Dimanche , 31 mai 2020
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / Combattre les profiteurs de la crise : Une guerre contre le coronavirus, une autre contre les spéculateurs !

Combattre les profiteurs de la crise : Une guerre contre le coronavirus, une autre contre les spéculateurs !

Même si le Président de la République et le chef du gouvernement ont assuré à maintes reprises que les spéculateurs seront fortement poursuivis et sanctionnés par la loi, les équipes de contrôle économique et sanitaire et les forces de l’ordre continuent de saisir de grandes quantités de produits alimentaires, dont notamment de la semoule et de la farine, stockées illégalement dans des entrepôts.


Les différentes autorités tunisiennes, fortement mobilisées, se sont lancées depuis des semaines dans une lutte acharnée et dans une course contre la montre pour prévenir une situation de contamination généralisée par le coronavirus sur le sol tunisien. La guerre est également annoncée aux spéculateurs des produits alimentaires et autres, qui, voulant profiter de cette période sensible pour s’enrichir davantage, causent d’énormes problèmes au niveau des circuits d’approvisionnement et de distribution.

En effet, dès le début de cette crise sanitaire inédite qui a frappé la Tunisie ainsi que la majorité des pays à travers le monde, certains malfaiteurs se sont permis de tirer profit d’une situation de péril imminent mettant les intérêts et même la sécurité alimentaire des Tunisiens en danger. Et même si l’Etat, représenté notamment par le président de la République et le chef du gouvernement, avait assuré à maintes reprises que ces spéculateurs seront fortement poursuivis et sanctionnés par la loi, les équipes de contrôle économique et sanitaire et les forces de l’ordre continuent de saisir de grandes quantités de produits alimentaires, dont notamment de la semoule et de la farine stockés illégalement dans des entrepôts dans le cadre du phénomène de la spéculation et du monopôle.

Car en effet, en dépit des messages rassurants du ministère du Commerce, rien que ces derniers jours, ces équipes ont saisi plus de 100 tonnes de semoule, de farine subventionnée ainsi que 5.000 litres d’huile végétale et de grandes quantités de gel hydro-alcoolique et de désinfectants. Cette situation a fait que les citoyens cèdent à la panique et à la frénésie d’achats dans des scènes parfois surréalistes. Des centres commerciaux et des grandes surfaces pris d’assaut, des produits de première nécessité ou subventionnés dont les prix ont considérablement augmenté, des articles désormais introuvables ou rares, des camions de transport de farine et de semoule saccagés, le coronavirus a provoqué une situation si chaotique que les services du contrôle économique et les forces de l’ordre ont à suivre. Entre autres produits dont la demande a explosé, les pâtes, l’huile, l’eau minérale, et la semoule. La semoule, la farine et le sucre restent toujours introuvables et lorsqu’on en trouve le sac de semoule de 50 Kilogrammes est vendu 40 dinars au lieu de 21,600 dinars.

Les autorités rassurent

En dépit de cette situation assez inquiétante surtout qu’un confinement total entre en vigueur à partir d’aujourd’hui à 6h00 du matin, les différentes autorités ne cessent de rassurer les Tunisiens sur leur sécurité alimentaire, affirmant que tous les produits nécessaires seront disponibles dans les différents points d’approvisionnement. D’ailleurs, en annonçant le confinement, le Chef de l’Etat Kaïs Saïed avait assuré que l’Etat fournira les différents produits de base exhortant les Tunisiens à ne pas céder à la peur, ni à la panique. Lors de son discours diffusé vendredi dernier, il a appelé le ministère public et les différentes autorités concernées à lutter contre la spéculation, affirmant dans le même contexte que les forces de l’ordre sont tenues d’appliquer la loi fermement.

La présidence du gouvernement a également assuré, dans un communique publié le même jour pour expliquer les dispositions du confinement, qu’il va appliquer des sanctions à l’encontre de ceux qui pratiquent le monopole, les spéculateurs et ceux qui menacent la santé et la sécurité des citoyens.

« L’Etat assurera toute la logistique humaine et matérielle pour garantir l’approvisionnement et autres nécessités de base, vu l’exigence et l’urgence d’un confinement total pour éviter la propagation du Covid-19 », a-t-on affirmé.

Le ministère du Commerce a, pour sa part, insisté sur le fait que tous les produits nécessaires dont notamment la farine et la semoule seront distribués normalement dans les jours à venir et que ses différentes équipes de contrôle n’épargneront aucun effort pour lutter contre la spéculation appelant les citoyens à y contribuer en dénonçant les personnes responsables de ces actes.

D’ailleurs, l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) avait reçu plus de 50 signalements relatifs à la spéculation sur les produits et l’augmentation des prix sur fond de la situation sanitaire liée à la pandémie du coronavirus. Le bureau de presse a précisé que l’Instance avait mis un numéro vert 80102222 à la disposition des citoyens pour dénoncer les cas de spéculation et de vente conditionnée ainsi que tout dépassement en rapport avec les prix.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur La Presse

Check Also

Abbou lance un audit approfondi des autorisations d’exploitation d’hydrocarbures

Les intérêts  du ministre d’Etat auprès du chef du gouvernement en charge de la Fonction …