Dimanche , 15 décembre 2019
Page d’acceuil / Ajouter à la timeline / La HAICA ferme la chaine Nessma TV par la force publique, cette dernière accuse le chef du gouvernement

La HAICA ferme la chaine Nessma TV par la force publique, cette dernière accuse le chef du gouvernement

Entre la HAICA et Nessma Tv, un long feuilleton…

Les autorités ont procédé, jeudi, par force publique, à l’arrêt de diffusion de la chaine privée Nessma Tv, et ce suite à la décision de la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle.

Des forces sécuritaires ont d’abord encerclé les locaux de la chaine avant de procéder à la saisie du matériel. Les journalistes de la chaine ont également été empêchés de pénétrer dans les locaux avant de se voir disperser.

Quelques minutes plus tard, le signal de la chaine a été coupé.

Dans un article publié via son site internet, la chaine accuse directement le chef du gouvernement Youssef Chahed d’être derrière cette décision.

″À quelques jours du mois de ramadan, la HAICA et le chef du gouvernement ont décidé d’abandonner 500 familles, dont les membres travaillant pour Nessma” affirme la chaine.

Selon elle, cette décision vient du fait que Nessma ait “refusé de suivre les instructions et de maquiller la réalité”. En réaction, “la HAICA, avec l’appui de Chahed, a décidé de couper le signal” accuse la chaine ajoutant “avoir permis  de dévoiler la réalité et de communiquer avec les Tunisiens” sur “l’incapacité du gouvernement à faire face aux manifestations sociales, aux grèves sectorielles et à trouver des solutions à un pays en crise à tous les niveaux”.

Selon la chaine, le parti Ennahdha tiendra vendredi une réunion en urgence à la demande de son président Rached Ghannouchi, sur cette décision.

La HAICA applique la loi?

La HAICA avait récemment rappelé que la chaine privée Nessma TV diffusait sans autorisation légale.

Dans un communiqué publié le 25 janvier 2019 , la Haute autorité avait estimé que Nessma Tv “défiait la loi et les règlements en vigueur et s’est transformée en un organe de propagande et de manipulation défiant les institutions de l’Etat”.

La HAICA avait critiqué “les violations commises par la chaine TV à l’encontre des enfants, femmes et personnes âgées en exploitant leur situation de pauvreté et de précarité et en les mettant en spectacle de manière humiliante”. “Cela procède de la manipulation et de la quête des voix en prévision des prochaines échéances électorales”.

Précédemment, l’instance régulatrice du paysage audiovisuel avait en juillet 2018 suspendu la régularisation de la situation de la chaîne de télévision en raison du non-respect par cette dernière, des termes du cahier des charges relatif à l’obtention de la licence de création et d’exploitation d’une chaîne de télévision privée.

La question se pose alors de savoir pourquoi avoir attendu près de 09 mois avant d’arrêter la diffusion de la chaine?

Le torchon brûlait entre la HAICA et Nessma Tv depuis plusieurs années.

L’affaire remonte au 16 juillet 2014 quand la Haica a appelé tous les médias à se conformer aux critères de cahier des charges relatif à l’obtention d’une licence de création et d’exploitation d’un établissement de communication audiovisuelle.

Par soucis de transparence, la Haica a expliqué avoir exigé à travers sa note tous les médias à se présenter sous le statut juridique de “société anonyme” (S.A). Chose qui n’a pas été respectée par Nessma qui a préféré garder son statut légal de Société à responsabilité limitée (S.A.R.L), se mettant ainsi en conflit avec la loi.

De ce fait, suite aux multiples appels l’invitant à régulariser la situation et le refus répété de Nessma d’obtempérer au cahier de charge, la Haica a décidé d’agir le 5 octobre 2018, comme l’indique la loi.

Après avoir adressé, dans le cadre de la loi, des avertissements au représentant légal de Nessma TV, l’invitant à régulariser la situation de la chaîne sur la base du décret-loi 116 de 2011 et le parachèvement des délais légaux accordés, la Haica a alerté le représentant légal de la chaîne de la violation des dispositions de l’article 29 dudit décret-loi et l’a invité à régler la situation de la chaîne, chose qui, à ce jour, n’a pas encore été faite.

Nessma Tv avait alors fustigé le “harcèlement” de la HAICA dénonçant une “pratique anticonstitutionnelle et anti-démocratique qui menace la liberté d’expression” indiquant refuser “l’alignement, le chantage et toute atteinte à l’indépendance de notre ligne éditoriale et la liberté de nos journalistes”.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur HuffPost Tunisie

Check Also

Une sphère carcérale à visage humain !

Qu’il se soit agi de conditions de détention, de violations singulièrement des droits de l’homme …