Lundi , 30 novembre 2020
Page d’acceuil / Articles principaux / Le covid-19 terrasse un tourisme déjà très fragile !

Le covid-19 terrasse un tourisme déjà très fragile !

En Tunisie, il était inévitable que le tourisme soit le premier secteur à être laminé par la crise du coronavirus. Malgré la résilience dont il a fait preuve à maintes reprises, le secteur est, confronté à une situation sans précédent, où la crise du coronavirus est en train de porter un coup de grâce à une pléthore d’entreprises, fragilisées depuis 2011, d’ailleurs.

Des données annoncées par le ministère du Tourisme et de l’artisanat recensent pas plus de 70 mille touristes de différentes nationalités ayant visité la Tunisie durant la saison estivale 2020.

A leur tour, les recettes touristiques continuent de baisser. Depuis mai, elles ne cessent de régresser. Au 10 août 2020, elles ont chuté de 59% pour atteindre 1,3 milliard de dinars, contre 3,1 milliards de dinars, à la même date de l’année écoulée, selon les indicateurs monétaires et financiers, publiés vendredi par la Banque Centrale de Tunisie (BCT)

A fin juillet 2020, elles avaient chuté de 56% pour soit 1,2 milliard de dinars, contre 2,8 milliards durant la même période de l’année dernière. Selon ces données, les recettes touristiques poursuivent leur régression sous l’effet de la crise du coronavirus. Elles ont chuté de 27% en mai 2020 à 47% à la fin du premier semestre 2020, par rapport à juin 2019.

Quelles sont les nouvelles mesures pour sortir de l’ornière?

Les nouvelles mesures, décidées, par le gouvernement, face aux dernières évolutions de la situation sanitaire et épidémiologique, au niveau national, régional et mondial, ne concernent pas les vols touristiques charter provenant des pays classés en zone orange, étant donné que ceux-ci obéissent au protocole sanitaire annoncé précédemment, précise le ministère du Tourisme.

Ces mesures ne concernent pas non plus les voyageurs à bord de vols réguliers de provenance des pays classés en zone orange, organisés dans le cadre des voyages à forfait et des » Inclusive Tour « .

Car, ceux-ci obéissent obligatoirement au protocole sanitaire spécifique au secteur du tourisme au sein des établissements hôteliers, adopté par le ministère de la Santé et aussi par la médecine du travail relevant du ministère des Affaires sociales.

Pour rappel, un conseil ministériel, sous la présidence du chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, Elyes Fakhfakh, a annoncé de nouvelles mesures de protection contre une deuxième vague de coronavirus en Tunisie.

Ces mesures portent, entre autres, sur le changement du classement de la France, la Belgique et l’Islande de la zone verte, à la zone orange, ce qui fait que les revenants de ces pays sont soumis à l’entrée de la Tunisie à un test PCR effectué 72 heures de la date du voyage, à condition qu’il ne dépasse pas les 120 heures à l’arrivée de la Tunisie, tout en s’en tenant à l’auto-isolement.

Il s’agit aussi de l’obligation du port du masque dans les aéroports, la gare de Tunis, le port de la Goulette, les hôpitaux et les cliniques privées, ainsi que dans les grandes surfaces.

Une interdiction de la Chicha (Narguilé) dans les espaces fermés a été également décidée en plus de l’intensification des campagnes de contrôle dans les espaces de loisirs fermés.

OMT: 320 milliards de dollars de pertes dues au coronavirus

Selon le baromètre publié par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), la pandémie de Covid-19 a provoqué des pertes de 320 milliards de dollars (273 milliards d’euros) pour le tourisme mondial de janvier à mai sur un an.
« C’est plus du triple des pertes enregistrées (…) par le tourisme international pendant la crise économique mondiale de 2009 », a estimé cette organisation dépendant des Nations unies dont le siège est à Madrid.

De janvier à mai, le nombre des touristes internationaux a chuté de 56% par rapport à la même période en 2019, ce qui représente 300 millions de visiteurs en moins. Malgré le lent redémarrage du tourisme, notamment dans l’hémisphère nord, « l’indice de confiance établi par l’OMT affiche des plus bas historiques », est-il constaté.

Parmi les principaux risques encourus par le secteur, l’OMT cite « la recrudescence du virus et le risque de nouveaux confinements » ainsi que la situation de la Chine et des Etats-Unis, « au point mort », alors que ces pays sont habituellement grands pourvoyeurs de touristes.

Début mai déjà, l’OMT prévoyait une chute de 60 à 80% du nombre des touristes internationaux pour l’année 2020, avec des pertes pouvant atteindre au total 910 à 1.200 milliards de dollars (776 à 1.023 milliards d’euros).

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur African Manager

Check Also

Tunisie: Les protestations régionales et le rôle du président de la République

Conformément à l’article 72 de la constitution, le président de la République est le Chef …