Vendredi , 14 août 2020
Page d’acceuil / Articles principaux / Abdellatif Mekki est-il contre l’ouverture des frontières ?

Abdellatif Mekki est-il contre l’ouverture des frontières ?

Annoncée le 27 juin, l’ouverture des frontières suscite les inquiétudes à l’aune des chiffres sur le nombre des personnes atteintes du Covid-19 parmi les Tunisiens évacués. Certains médias évoquent le refus du ministre de la Santé d’ouvrir les frontières.

Des médias citant le membre de la Commission nationale de lutte contre le coronavirus, Samir Abdelmoumen, indiquent que le ministre de la Santé est contre l’ouverture des frontières le 27 juin.

Abdellatif Mekki s’est exprimé sur cette question, via Facebook, ce jeudi 18 juin 2020, en soulignant que « l’ouverture des frontières pour permettre aux Tunisiens à l’étranger de revenir au pays est un droit constitutionnel. Personne ne peut les priver de ce droit ». Pour le ministre, « on ne va pas continuer à fermer les frontières ». Il évoque « une équation difficile » entre la protection des citoyens et l’ouverture des frontières. Il a également mis en garde contre la-non application des mesures sanitaires qui conduiraient à « la fermeture à nouveau des frontières, l’isolement du pays et des dégâts sur la société et les individus ». Le ministre de la Santé prône « l’ouverture progressive des frontières selon le degré de gravité de la situation » et la mise en place de protocoles sanitaires pour les Tunisiens de retour au pays ainsi que les touristes selon des critères scientifiques adaptés aux circonstances.

Mekki avait alerté, lors ors d’une conférence de presse tenue mardi 16 juin, contre le risque d’une deuxième vague de propagation du coronavirus, notamment après la réouverture des frontières le 27 juin 2020. Le ministre avait fait référence à la situation en Chine. En effet, les autorités chinoises ont décidé cette semaine la refermeture des sites sportifs et culturels ainsi que le rétablissement du contrôle de températures dans les zones résidentielles après l’apparition de nouveaux cas de contamination.

Le rapatriement des Tunisiens fait resurgir le spectre d’une deuxième vague du Covid-19.  Après une période rassurante, on assiste à l’apparition de nouveaux cas d’infections importés qui coïncide avec le rapatriement des Tunisiens à l’étranger. Le ministère de la Santé a annoncé, le 17 juin 2020, que 709 dépistages ont été réalisés. 16 parmi eux sont ceux de patients déjà contaminés. Les tests ont révélé quatre cas de contamination parmi les ressortissants évacués, qui ont été mis dans un centre de confinement obligatoire.

Le gouvernement a annoncé, vendredi 12  juin, de nouvelles mesures pour l’arrivée des Tunisiens et des touristes. Dès le 18 juin, les Tunisiens de retour au pays devront présenter les résultats négatifs d’un test PCR effectué pas plus tard que 72 heures avant leur date de voyage et l’observation d’une période d’auto-isolement de 14 jours. En vue de l’ouverture des frontières, un test PCR est aussi exigé pour les touristes ainsi qu’un questionnaire de santé à livrer avant de quitter leur pays. Toutefois, une prise de température est effectuée à l’aéroport.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Nawaat

Check Also

Nissaf Ben Alaya, la grande figure de la lutte contre le Covid-19

De Didon – la reine fondatrice de Carthage – à Radhia Haddad, en passant par …