Dimanche , 24 janvier 2021
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / «Nabil-Robin des bois» avec «Kaïs-Robocop» au second tour. Que fera donc la justice ?

«Nabil-Robin des bois» avec «Kaïs-Robocop» au second tour. Que fera donc la justice ?

Ce serait donc parti, à en croire les résultats des sondages de sortie des urnes des deux instituts d’opinion, Sigma et Emrhod, dans un mois, pour un second tour pour les Présidentielles. Kais Saïed, dit «Robocop» à cause de sa diction très articulée lorsqu’il parle, et Nabil Karoui que certains ont comparé à Robin des Bois, seraient les deux candidats qui se feront face le 15 octobre prochain. A première vue, c’est un vote sanction contre tout l’establishment politique tunisien, dont les plus grosses victimes auront été le parti islamiste Ennahdha malgré toute sa machine électorale, et le chef du gouvernement, accusé par tous d’être derrière toutes difficultés du citoyen, de l’économie et des finances, au cours des deux dernières années.

Dire que ce sont deux candidats antisystème qui l’auraient remporté, ne serait pas complètement exact. Si cela peut être vrai pour Kais Saïed, l’outsider complètement inconnu sur la scène politique et qui paraît tellement anormal qu’il puisse être assimilé à un antisystème, cela n’est pas vrai pour le candidat Karoui. Ce dernier, comme nous l’avions écrit, n’est qu’une création de sa propre machine médiatique, aidé par une justice qui aurait, selon certains, mal calculé le temps judiciaire par rapport au temps politique. Karoui était dans l’ancien système de l’avant-révolution, et est issu de l’actuel système de l’après-révolution.

Force est de dire que tous les représentants de la famille politique, dite des centristes, aura essuyé un lourd revers. Ils étaient trop égoïstes et égocentristes pour accepter de liguer leurs forces et engager les combat des Présidentielles en front uni. Pour les islamistes, certains diront que c’était attendu, ayant opté pour un candidat de la dernière minute, pour pouvoir se concentrer sur les prochaines législatives où le chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, brigue le perchoir.

Mais là n’est plus le problème et il reste à tous de faire comme Ennahdha et de se concentrer sur les Législatives, pour revenir sur la scène politique et éviter de connaître le sort d’Ettakattol ou du CPR en 2014.

Le vrai problème désormais, si on accepte le résultat des sondages de sortie des urnes, c’est de savoir comment va se comporter la justice vis-à-vis du candidat Nabil Karoui. Il fait l’objet d’un mandat de dépôt qui a été confirmé en cassation. Pour l’instant, il n’est qu’un accusé et pas encore définitivement inculpé et encore moins sentencié. Son dossier est encore au niveau de l’instruction. Il est interdit de voyage, ses biens gelés et détenu en prison, où des supporters sont allés le «saluer» ce soir même. La justice avait aussi refusé de lui permettre l’accès aux médias, pour sa campagne électorale. Maintenant qu’il serait passé au second tour, quel sera la position de la justice tunisienne ? Sera-t-il relâché en attendant de passer devant la justice pour un procès qui tranchera dans le vif de son dossier, où il est accusé de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale ? Restera-t-il privé sans procès et maintenu en détention, malgré son accès au second tour ? Sera-t-il jugé, et surtout pourra-t-il être jugé avant le 15 octobre 2019 ?

Ce qui certain, c’est que le cas Nabil Karoui, ou Nabil-Robin des bois, devient une première absolue dans les élections, presque dans le monde !

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur African Manager

Check Also

L’Italie «effrayée» et l’Algérie «inquiète» par les protestations autour du gazoduc transtunisien Sergaz

Début décembre courant, des habitants originaires des  zones frontalières Ouled Marzoug et Oulad Farah de …