Mardi , 2 juin 2020
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / Coronavirus : Le Conseil de sécurité ne jette pas l’éponge et pense pouvoir voter la résolution tuniso-française

Coronavirus : Le Conseil de sécurité ne jette pas l’éponge et pense pouvoir voter la résolution tuniso-française

Le Conseil de sécurité des Nations unies s’emploie de nouveau à obtenir l’accord de ses membres  sur sa première résolution depuis que la pandémie de coronavirus a commencé à se peropager partout dans le monde il y a plus de deux mois, mais un différend entre les États-Unis et la Chine concernant la mention de l’Organisation mondiale de la santé n’est toujours pas résolu.

Vendredi, les États-Unis se sont opposés à un projet de  résolution élaboré par la Tunisie et la France  après que des diplomates ont déclaré qu’ils avaient accepté de trouver un compromis avec la Chine sur un texte qui ne mentionnait pas directement l’agence sanitaire des Nations unies.

Les 15 ambassadeurs du Conseil ont discuté de la manière de procéder lors de consultations à huis clos mardi et, par la suite, l’ambassadeur  russe auprès des Nations unies, Vassily Nebenzia, a déclaré que « tous les membres du Conseil sont prêts à parvenir à un accord final ».

« Je vous assure que la volonté de rétablir les ponts est là, et nous allons essayer de le faire dans les plus brefs délais », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse vidéo. Nous devons respecter les différences que nous avons presque réussi à surmonter, mais que nous n’avons pas encore réussi à surmonter », a-t-il ajouté, signalant, cependant, qu’il y avait un accord sur presque tout le reste de la résolution, dont l’objectif principal est de soutenir l’appel lancé le 23 mars par le secrétaire général Antonio Guterres en faveur de cessez-le-feu mondiaux pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Nouveaux compromis proposés par la Tunisie et la France

L’ambassadeur de Tunisie auprès des Nations unies, Kais Khabthani, a déclaré à l’issue de la réunion que « les autorités tunisiennes mènent actuellement des consultations intensives au plus haut niveau politique » pour résoudre les différends. Il a indiqué que de nouveaux compromis seront présentés par la Tunisie et la France « très bientôt » dans l’espoir de parvenir à un consensus.

Pendant ce temps, l’Allemagne et l’Estonie ont fait circuler mardi un projet de résolution beaucoup plus court qui se concentre uniquement sur le soutien aux cessez-le-feu. Il n’y a aucune mention d’une agence des Nations unies traitant de la santé, que la Chine avait acceptée mais que les États-Unis ont ensuite rejetée, ni de « transparence » sur Covid-19, que les États-Unis voulaient.

L’ambassadeur allemand auprès des Nations unies, Christoph Heusgen, a déclaré qu’il était temps d’atteindre l’objectif d’aider les personnes en conflit, désormais aggravé par Covid-19.
La mission allemande des Nations unies a tweeté que, lors de la réunion fermée, Heusgen a de nouveau souligné « l’importance absolue » que le Conseil de sécurité aborde la pandémie, et a déclaré que le soutien à l’appel du secrétaire général « pour un cessez-le-feu mondial immédiat doit prendre le pas sur toutes les autres priorités ».

Comme le projet tuniso-français , le projet Allemagne-Estonie exige des cessez-le-feu immédiats dans les conflits majeurs qui sont à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, de la Syrie et du Yémen à la Libye, au Sud Soudan et au Congo, et appelle toutes les parties aux conflits armés à « s’engager immédiatement dans une pause humanitaire durable » pendant au moins 90 jours pour apporter de l’aide.

Le projet Estonie-Allemagne, obtenu par The Associated Press, indique que ces mesures ne s’appliquent pas aux opérations militaires contre l’État islamique et les groupes extrémistes d’Al-Qaida et leurs affiliés.

Il exprime également « une préoccupation croissante quant à l’impact dévastateur de la pandémie de Covid-19 sur les pays ravagés par des conflits armés, ou en situation de post-conflit, ou encore touchés par des crises humanitaires » et reconnaît « que les conditions de violence et d’instabilité dans les situations de conflit peuvent exacerber la pandémie ».
La Chine pour une action rapide

Aucune date n’a pas encore été fixée pour le vote, mais il pourrait avoir lieu rapidement si aucun des cinq membres permanents du Conseil ne menace d’utiliser son veto, comme lorsque Washington a critiqué la mention de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la résolution tuniso-française.

Le texte germano-estonien ne fait aucune mention de l’OMS, l’incertitude réside donc  concernant  la Chine, qui a insisté jusqu’à la dernière minute pour qu’il soit fait référence au groupe de santé de l’ONU, même implicitement. Un diplomate, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que la Chine avait déclaré lors de la réunion qu’elle soutenait une action rapide au sein du Conseil.

« Nous devons trouver un moyen de sortir de cette impasse », a déclaré à l’AFP l’ambassadeur d’Estonie auprès de l’ONU, Sven Jurgenson. « Il est vraiment dommage que nous, le Conseil de sécurité, n’ayons pas été en mesure de remplir notre responsabilité sur cette question », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il espérait parvenir rapidement à un accord.

Depuis deux mois, « malgré les différences de positions et de perceptions qui empêchent encore le consensus, les discussions entre les Etats membres ont été importantes et constructives », a déclaré à l’AFP l’ambassadeur de Tunisie à l’ONU, Kais Khabthani. « La Tunisie n’a jamais perdu espoir de parvenir à un compromis et de faire approuver la première résolution du Conseil de sécurité depuis que COVID-19 a commencé à ravager le monde », a-t-il déclaré.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur African Manager

Check Also

Abbou lance un audit approfondi des autorisations d’exploitation d’hydrocarbures

Les intérêts  du ministre d’Etat auprès du chef du gouvernement en charge de la Fonction …