Samedi , 14 décembre 2019
Page d’acceuil / Articles principaux / L’évasion fiscale pratiquée par les sociétés de commerce international inquiète le secrétaire général du ministère des Finances

L’évasion fiscale pratiquée par les sociétés de commerce international inquiète le secrétaire général du ministère des Finances

La brigade d’investigations et de lutte contre l’évasion fiscale a réussi à récupérer près de 160 millions de dinars.

Le secrétaire général du ministère des Finances Abderrahman Khochtali a déploré, mercredi, l’évasion fiscale pratiquée par les sociétés de commerce international.

“L’un des plus grands secteurs où nous avons un problème au niveau du contrôle, c’est celui des sociétés de commerce international” a indiqué Khochtali affirmant qu’ “un énorme travail est en train d’être fait par la direction général des impôts” qui a réussi à récupérer, grâce aux travail de la “police fiscale”, près de 160 millions de dinars dans des opérations couvrant une grande partie des sociétés de commerce international.

Cette “police fiscale” dont le nom officiel est “brigade d’investigations et de lutte contre l’évasion fiscale”,  est entrée en activité en octobre 2017: “Nous avons 20 agents qui y travaillent. Leur recrutement se fait d’une façon pointue car il fallait qu’ils soient prêts techniquement à l’investigation et aux questions fiscales” a expliqué Abderrahman Khochtali ajoutant que ces derniers ont des formations spécifiques en Italie.

Quid de la vente des biens confisqués de Ben Ali et sa famille?

Interrogé sur la vente des biens confisqués appartenant à Zine El Abidine Ben Ali et à sa famille, le secrétaire général du ministère des Finances estime que les opérations suivent leurs cours notamment au niveau immobilier, “car les démarches sont plus faciles”.

“Nous avons vendu des dizaines de biens immobiliers pour un montant de 230 millions de dinars” a affirmé Kochtali ajoutant que pour les sociétés, “nous espérons atteindre cette atteinte entre 270 et 300 millions de dinars”.

Concernant les autres biens à l’instar des voitures, yachts … Abderrahman Kochtali estime que ce sont des biens ”à faibles enjeux et qui nous posent beaucoup de soucis. Nous espérons clore leurs dossiers cette année”.

Pointant du doigt l’ancien Directeur Général de la société Cruise Tours, société qui s’occupe pour l’État tunisien de la vente des voitures et des yachts confisqués, actuellement aux prises avec la Justice, le secrétaire général du ministère des Finances affirme: “Depuis que nous l’avons changé, les choses s’accélèrent”.

“Nous l’avons changé après des enquêtes poussées qui ont montré de graves dépassements (…) de l’ordre de 20 milliards” a-t-il regretté ajoutant que “quand vous nommez quelqu’un chargé de gérer 3 ou 4 sociétés sans qu’il n’y ai aucun contrôle”, cela peut arriver.

“Quand vous nommez quelqu’un qui n’est pas issu de l’administration, qui n’a pas l’application d’une administration et qui en plus n’a pas de structures capable de contrôler la gestion (…) il faut au moins que les personnes nommées soient compétentes et qu’il y ai au moins un contrôle de la commission chargée des biens confisqués” a-t-il expliqué.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur HuffPost Tunisie

Check Also

Une sphère carcérale à visage humain !

Qu’il se soit agi de conditions de détention, de violations singulièrement des droits de l’homme …