni sous quelle forme elle serait attribuée.

Pour mémoire, le Président de la République Kais Saied, a reçu le soutien des Emirats et de l’Arabie Saoudite, deux pays en première ligne de la lutte contre l’islam politique dont Ennahdha est l’émanation en Tunisie. Le Conseil d’administration de la Banque Centrale de Tunisie a exprimé sa préoccupation début octobre concernant le tarissement aigu des ressources financières extérieures, face aux besoins importants pour boucler le Budget de l’Etat pour l’année 2021.

A la mi-octobre, l’agence de notation Moody’s a dégradé d’un cran la note souveraine du pays, qui est passée de B3 à Caa1, signifiant que la confiance accordée aux finances tunisiennes diminue. « Si d’importants financements ne sont pas sécurisés (…) il existe un risque de défaut de paiement » du pays, a par ailleurs prévenu Moody’s.

Check Also

Arrestation de Rached Khiari

Le député islamiste radical Rached Khiari, a été arrêté ce mercredi 3 août 2022, annonce …