Dimanche , 22 mai 2022
Page d’acceuil / Normal / La diplomatie tunisienne se dote finalement de deux unités qui lui manquaient : la promotion économique et l’image de la Tunisie

La diplomatie tunisienne se dote finalement de deux unités qui lui manquaient : la promotion économique et l’image de la Tunisie

Jusque-là, ces deux moteurs lui faisaient grandement défaut. Comment voulez-vous promouvoir les exportations tunisiennes et attirer des investisseurs sans disposer au sein-même du ministre des Affaires étrangères d’une structure dédiée ? Et comment peut-on promouvoir l’image de la Tunisie à l’étranger sans confier la coordination de cette tâche et le déploiement de son rayonnement à une structure spécialisée ? Le constat de déficit de coordination, maintes fois réitéré, semble avoir trouvé écho lors de la 36ème conférence des chefs de mission diplomatiques et consulaires qui vient de se tenir à Tunis. Dans ses recommandations, mentionnées par le ministre Khemaies Jhinaoui figure en effet la mise en place de ces deux nouvelles structures.

  • Pour la diplomatie économique, l’impératif de coordination entre les divers opérateurs tunisiens est aussi urgent que déterminant. Qu’il s’agisse de ministères, d’organismes publics (Cepex, FIPA, ONTT, etc.) et d’entreprises publiques (Tunisair, CTN, etc.), le one-man-show a montré toutes ses limites. La synergie est indispensable.

 

  • Quant à la diplomatie publique qui a fait ses preuves en Grande Bretagne, en Inde et dans nombre d’autres démocraties, elle rompt avec les formes désuètes de propagande et épouse les nouveaux styles de communication institutionnelle. En Tunisie, l’ATCE avait tenté une expérience avec des aspects positifs et d’autres à un degré moindre, dégageant cependant des enseignements utiles à examiner aujourd’hui, à froid. La multiplicité des intervenants ne fait que flouter l’image du pays et à la réduire à l’angle de vue de son émetteur. Aucune image corporate de la Tunisie, concertée, cohérente, mise en charte graphique et audio-visuelle de qualité, déclinée selon les secteurs et les publics cibles n’a pu à ce jour être conçue et adoptée.

Si le modèle choisi par Khemaies Jhinaoui, pour chacune de ces unités n’a pas été révélé, il doit s’adosser à une vision innovante, une stratégie ambitieuse mais réalisable et des équipes professionnelles dotées des moyens appropriés.

Vous pouvez lire l'article depuis sa source sur Leaders

Check Also

L’Italie «effrayée» et l’Algérie «inquiète» par les protestations autour du gazoduc transtunisien Sergaz

Début décembre courant, des habitants originaires des  zones frontalières Ouled Marzoug et Oulad Farah de …