Dimanche , 19 janvier 2020
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / Une sphère carcérale à visage humain !

Une sphère carcérale à visage humain !

Qu’il se soit agi de conditions de détention, de violations singulièrement des droits de l’homme ou encore de surpopulation, le système carcéral tunisien a été régulièrement épinglé autant par les associations de la société civile domestique que par les organisations non gouvernementales internationales.  Une certaine prise de conscience du déplorable état des lieux de privation de liberté commence, cependant, à se faire jour, relayée par des mesures, certes timides, mais fondatrices.

C’est de toute évidence dans cette  configuration que les autorités tunisiennes ont commencé mardi à distribuer un guide détaillant  les droits des prisonniers qui doit être disponible dans tous les centres de détention. Une sorte de vade-mecum déjà mis à la disposition des détenus de Mornaguia, la prison principale du centre de la Tunisie, près de la capitale Tunis.

Le manuel de 120 pages contient 255 questions simples, allant de “Quelles sanctions disciplinaires peuvent être imposées” à “À quelle fréquence les détenus ont-ils accès à une douche ?

Tous les détenus et gardiens devraient avoir accès au document d’ici la fin du mois de mars 2020.

Parallèlement à la diffusion d’un document plus technique aux professionnels concernés, l’initiative vise à “diffuser la culture des droits de l’homme dans les prisons”, selon le ministre tunisien de la Justice Karim Jamoussi.

Neuf ans après une révolution qui a mis fin à un État policier où la torture et la détention arbitraire étaient répandues, la réforme formelle de la justice a été lente à se concrétiser, souligne le Daily Maily, citant l’AFP.

Le code pénal et les procédures pénales sont en cours de modification et, au cours des 12 derniers mois, des institutions clés, notamment des  organismes d’État et de défense des droits, ont collaboré à la rédaction de lois à partir de textes existants.

Le directeur général des prisons de Tunisie, Elyes Zalleg, a déclaré : “Le manuel devrait améliorer l’éthique des surveillants et gardiens”.

– Un manuel adossé à une volonté politique

C’est à l’occasion de la célébration du 71ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui ce guide a été rendu public ainsi qu’un autre sur les prisons.  Présentés par le  ministre de la Justice, Mohamed Karim Jamoussi, les deux ouvrages sont élaborés conjointement par le ministère de la justice et l’Instance nationale pour la prévention de la torture (INPT).

” Il s’agit de la première initiative de ce genre entre un département ministériel et une instance de contrôle “, s’est félicité le ministre.

A cette occasion, Il  a souligné que ces deux guides visent à consacrer l’Etat de droit et des institutions en conférant un caractère humain au système carcéral, à préserver la dignité des détenus et à favoriser leur réinsertion post-carcérale.

L’élaboration de ce guide a commencé en 2018, en collaboration avec des partenaires internationaux, dont la délégation de l’Union européenne en Tunisie, le Conseil de l’Europe, le Programme des Nations-Unies pour le Développement en Tunisie et le Haut commissariat aux droits de l’Homme en Tunisie, a-t-il révélé.

Pour sa part, le président de l’Instance nationale pour la prévention de la torture, Fathi Jarray, a estimé que la présentation de ces deux ouvrages, à l’occasion du 71ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme, témoigne d’une volonté politique de promouvoir les principes de ces doits.

Traduction & synthèse L.M.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur African Manager

Check Also

La concurrence s’échauffe à la Kasbah !

Avec 134 voix contre, le gouvernement de Habib Jamli n’a pas réussi à obtenir la …