Lundi , 25 janvier 2021
Page d’acceuil / Articles principaux / Tout ce que l’on sait sur l’attentat terroriste de Sousse-El Kantaoui

Tout ce que l’on sait sur l’attentat terroriste de Sousse-El Kantaoui

Une attaque terroriste a été perpétrée tôt ce matin du dimanche 6 septembre 2020 avant 7h. Trois terroristes se sont attaqués à la patrouille sécuritaire de la Garde nationale en service au rond-point d’Akouda, menant vers la Baie des Anges (El Kantaoui – Sousse). Les trois terroristes ont foncé sur les deux agents de la Garde nationale avec leur véhicule, avant de les poignarder, leur causant de graves blessures, selon les déclarations de Houssem Eddine Jebabli, porte-parole de la Garde nationale, aux médias de la place.

Deux agents visés, l’adjudant Sami Mrabet succombe à ses blessures

L’adjudant Sami Mrabet est tombé en martyr, succombant à ses blessures à l’hôpital de Sahloul, alors que l’adjudant Rami Limam est, quant à lui, dans un état critique et reçoit les soins nécessaires.

Les trois terroristes ont été tués, peu après l’attaque

Les trois terroristes ont été tués peu après l’attaque suite à un échange de tir avec les forces de l’ordre. Ils avaient essayé de se cacher à l’intérieur d’une école voisine mais ont été très rapidement débusqués par les forces de l’ordre.

Le ministre de l’Intérieur inspecte les opérations sur place

Le ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine s’est déplacé sur le lieu de l’attaque et des opérations de ratissage ont été menées sur place.

Présent sur les lieux, le chef du gouvernement Hichem Mechichi a déclaré que « les terroristes cherchaient à confirmer leur présence à travers cette opération, bien que les lions du pays sont toujours prêts pour lutter contre le terrorisme ». « Les terroristes ne devraient pas faire peur au peuple, ce sont eux qui devraient avoir peur. La preuve, ils ont été tués dans seulement quelques minutes », a-t-il souligné.

Un témoin oculaire donne la signalisation des terroristes

Le chef du district de Sousse, Hatem Zargouni, a expliqué dans une déclaration aux médias, qu’un témoin oculaire a donné aux forces de l’ordre, qui se sont dépêchées sur place après l’attaque, la description des assaillants.

« Trois hommes se sont attaqués à nos collègues et leur ont confisqué leurs armes avant de prendre la fuite […] Grâce aux détails fournis par le témoin, nous avons pu lancer des investigations à partir des descriptifs des fugitifs et du véhicule. Tous les moyens nécessaires ont été déployés et nous avons réussi, grâce à un deuxième signalement, à neutraliser les terroristes dans une cité avoisinant l’opération. Trois individus, portant des barbes, ont été signalés dans le véhicule correspondant à la description. Nous avons encerclé les lieux et pu neutraliser les trois assaillants après un échange de tirs. Les trois hommes ont été tués ».

Le chef du district de Sousse dément l’hypothèse d’un quatrième homme, véhiculée par plusieurs médias, affirmant : « A l’heure actuelle, les assaillants sont au nombre de trois. Ils ont tous été neutralisés et les armes qu’ils ont dérobées aux sécuritaires ont été saisies ».

 « La neutralisation des terroristes s’est déroulée très rapidement »,

« La neutralisation des terroristes s’est déroulée très rapidement », a déclaré l’un des sécuritaires ayant participé à l’opération dans une déclaration à Mosaïque Fm. Il ajoute : « Nous sommes une seule institution et servons tous un seul intérêt, l’intérêt du pays. Nous serons à l’affut de toute personne qui osera s’attaquer à un sécuritaire, peu importe le corps auquel il appartient ».

L’adjudant Rami Limam demeure sous surveillance à l’hôpital Sahloul

L’adjudant Rami Limam, actuellement hospitalisé à Sousse, vient de subir une opération chirurgicale et demeure sous surveillance.

Kaïs Saïed : « Les commanditaires assumeront leur entière responsabilité ! »

Le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, s’est déplacé sur les lieux vers 10h30. Face aux médias, il a déclaré en exprimant son soutien aux forces de l’ordre, que « ceux qui tombent en martyrs peuvent être considérés comme vivants et les blessés, comme encore en exercice ». Il ajoute : « Il s’agit visiblement d’une opération primitive et les commanditaires assumeront leur entière responsabilité ».

Kaïs Saïed a ajouté que les textes de loi qui protégent les agents sécuritaires dans l’exercice de leurs fonctions seront révisés en collaboration avec le ministère de l’Intérieur. « Les textes existent mais n’ont pas encore été validés par le conseil des ministres ».

تصريح رئيس الجمهورية قيس سعيد عند تحوله إلى سوسة للوقوف على ملابسات العملية الارهابية

تصريح رئيس الجمهورية قيس سعيد عند تحوله صباح الأحد 6 سبتمبر 2020 إلى سوسة للوقوف على ملابسات العملية الارهابية

Posted by ‎Présidence Tunisie رئاسة الجمهورية التونسية‎ on Sunday, 6 September 2020

 Les partis politiques condamnent l’attaque et saluent le travail des forces de l’ordre

Des partis politiques ont condamné cette attaque à commencer par le parti Ennahdha de Rached Ghannouchi et Qalb Tounes de Nabil Karoui. Les deux partis majoritaires au Parlement ont publié des communiqués pour rendre hommage au martyr de la nation, présenter leurs condoléances aux proches, souhaiter prompt rétablissement à l’agent blessé et saluer les efforts des « vaillants soldats de la nation ».  

« Cette attaque terroriste, vile et lâche, ne fera que renforcer la cohésion des Tunisiens et leur attachement à la paix sociale », note Ennahdha.

Des terroristes prêtant allégeance à Daech

Sofiène Selliti, porte-parole du pôle judiciaire et financier a affirmé que les trois terroristes portaient des tenues aux couleurs Daech, contenant des slogans glorifiant l’organisation terroriste.

Il a expliqué que deux des trois terroristes sont des frères originaires de la ville de Akouda (Sousse). L’un des deux est ouvrier dans une usine d’aluminium alors que le deuxième est en formation professionnelle. Le troisième est originaire de Makthar (Siliana). Ils sont, respectivement, âgés de 19, 25 et 30 ans.

Un attentat dans un contexte politique déjà fragile

Cet attentat intervient dans un contexte politique déjà très fragile. L’opération coïncide, en effet, avec la prise de fonction du nouveau gouvernement de Hichem Mechichi. A peine trois jours après la cérémonie de passation de pouvoirs entre les deux gouvernements, voilà que le terrorisme frappe de nouveau.

Pas plus tard qu’hier, Hichem Mechichi – chef du gouvernement et ancien ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Fakhfakh – avait alerté toutes les forces sécuritaires les appelant à une mobilisation générale pour faire face à d’éventuelles inondations. Ils sont aujourd’hui en train de mener une opération sécuritaire de la plus haute envergure.

Lors de la formation du nouveau gouvernement, plusieurs voix se sont élevées contre la nominations du nouveau ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine. Avocat de formation, il a été jugé inapte par l’opposition à occuper le poste de ministre de l’Intérieur dans la mesure où il n’a aucune connaissance des rouages de l’administration tunisienne. D’ailleurs, la présidente du PDL Abir Moussi avait même émis un véto contre Taoufik Charfeddine, affirmant que l’un des gendres de ce dernier serait accusé de terrorisme. Une accusation dangereuse, en cette période délicate pour le pays.

Ainsi, et malgré cette conjoncture politique, la Tunisie devra gérer les répercussions inéluctables d’une nouvelle attaque terroriste. Alors que la dernière attaque en date remonte à six mois, les Tunisiens étaient plutôt préoccupés par la crise économique aggravée par la situation épidémique liée au coronavirus.

Aujourd’hui, ils devront de nouveau faire face à la menace sécuritaire, qui non seulement, fragilise la stabilité politique, mais affecte aussi de près le climat de l’investissement indispensable à la relance économique. Comme si le gouvernement actuel n’avait pas assez de chantiers et de dossiers sur la table, le voilà encore face à un nouveau défi à relever, et non des moindres…

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Business News

Check Also

Remaniement ministériel : Hichem Mechichi tient à ses nouveaux ministres

A quatre jours de la séance plénière consacrée au vote sur le remaniement ministériel, fixée …