Mercredi , 30 novembre 2022
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / Les sénateurs Menendez et Romney présentent une résolution réaffirmant le soutien américain à la Tunisie

Les sénateurs Menendez et Romney présentent une résolution réaffirmant le soutien américain à la Tunisie

WASHINGTON – Alors que la Tunisie s’apprête à être élue ce vendredi 7 juin par l’Assemblée  générale de l’ONU, à New York, en tant que membre non permanent du Conseil de Sécurité, le Sénat américain est saisi d’une résolution d’appui à la transition démocratique amorcée. C’est ainsi que le sénateur Bob Menendez (DN.J.), membre éminent de la commission des relations extérieures du Sénat, et le sénateur Mitt Romney (R-Utah), ont présenté mercredi 5 juin 2019 une résolution du Sénat visant à réaffirmer le partenariat américano-tunisien et à soutenir publiquement le processus tunisien en cours, une transition vers une démocratie dynamique et stable. Alors que la Tunisie se dirige vers les élections législatives et présidentielles prévues plus tard cette année, les sénateurs ont félicité le peuple tunisien et ses dirigeants politiques pour leur engagement en faveur de la démocratie et de l’état de droit.

Le projet de résolution, y lit-on

“réaffirme l’engagement du gouvernement des États-Unis à l’égard de la Tunisie, y compris un engagement à fournir des niveaux d’assistance appropriés, à l’appui de la transition en cours de la Tunisie vers une démocratie inclusive, prospère et sûre;

reconnaît d’importants partenariats, notamment:

  • (A) le Dialogue stratégique entre les États-Unis et la Tunisie ;
  • (B) la mission militaire commune américano-tunisienne ;
  • (C) la mission conjointe économique et économique conjointe américano-tunisienne ;
  • (D) le Fonds tuniso-américain d’entreprise
  • (E) échanges internationaux d’enseignement, 16 programmes, y compris les programme Fulbright et Thomas Jefferson Scholars ;

demande instamment aux États-Unis de renforcer leur engagement et leur coopération avec le peuple et le gouvernement de la Tunisie  notamment:

  • (A) les institutions démocratiques de la Tunisie ;
  • (B) société civile ;
  • (C) écoles et universités ;
  • (D) médias indépendants ; et
  • (E) le secteur privé; et

réaffirme l’amitié historique et durable entre le peuple des États-Unis et le peuple tunisien.”

Le sénateur Menendez: nous soutenons le peuple tunisien dans sa quête de la liberté et de la démocratie

« Je suis ravi de présenter cette résolution réaffirmant le partenariat solide qui unit la Tunisie et les Etats-Unis », a déclaré le sénateur Menendez. « Partout au Moyen-Orient et dans le monde, il est essentiel que les États-Unis soutiennent leurs partenaires dans la poursuite des valeurs démocratiques, notamment des élections libres et équitables, le respect de la loi, des libertés et des droits universels pour tous les citoyens. L’instabilité étant particulièrement forte autour de ses frontières, il est essentiel de réaffirmer notre soutien ainsi que nos valeurs, nos intérêts et notre quête de la stabilité et de la sécurité à long terme.

“En tant que président de la sous-commission des relations étrangères ayant compétence pour les questions concernant les relations entre les Etats-Unis et la Tunisie, je suis fier de rejoindre le membre en titre Menendez pour présenter cette résolution aujourd’hui”, a déclaré le sénateur Romney. “Avec cette résolution, nous réaffirmons le partenariat entre la Tunisie et les États-Unis et soutenons le peuple tunisien dans sa quête de la liberté et de la démocratie.

(D’après Communiqué du Sénat Américain)

Télécharger le texte du projet de la résolution

Traduction non-officielle de projet de la résolution

RÉSOLUTION Réaffirmant le partenariat étroit qui unit la Tunisie et les États-Unis et soutenant le peuple tunisien dans sa poursuite des réformes démocratiques.

Considérant que les relations entre les États-Unis et la Tunisie ont débuté en 1795 et que les deux pays sont partenaires dans les domaines du commerce et de la sécurité depuis la signature du traité de paix et d’amitié signé à Tunis le 28 août 1797 ;

Considérant que les Etats-Unis ont été la première puissance majeure à reconnaître une Tunisie souveraine, après son indépendance de la France en 1956 ;

Considérant que les peuples des États-Unis et de la Tunisie partagent des valeurs fondamentales telles que le respect des droits de l’homme, la démocratie et la primauté du droit ;

Considérant que, le 14 janvier 2011, les manifestations de masse pacifiques de la révolution du jasmin ont mis fin avec succès au régime autoritaire du président Ben Ali;

Considérant que, à la suite de la démission de Ben Ali, les Tunisiens :

  • 1) ont initié une transition pacifique, consensuelle et inclusive vers la démocratie;
  • (2) organisé les premières élections démocratiques multipartites et compétitives du Printemps arabe de 2011 ;
  • (3) adopté une nouvelle constitution en 2014 ;
  • et (4) a tenu de nouvelles élections en vertu de cette constitution plus tard cette année

Attendu que, le 31 décembre 2014, après avoir remporté une élection présidentielle libre et équitable, Beji Caid Essebsi a été inauguré en tant que premier président librement élu de la Tunisie ;

Attendu que, le 9 octobre 2015, le Comité Nobel de Norvège a décerné le Prix Nobel de la Paix 2015 au Quartet de dialogue national tunisien, une coalition de 4 organisations de la société civile, pour le travail de la coalition :

  • (1) en s’appuyant sur les promesses de la Révolution du jasmin de 2011;
  • (2) et en veillant à ce que la transition de la Tunisie vers une démocratie ne se transforme pas en violence ni en un autoritarisme renouvelé;

Considérant que la Tunisie est le seul pays d’Afrique du Nord à avoir obtenu la note «Free» dans le rapport annuel Freedom in the World de Freedom House et qu’elle maintient la note «Free» depuis 2015;

Considérant que l’évolution politique de la Tunisie est une source d’inspiration pour les citoyens d’autres Etats aspirant à créer les institutions de la démocratie après une histoire de gouvernement autocratique ;

Considérant que la Tunisie a subi des attaques terroristes importantes en 2015 et 2016 ;

Attendu que, le 29 octobre 2018, un attentat terroriste sur l’avenue Habib Bourguiba à Tunis avait blessé 20 personnes et avait été perpétré par un diplômé universitaire au chômage en chômage depuis 3 ans et n’ayant aucun lien connu avec des groupes terroristes;

Considérant que, à la suite de ces attaques, les citoyens et les dirigeants tunisiens ont réaffirmé leur engagement en faveur du dialogue, du pluralisme et de la démocratie ;

Considérant qu’un nombre important de combattants tunisiens appartenant à des groupes extrémistes, notamment les Etats islamiques d’Irak et de Syrie (ISIS), seraient rentrés en Tunisie, souvent dans la clandestinité, entre 2011 et 2018 ;

Considérant que la Tunisie continue de faire face à de graves menaces pour sa sécurité de la part de groupes extrémistes violents opérant dans le pays ainsi que dans les pays voisins ;

Considérant que, en juillet 2015, le président Obama a désigné la Tunisie parmi les  pays alliés majeurs non membres de l’OTAN ;

Considérant que la Tunisie a consacré environ 15% de son budget aux ministères de la défense et de l’intérieur en matière de lutte contre le terrorisme au cours des dernières années, aux dépens du développement économique et social ;

Considérant que la Tunisie est confrontée à des défis économiques, notamment une inflation élevée et un taux de chômage élevé, en particulier chez les jeunes Tunisiens ;

Considérant que le gouvernement des États-Unis s’est engagé à poursuivre un partenariat économique fort avec la Tunisie et que le gouvernement entreprend des réformes pour transformer son économie afin de répondre aux aspirations de tous les citoyens tunisiens ;

Considérant qu’il est dans l’intérêt des États-Unis et conforme à leurs valeurs de soutenir les aspirations du peuple tunisien en faveur du développement d’une démocratie pluraliste et d’institutions transparentes et efficaces ;

Réaffirme l’engagement du gouvernement des États-Unis à l’égard de la Tunisie, y compris un engagement à fournir des niveaux d’assistance appropriés, à l’appui de la transition en cours de la Tunisie vers une démocratie inclusive, prospère et sûre;
reconnaît d’importants partenariats, notamment:

  • (A) le Dialogue stratégique entre les États-Unis et la Tunisie ;
  • (B) la mission militaire commune américano-tunisienne ;
  • (C) la mission conjointe économique et économique conjointe américano-tunisienne ;
  • (D) le Fonds tuniso-américain d’entreprise
  • (E) échanges internationaux d’enseignement, 16 programmes, y compris les programme Fulbright et Thomas Jefferson Scholars ;

Demande instamment aux États-Unis de renforcer leur engagement et leur coopération avec le peuple et le gouvernement de la Tunisie  notamment:

  • (A) les institutions démocratiques de la Tunisie ;
  • (B) société civile ;
  • (C) écoles et universités ;
  • (D) médias indépendants ; et
  • (E) le secteur privéc; et

Réaffirme l’amitié historique et durable entre le peuple des États-Unis et le peuple tunisien.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Leaders

Check Also

Kaïs Saïed reçoit le compte-rendu de la visite de Najla Bouden en Algérie

Les résultats de la visite de la cheffe du gouvernement Najla Bouden en Algérie ont …