Mercredi , 30 septembre 2020
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / La contrebande cause des pertes de 1,2 milliard de dinars à l’Etat !

La contrebande cause des pertes de 1,2 milliard de dinars à l’Etat !

Pour un danger réel, c’en est un, la Tunisie n’a pas fini de pâtir d’une croissante prolifération de la contrebande. Au point que la région de Ben Guerdane relevant du gouvernorat de Médenine est devenue la « capitale » de l’économie informelle en Tunisie.

Selon maints experts, ce type de commerce favorise une concurrence déloyale qui peut amplifier les distorsions au détriment du secteur formel qui paye les droits et les taxes et emploie des salariés. Cela aussi engendre des pertes de recettes fiscales pour l’Etat, sans compter les risques qui pèsent sur la santé des consommateurs dans la mesure où les produits importés de Libye ne sont pas contrôlés au niveau des services du contrôle technique, sanitaire et phytosanitaire à l’importation, ce qui a pour conséquence l’aggravation du déséquilibre de la balance commerciale et du déficit.

Les produits importés de différents pays asiatiques inondent la région frontalière méridionale, point de départ et focal d’un trafic qui touche tous genres de produits. Un trafic géré par environ soixante grossistes, 1.200 détaillants et 600 transporteurs.

Les transferts illégaux de devises de la région de Ben Guerdane vers l’extérieur varient entre 1 et 3 millions de dinars par jour, soit l’équivalent de 750 MDT par an, selon les estimations. Quelque 250 à 300 « cambistes » s’y affairent et environ 300 mille litres d’essence par jour sont introduites illégalement sur le territoire tunisien.

La culture de l’informel est en train de s’enraciner dangereusement comme source de revenu pour plusieurs familles au détriment de l’entreprise tunisienne. De retour de Ben Guerdane, des citoyens tunisiens témoignent. Cette région donne l’impression d’être au ban du pays avec ce commerce parallèle qui n’est soumis à aucun prélèvement fiscal et social.

Toutes les marchandises sont importées, des écrans plats de toutes marques en provenance d’Arabie Saoudite ou de Dubaï, notamment, y sont proposés. Certains magasins sont allés jusqu’à exhiber une enseigne où y est écrit : « Centre de Dubaï pour le Commerce » et ce n’est qu’un échantillon parmi tant d’autres. De quoi ajouter aux tourments des responsables de la politique commerciale tunisienne.

Les carburants, aussi et surtout !

La région de Ben Guerdane représente le principal point d’entrée des carburants pour les automobiles pour toute la moitié sud du pays. Le maintien de Ben Guerdane dans une situation de non droit en tolérant la non application de la réglementation nationale du commerce est habituellement justifié par le faible développement de l’activité économique de la région.

Cependant, cela ne peut nullement autoriser ce type de commerce bien que l’avalanche de produits importés de produits agro-alimentaires et industriels risque de détruire l’ensemble du tissu économique tunisien et de toucher tous les secteurs et les branches d’activités, puisque la contrebande n’a épargné aucun produit.

Des chiffres officiels relèvent que la contrebande et le commerce informel engendrent pour l’État tunisien des pertes de 1,2 milliard de dinars dont 500 millions de dinars en taxes douanières.

Et en l’absence de toute mesure ou stratégie mise en place par les autorités tutelles, ce phénomène a continué de prendre de l’ampleur, malgré les efforts déployés par les brigades des douanes pour lutter contre cette hémorragie.

Il est très difficile de quantifier le phénomène de la contrebande en Tunisie. Cette quantification n’est pas impossible mais reste approximative vu l’ampleur du phénomène.

Néanmoins, il est important de préciser que la contrebande et l’informel sont des activités « structurées » du point de vue de leur organisation.

Des barons organisent des créneaux occultes et supervisent des réseaux agissant pour leur compte, généralement, selon un modèle pyramidale quasi mafieux.

Check Also

Saisie de 24 mille paquets de cigarettes de contrebande à Tataouine

Une quantité de 24 mille paquets de cigarettes de contrebande d’une valeur de 60 mille …