Mercredi , 25 mai 2022
Page d’acceuil / Normal / Appel à la création d’une commission chargée des Tunisiens bloqués à l’étranger au sein du MAE

Appel à la création d’une commission chargée des Tunisiens bloqués à l’étranger au sein du MAE

L’association des Tunisiens bloqués à l’étranger a appelé mercredi à la création d’une commission chargée du suivi des dossiers des Tunisiens bloqués à l’étranger au sein du ministère des Affaires étrangères.

Lors d’un point de presse tenu à Tunis à l’occasion de la journée internationale des personnes disparues célébrée le 30 août de chaque année, Ikbel Ben Rejeb, président de l’association a souligné que des familles de disparus s’adresseront à travers l’association au Président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) Mohamed Ennaceur pour auditionner le gouvernement au sujet des Tunisiens bloqués à l’étranger.

Dans ce contexte, le président de l’association a estimé que le gouvernement tunisien n’a pas accordé l’intérêt nécessaire à ce dossier, rappelant le cas de Sofien Chourabi et Nadhir Gtari ainsi que les 504 émigrés clandestins disparus outre les détenus tunisiens dans les prisons syriennes depuis 2013. Il a également évoqué la situation des 39 enfants bloqués aujourd’hui dans les prisons libyennes (22 à El Maatiga et 17 à Misrata).

Ikbel Ben Rejeb a indiqué que face à l’atermoiement des autorités tunisiennes, l’association œuvre depuis plus d’un an à rapatrier 99 enfants orphelins nés de parents tunisiens daechiens.

“Il est temps que ce dossier soit traité avec tout le sérieux requis pour condamner toutes les personnes impliquées dans l’envoi des jeunes tunisiens vers les zones de conflit”, a-t-il signalé.

D’après l’intervenant, le gouvernement détient des preuves sur ce dossier et devrait faire de son mieux pour rapatrier les 43 Tunisiens détenus dans les prisons syriennes et les interroger sur les responsables de ce réseau.

De son côté, la députée Hela Omrane, présidente de la commission d’investigation sur l’envoi des jeunes vers les zones de conflit a indiqué que la commission vient d’entamer l’examen de ce dossier qui n’a été géré par aucune autre partie auparavant.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Shems FM

Check Also

L’Italie «effrayée» et l’Algérie «inquiète» par les protestations autour du gazoduc transtunisien Sergaz

Début décembre courant, des habitants originaires des  zones frontalières Ouled Marzoug et Oulad Farah de …