Vendredi , 7 octobre 2022
Page d’acceuil / Normal / Fin de la crise de l’Éducation ? Ben Salem et Yakoubi se contredisent (encore) !

Fin de la crise de l’Éducation ? Ben Salem et Yakoubi se contredisent (encore) !

« Tout rentrera dans l’ordre dans les établissements scolaires dès le lundi 11 février 2019 que ce soit au niveau des cours ou des examens de fin de trimestre », c’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Éducation, Hatem Ben Salem, dans un entretien accordé au journal Le Maghreb dans son édition de ce dimanche 3 février 2019.
Il a assuré que la réunion du vendredi 2 février 2019 avec les parties syndicales s’est bien déroulée et qu’elle a été positive. « Il a été convenu que les cours reprennent dès le lundi 11 février 2019, au même titre que les examens », a-t-il dit, ajoutant que le blocage au niveau des examens et des cours ne peut pas continuer après les vacances scolaires. Au sujet du premier trimestre, le ministre a souligné que son département est en train de discuter avec l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) et la Fédération générale de l’enseignement secondaire pour trouver une solution qui convient à tous et qui garantit l’intérêt des élèves.

Yaakoubi persiste et signe

Qu’en pense la Fédération de ces déclarations ? Dans un statut Facebook publié ce dimanche 3 février 2019, son secrétaire général, Lassaâd Yakoubi, a précisé que les enseignants n’ont jamais observé de grève. « On ne peut parler d’une reprise des cours alors qu’il n’y a eu aucune interruption », dit-il.
Il considère que les élèves ont librement décidé de manifester. « Ils ont prouvé qu’ils n’étaient plus des mineurs et qu’ils sont capables d’analyser et de comprendre la situation. Qui s’est proclamé porte-parole des élèves pour conclure des accords ? Ne venez pas nous dire qu’un accord a été conclu avec les dirigeants du rassemblement du vendredi », a-t-il écrit à l’adresse du ministre de l’Éducation.
D’autre part, Yakoubi a lancé que les déclarations du ministre sont inutiles. « Vos manœuvres médiatiques, par lesquelles vous avez touché le fond, ne sont pas efficaces. Vous savez très bien que la rentrée n’aura lieu qu’à la fin de la crise, et cette dernière dépend de l’accord qui permettra aux enseignants de bénéficier de leurs droits », a-t-il encore écrit.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Réalités

Check Also

CSM provisoire : Ouverture des candidatures à trois postes

Le Conseil supérieur provisoire de la magistrature a annoncé l’ouverture de candidatures à trois postes. …