Lundi , 17 janvier 2022
Page d’acceuil / Normal / Tunis et Rome envisagent un accord bilatéral sur la migration

Tunis et Rome envisagent un accord bilatéral sur la migration

Les immigrés tunisiens représentent une proportion de 1 % du total des migrants clandestins qui sont arrivés récemment en Italie, et font l’objet d’un suivi constant par les missions diplomatiques et consulaires en Italie, a déclaré ce lundi 23 octobre, Khemaïs Jhinoui, à Palerme, lors d’un entretien avec son homologue italien, Angelino Alfano.

Les deux parties ont convenu de consolider la coopération bilatérale dans ce domaine, et ont examiné l’éventualité de conclure un accord bilatéral organisant la migration, de manière à répondre aux besoins du marché du travail italien, et à créer des opportunités d’emploi pour la jeunesse tunisienne, dans le cadre du développement solidaire entre les deux pays, indique ce soir un communiqué de la place Nord-Hilton.

Jhinaoui et Alfano se sont par ailleurs mis d’accord pour augmenter les bourses universitaires, et nouer des relations de coopération et de partenariat entre les universités tunisiennes et leurs homologues italiennes.

Ce faisant, le ministre italien a salué “le rôle pionnier” de la Tunisie en matière de préservation des droits individuels, de consolidation des droits de la femme, et d’égalité entre les deux sexes.

La rencontre a également porté sur le projet de raccordement électrique entre les deux rives de la Méditerranée. Angelino Alfano a dit l’appui de son pays à ce projet d’avenir, et sa détermination à en accélérer l’adoption par l’Union européenne, selon le même département.

En visite de deux jours en Italie depuis hier, Khemaïs Jhinaoui a lancé avec son homologue italien l’initiative : «l’Italie, les cultures en Méditerranée», un programme visant à renforcer les relations de coopération entre l’Italie et les pays sud-méditerranéens à travers la culture, comme plier de développement et de partenariat.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Gnet

Check Also

L’Italie «effrayée» et l’Algérie «inquiète» par les protestations autour du gazoduc transtunisien Sergaz

Début décembre courant, des habitants originaires des  zones frontalières Ouled Marzoug et Oulad Farah de …