Dimanche , 15 septembre 2019
Page d’acceuil / Normal / Lotfi Brahem, un ministre controversé même après son départ

Lotfi Brahem, un ministre controversé même après son départ

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui 6 juin, le Chef du gouvernement Youssef Chahed a démis de ses fonctions le ministre de l’Intérieur Lotfi Brahem. Il a été également décidé de nommer l’actuel ministre de la Justice, Ghazi Jribi, comme ministre de l’Intérieur par intérim.

Cette décision n’a pas manqué de susciter les réactions de plusieurs Tunisiens. Dans la soirée du 6 juin,  plusieurs manifestants se sont rassemblés devant le ministère de l’Intérieur afin de protester contre cette décision. Les manifestants se sont attaqués au Chef du gouvernement Youssef Chahed en l’accusant d’être complice du mouvement Ennahdha.

Manifester afin de soutenir un ministre de l’Intérieur est une scène qu’on ne voit pas tous les jours. Depuis 2011, les Tunisiens ont manifesté pour plusieurs raisons économiques, sociales, culturelles et environnementales, mais pas pour soutenir un ministre de l’Intérieur et protester contre son limogeage.

Quand les internautes brossent un portrait haut en couleur de Lotfi Brahem

Sur les réseaux sociaux, les appels à soutien et les pages sponsorisées se mobilisent afin de soutenir Lotfi Brahem et pour le montrer comme l’homme de la situation, bienveillant, courageux et patriotique. Sur les réseaux sociaux,  les partisans de Lotfi Brahem ont brossé un portrait d’un ministre de l’Intérieur capable de mener une guerre de longue haleine contre le terrorisme et contre le crime.

Il semble que cette campagne sur les réseaux sociaux ait voulu embellir l’image de l’ancien ministre et le montrer comme une personnalité politique proche du peuple. Malheureusement pour Lotfi Brahem cet effort n’a servi absolument à rien, étant donné que le ministère de l’Intérieur s’est mobilisé contre les cafés et restaurants ouverts pendant le ramadan, avant la rupture du jeûne. Lotfi Brahem a affirmé que son ministère ne fait qu’appliquer une circulaire qui date de 1981 et que ce n’est pas à lui de l’amender. Très vite, la popularité de Lotfi Brahem s’est effritée et les communiqués des organisations non gouvernementales ont commencé à affluer, en considérant que le ministère de l’Intérieur s’attaque aux libertés individuelles.

Le député à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) Mongi Rahoui, présent sur le plateau  de la chaîne privée Nessma TV, a avancé que le limogeage de Lotfi Brahem s’inscrit dans le cadre d’une transaction entre Youssef Chahed et le mouvement Ennahdha.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur L'Economiste Maghrébin

Check Also

Les conditions de détention et d’accueil des catégories vulnérables en Tunisie ne sont pas conformes aux normes internationales selon l’INPT

L’Instance Nationale pour la Prévention de la Torture tire la sonnette d’alarme. Un rapport élaboré …