Lundi , 15 juillet 2019
Page d’acceuil / Articles principaux / Un excellent document réalisé par un ancien général français sur l’armée tunisienne

Un excellent document réalisé par un ancien général français sur l’armée tunisienne

Dans son dernier numéro (84 de Juillet-Août 2019), la Revue pour l’intelligence du monde*, une publication du groupe Jeune Afrique, a publié un document en neuf pages sur l’armée nationale avec pour titre « Au cœur de l’armée tunisienne ».

Ce document édifiant, agrémenté de belles photos, est réalisé par un grand spécialiste, Etienne Copel, un ancien général de brigade aérienne de l’Armée de l’air française. Il fit une brillante carrière d’officier et a été, en 1981, le plus jeune général français en activité. Il fut l’un des trois pilotes de chasse à avoir effectué le largage d’une bombe atomique pour des essais à Moruroa (plus connu sous le nom de Mururoa), en 1973. Il se rendit célèbre en 1984 en démissionnant de son poste de sous-chef d’état-major de l’Armée de l’air, afin de pouvoir exprimer librement sa conception de la politique de défense de la France et publier son premier livre.
Celui qu’on appelle l’intellectuel de l’armée française ne tarit pas d’éloges sur l’armée tunisienne, «républicaine et légaliste ». Il relève notamment que « le ministre de la défense Abdelkrim Zbidi veille personnellement » sur elle. « Il n’est à la tête ni de nombreuses divisions, ni de multiples escadres, mais son armée, équilibrée, raisonnable, gérée avec de bons sens, protège efficacement le pays. Tout en participant activement à son développement économique ».

Extraits.

Avec la chute du régime de l’ancien président Ben Ali, et alors que « la rue ne veut pas des anciennes autorités, mais n’a personne à proposer pour prendre la responsabilité du pays, ailleurs, dans de telles conditions, un général quelconque se serait proposé pour « sauver la Patrie du chaos », lit-on dans la première page du document. « Ailleurs, oui, mais pas en Tunisie » explique-t-il. « Malgré les régimes très largement militaires qui impriment leur loi en Algérie et en Libye, les deux grands pays voisins, il n’y a pas un seul officier tunisien qui envisage ou songe, même un seul instant, à une prise de pouvoir par l’armée. En Tunisie l’armée, une fois pour toutes, est républicaine et à la disposition du pouvoir civil. Quand il n’y a plus de pouvoir civil, alors l’armée se contente de rendre service en attendant des jours meilleurs. Elle protège les points sensibles tels que les locaux d’Institutions publiques, les Représentations diplomatiques, les hôpitaux et même les entreprises industrielles vitales pour la population. Si l’éducation nationale n’a plus les moyens d’organiser les épreuves du baccalauréat ou du certificat de fin d’études de base, alors  l’Armée assure l’acheminement des sujets à travers le pays vers les centres d’examen et protège ceux-ci pendant les épreuves ; elle collecte ensuite les copies et les transporte jusqu’aux centres de correction protégés eux aussi par les militaires ».

… « En Tunisie, les militaires ont l’habitude de collaborer avec les civils.  Chaque année de très nombreux jeunes viennent dans les ateliers de l’armée pour commencer à apprendre un métier.  C’est l’intérêt du pays : si à un endroit donné, l’éducation nationale n’a pas assez de moyens pour donner une formation particulière et si au sein de l’armée ces moyens, humains ou matériels, existent, alors le bon sens exige de voir l’armée sortir de son domaine prioritaire. Les militaires tunisiens le comprennent très bien. Ils savent qu’il ne peut y avoir de bonne défense dans un pays sans bonne économie ».

… « La Tunisie n’est pas un pays riche et son armée ne roule évidemment pas sur l’or. Toutefois elle n’est pas misérable, loin de là. Le ministre de la Défense y veille personnellement. Il a récemment augmenté ses crédits de fonctionnement pour être sûr de pouvoir maintenir des conditions de vie décentes aux militaires et être certain que les bâtiments sont bien entretenus. En souriant, il affirme : « Maintenant je ne vois pour ainsi dire plus jamais ni une ampoule qui manque, ni un miroir ébréché … et si j’en vois je pique une crise ! C’est ainsi que l’on peut maintenir le moral des troupes. » Effectivement, le moral des militaires est bon et cela se prouve non par l’impression d’un général de passage, mais par l’attractivité de l’armée. A l’occasion des concours de recrutement, il y a en moyenne plus de 20 candidats pour chaque poste à pourvoir! De quoi faire pâlir de jalousie l’armée française qui a bien du mal à recruter ses engagés et surtout l’armée allemande qui n’y arrive pas. Bien sûr, les esprits chagrins soutiennent, avec quelque raison, que la cause première de ce recrutement militaire facile est le taux de chômage élevé, particulièrement chez les jeunes. Il n’empêche : si l’armée était mal équipée, si ses logements étaient vétustes et si ses missions étaient sans intérêt, elle n’aurait pas autant de candidats. Et, surtout, elle n’aurait pas la popularité dont elle jouit dans l’opinion tunisienne: 97% de la population « a confiance » dans son armée. Les sondages sont formels. Il ne s’agit pas seulement de penser que les militaires ont de la chance en étant payés à chaque fin de mois, il s’agit là de constater que le pays a confiance en son armée apolitique. Il la sent efficace et bien gérée ».

… Dans les trois armées, Terre, Air, Mer comme dans les organes centraux, la femme occupe d’importantes fonctions. En particulier dans les unités de combat. Aujourd’hui on voit des femmes pilotes ou commandantes d’unités navales. L’une d’elle est même à la tête d’une grande école militaire. Situation que l’on aurait bien du mal à imaginer en Arabie saoudite … comme dans la plupart des pays musulmans. Décidément la Tunisie est bien souvent en avance. Elle aime montrer la voie. Elle y réussit la plupart du temps !

… Ceci est particulièrement le cas pour les « Missions de maintien de la paix » auxquelles l’armée tunisienne contribue depuis sa naissance. En août 1960, alors que la guerre faisait rage en Algérie et que l’armée tunisienne n’avait que quelques années d’existence, le président Bourguiba n’a pourtant pas hésité à faire proposer par son représentant à l’ONU de dépêcher des troupes tunisiennes au Congo ex-belge… Suite à l’accord enthousiaste du Conseil de Sécurité, le gouvernement tunisien a envoyé immédiatement pas moins de 2261 militaires – soit près de la moitié de ses effectifs d’alors !… L’excellence de l’armée tunisienne en matière d’opérations engagées par l’ONU pour protéger les populations menacées par la guerre est maintenant universellement reconnue. Au cours des quelques vingt opérations menées sous l’égide de l’ONU et des trois engagements à l’initiative de l’Union Africaine (UA) aucune bavure n’a été signalée. Le soldat tunisien, là où il était engagé, a été exemplaire et le demeure…

…Autre domaine où l’armée tunisienne excelle : sa contribution à l’effort national de développement durable. L’Armée intervient, surtout dans les zones reculées du pays, quand les entreprises civiles, voire étatiques, rechignent à s’aventurer pour des raisons de sécurité ou de rentabilité. Ainsi, au Nord et encore plus au Sud du pays elle s’est engagée depuis des dizaines d’années pour le bien de la planète, bien avant que l’Assemblée générale des Nations Unies vote, en 2015, son fameux « Programme de développement durable (Agenda 2030) ». Une de ces réalisations est particulièrement remarquable : celle de « Rjim Maatoug » au sud-ouest du pays…

*La Revue est en vente dans les principaux kiosques. Prix 12 dinars.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Espace Manager

Check Also

Nabil Baffoun, président de l’ISIE : « On travaille dans une atmosphère tendue »

Le président de l’Instance supérieure indépendante électorale (ISIE), Nabil Baffoun, a fait savoir qu’il a …