Mardi , 11 août 2020
Page d’acceuil / Articles principaux / Le coronavirus a des avantages dont la classe politique tunisienne doit faire bon usage, selon l’ECFR

Le coronavirus a des avantages dont la classe politique tunisienne doit faire bon usage, selon l’ECFR

Le Covid-19 a créé une nouvelle dynamique dans cette période de transition que vit la Tunisie où la pandémie exacerbe les défis à long terme tels que la crise économique, les inégalités sociales et régionales, les soins de santé inadéquats et l’instabilité politique d’une manière qui mettra à l’épreuve la capacité et l’unité de la coalition au pouvoir. Toutefois, elle pourrait également devenir un catalyseur de la restructuration économique, car elle offre la possibilité de relever de vastes défis et de créer des accords pour partager le fardeau de réformes douloureuses entre différents groupes, estime le think tank Conseil européen des relations internationales (ECFR).

Il fait observer que malgré l’inertie politique de ces dernières années, un consensus se dégage aujourd’hui parmi les élites tunisiennes pour mettre fin à la guerre d’usure que les groupes d’intérêts spéciaux mènent depuis longtemps contre les tentatives de réforme économique. S’ils ne concluent pas les compromis importants et ne prennent pas les autres décisions nécessaires pour y parvenir, les dirigeants politiques tunisiens risquent de miner encore davantage la légitimité des institutions de l’État, prévient-il. L’augmentation des tensions économiques et sociales qui en résulterait pourrait renforcer les forces antidémocratiques et déstabiliser le pays. Plus que jamais, les défis auxquels la Tunisie est actuellement confrontée exigent un leadership politique fort, affirme le Conseil européen des relations internationales.

L’impératif d’un gouvernement « efficace et stable »

Seul un gouvernement efficace et stable peut sauver la Tunisie des défis sanitaires et économiques auxquels elle est confrontée. Plus que jamais, le pays a besoin d’un gouvernement capable de gérer les crises, de concevoir et de mettre en œuvre des politiques, et d’apporter des solutions sociales et économiques aux problèmes durables. C’est la clé du renforcement de la légitimité des institutions démocratiques tunisiennes. Paradoxalement, les effets de la crise du covid-19 pourraient créer une dynamique de mise à l’écart des intérêts particuliers, de corporatisme à courte vue et de procédure bureaucratique onéreuse. Dans un sens, la crise pourrait avoir des avantages. Mais cela dépendra principalement de la capacité de la classe politique à faire bon usage de la situation, souligne l’ECFR.

En Outre, et comme le montrent les divisions au sein de la coalition gouvernementale, il est nécessaire de trouver un équilibre entre l’unité politique et les identités distinctes des partis. Il existe des différences importantes entre Ennahdha, le Courant démocratique, le Mouvement populaire et Tahya Tounes. Pourtant, ils doivent parvenir à un accord sur des questions cruciales – en premier lieu, les priorités du plan de relance du covid-19. En s’appuyant sur l’unité dont ils ont fait preuve dans leur réponse à la pandémie, ils doivent lancer un programme de réformes sociales et économiques, et gérer le droit de veto des groupes d’intérêts spéciaux. Étant donné qu’il leur est impossible de se mettre d’accord sur un programme politique commun, ils doivent trouver un accord dans lequel chaque partie fixe ses propres priorités pour le plan de relance.

Cet accord ne remplacerait pas un programme de réforme cohérent, estime cependant le think tank paneuropéen, mais il aiderait à identifier et à communiquer les demandes de chaque partie en matière de législation et de projets spécifiques. Les partis pourraient faciliter le processus en formant un groupe de planification stratégique, qui agirait comme moteur de la coalition. Il serait ainsi plus facile de conclure des accords au sein de la coalition et de développer une approche collective des questions, des projets et d’autres parlementaires essentiels. Il est également nécessaire de coordonner les agendas du président, du chef du gouvernement et du président du parlement. Les trois dirigeants pourraient organiser des réunions mensuelles et créer un comité pour coordonner et mettre en œuvre des actions de suivi de leurs agendas. Cela permettrait de créer une cohérence indispensable entre les pouvoirs exécutif et législatif, et de créer un sentiment d’unité dans les interactions de la Tunisie avec ses partenaires internationaux, en particulier ceux d’Europe.

Le soutien des partenaires mondiaux surtout l’UE

La Tunisie ne peut pas trouver de solution à ses problèmes sociaux et économiques sans le soutien de ses partenaires internationaux, en particulier l’UE, affirme le centre de recherche européen. Les sources de financement extérieur du pays ont commencé à se tarir à mesure que la communauté internationale se lasse de la lenteur de ses réformes. Mais les institutions financières internationales, les créanciers et les investisseurs doivent faire preuve de souplesse si le gouvernement tunisien veut se ménager l’espace politique nécessaire à la mise en œuvre de réformes économiques de fond.

Ainsi, il est recommandé à l’Union européenne d’ aider la Tunisie à conclure des accords avec d’autres partenaires internationaux sur la restructuration de la dette, ce qui donnerait au gouvernement une certaine marge de manœuvre. L’Union peut jouer un rôle important en encourageant le développement de l’expertise en matière de gouvernance économique, en renforçant les capacités du Conseil d’analyse économique – qui est le principal organe consultatif du chef du gouvernement re en matière de politique économique – et de l’Institut tunisien d’études quantitatives, ainsi que des groupes de réflexion et des centres de recherche. Étant donné qu’une réponse efficace aux problèmes économiques et sociaux créés par le covid-19 nécessitera une réflexion innovante, ces institutions pourraient jouer un rôle majeur en conseillant le gouvernement, en explorant les options politiques et en suscitant un débat public sur la gouvernance économique.

Au-delà des finances, la Tunisie doit engager un dialogue stratégique avec l’UE. Avec l’arrivée d’une nouvelle direction à Bruxelles et les élections de 2019 en Tunisie, les parties peuvent ouvrir un nouveau chapitre dans leurs relations. Nombreux sont ceux qui, à Tunis, perçoivent le cadre de la politique européenne de voisinage comme excessivement bureaucratique et principalement dirigé par des technocrates. Il est urgent de renouveler les priorités du partenariat et de politiser ce cadre. Un dialogue stratégique entre la Tunisie et l’UE permettrait de repenser en profondeur leurs priorités pour 2021-2027. Le pays a besoin d’un partenariat politique avec le bloc – et cela serait en accord avec le nouvel accent mis par la Commission européenne sur la géopolitique.

Le dialogue stratégique devrait couvrir la modernisation de l’économie tunisienne, l’innovation commerciale, l’économie verte, la reconfiguration des chaînes d’approvisionnement, la numérisation, le commerce, l’investissement et, bien sûr, les questions de sécurité et de migration. Un tel dialogue inciterait les élites politiques et économiques tunisiennes à mettre en œuvre des réformes, car elles pourraient bénéficier de l’intégration au marché européen. Plus important encore, le processus permettrait à l’UE et à la Tunisie d’identifier leurs intérêts communs – au-delà de l’assistance financière et des relations commerciales qui, jusqu’à présent, ont été l’objet exclusif de leurs discussions sur un accord de libre-échange approfondi et complet. Un partenariat stratégique serait une source de stabilité pour la Tunisie dans un environnement économique et sécuritaire de plus en plus incertain.

Le statu quo n’est pas une option pour les relations UE-Tunisie. Les parties doivent construire un cadre créatif pour leurs relations et proposer de nouveaux instruments pour faire face à l’évolution de la situation politique en Tunisie. Cela les aiderait à faire face à l’humeur de plus en plus souverainiste de la population du pays, aux troubles géopolitiques au Maghreb, aux préoccupations sécuritaires croissantes liées principalement au conflit en Libye et aux défis socio-économiques créés par le coronavirus. Toutes ces tendances accentuent la nécessité pour l’UE et la Tunisie de rajeunir leur partenariat de manière à protéger leurs intérêts communs, conclut le Conseil euroéen des relations internationales.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur African Manager

Check Also

2500 agents testés négatifs au Covid-19 à l’aéroport Tunis-Carthage

Le membre de la commission chargée de la lutte contre le Covid-19 au ministère de …