Mercredi , 27 janvier 2021
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / La Tunisie et le Printemps arabe : Une révolution manquée !

La Tunisie et le Printemps arabe : Une révolution manquée !

En Tunisie moins qu’ailleurs, partout où est passé  ce qu’il est convenu d’appeler le Printemps arabe, les populations n’ont pas été en mesure de  faire de réels progrès, et dans  certains endroits, les conditions sont encore pires aujourd’hui qu’elles ne l’étaient auparavant. Un constat, pourtant posé bientôt une décennie  après que le  Moyen-Orient et l’Afrique du Nord  ont été balayés par cette vagues de révoltes, et qui constituent  aujourd’hui la plus grande région de conflit au monde.

Dans une analyse livrée par l’International  Politics and Society, et reprise par le « Daily Mail, il est relevé que «  partout, l’instabilité et l’incertitude règnent. La population croît rapidement, le chômage est élevé, surtout chez les jeunes, et les perspectives économiques sont médiocres » Au fil  des années,  l’écart de revenus et de prospérité entre l’Union Européenne  et l’Afrique du Nord se creuse. L’endettement des États s’accroît et, parallèlement, la dépendance vis-à-vis des donateurs internationaux, du FMI et de la Banque mondiale.

De quoi l’avenir sera fait ?

Le développement futur de la région est incertain. Cependant, on peut être sûr  que les crises mondiales telles que le changement climatique et la pandémie de coronavirus vont  créer davantage de problèmes. Le changement climatique, avec son augmentation de la température, augmente le danger de sécheresses et d’inondations et menace l’avenir de l’agriculture. La pandémie constitue une menace sérieuse car, dans la plupart des pays, elle touche des systèmes de santé en difficulté et chroniquement sous-financés.

Les conséquences économiques seront encore plus graves que les risques sanitaires. Il n’y a pas de ressources financières pour les plans de sauvetage ou de relance économique. L’aide ciblée des pays industrialisés a jusqu’à présent fait défaut. En raison des semaines de confinement et de couvre-feu, de l’effondrement du tourisme et de la rupture des chaînes d’approvisionnement, le ralentissement économique a inévitablement entraîné une augmentation du chômage et de la pauvreté. La réduction des heures de travail et le soutien de l’assurance chômage pour les familles touchées n’existent tout simplement pas. La plupart des nations ont maintenant demandé des prêts d’urgence au FMI.

La Tunisie  semble devoir un relatif salut au fait qu’elle  est un petit pays avec peu de ressources naturelles. Elle se situe en dehors des arènes dans lesquelles les grandes puissances régionales luttent pour la suprématie et/ou l’accès aux ressources. Mais d’autres facteurs ont été décisifs : le fondateur de l’État, Habib Bourguiba, avait dès le départ prescrit un itinéraire laïc pour le pays. Il a interdit la polygamie et le foulard dans les écoles, les administrations et les tribunaux.

Un printemps arabe 2.0 ?

Ce sont justement ces conditions qui n’existaient pas dans les autres pays du Printemps arabe. Cela montre qu’il ne faut pas seulement des élections libres au début d’un processus de transformation ; il est au moins aussi important de promouvoir l’engagement civique au lieu de l’entraver. Des syndicats libres, des médias indépendants avec des journalistes compétents et courageux, la création de partis laïques et, surtout, des femmes engagées sont les véritables conditions préalables à la transformation démocratique. Sans un changement fondamental dans les relations entre les sexes et sans une séparation plus nette de l’État et de la religion, il ne sera pas possible pour le monde arabe de s’offrir  un avenir meilleur.

Le printemps arabe n’a guère répondu aux attentes qui lui étaient associées. À cet égard, il peut être décrit comme une révolution manquée. Néanmoins, il marque un tournant historique. Il a montré que les habitants du monde arabe sont prêts à descendre dans la rue pour défendre leurs droits et qu’ils sont capables de renverser des despotes. Aujourd’hui, dix ans plus tard, les conséquences négatives de la mauvaise gouvernance, de la corruption et du copinage sont de plus en plus visibles dans toute la région. Pour la plupart des gens, la légitimité politique des dirigeants est depuis longtemps ébranlée. Leur ressentiment à l’égard de leurs griefs subsistera et ne fera que croître lorsque la situation économique – comme il est à craindre- se détériorera. L’un des effets secondaires de la crise de la couronne est que les couvre-feux et les interdictions de contact imposés ont temporairement freiné un certain nombre de manifestations.

Les transformations démocratiques sont des processus longs et difficiles qui ne peuvent être ni décrétés ni activés du jour au lendemain. Il faut également noter que, contrairement à ce que l’on pourrait espérer, la démocratie libérale avec des caractéristiques européennes n’est pas considérée partout comme le modèle souhaité et la forme de gouvernement préférée. Si l’Europe veut jouer un rôle dans les pays du monde arabe à l’avenir, l’UE doit enfin concevoir et poursuivre une politique méditerranéenne commune, au lieu d’apparaître régulièrement comme un club d’économies rivales des différents États membres.

À l’époque, l’Europe a su saisir les opportunités du printemps arabe. Mais lorsque le moment sera venu, les mécontents, les courageux, les jeunes, ceux qui ne veulent pas que leur avenir soit volé, demanderont à nouveau du travail et du pain, de la liberté et de la dignité, et des perspectives réalistes pour leur vie. Ils pourront alors se rabattre sur leurs expériences passées et les mettre à profit. Le printemps arabe a eu un impact énorme. D’autres secousses, un Printemps arabe 2.0, suivront.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur African Manager

Check Also

ARP : Présence sécuritaire musclée, des députés dénoncent une « militarisation » du Parlement

Le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Rached Ghannouchi, a décidé de suspendre …