jeudi , 9 février 2023
Home / Tunis :Le ministre de «la grande muette» parle de terrorisme

Tunis :Le ministre de «la grande muette» parle de terrorisme

 

 

La révolution a décidément délié toutes les langues. Traditionnellement silencieuse dans son travail qu’elle veille à placer en dehors de toute polémique politique, l’Armée qu’on appelle aussi «la grande muette», n’a pas échappé à cette nouvelle règle de la communication. Sortant d’un silence qui dure depuis plus de 100 jours, le ministre tunisien de la Défense vient d’accorder sa première interview exclusivement à Africanmanager.

 

Actualité oblige, cette première sortie médiatique du ministre de la 58ème armée du monde, ne pouvait que traiter du fléau sur lequel se focalise presque toute l’activité de ses armées, le terrorisme. Une lutte de tous les jours dont Farhat Horchani dit qu’elle est menée «dans une parfaite coordination entre l’Armée nationale et les forces de sécurité, que ce soit dans le cadre de l’échange des informations ou dans celui des opérations conjointes sur le terrain.

 

« Nous sommes même allés plus loin, grâce à la création de forces mixtes entre l’armée et les forces de la garde nationales, placées sous un commandement unique, nous dit le ministre de la Défense.

 

Notre journaliste Maha Gallala n’a pas manqué, à ce stade de la rencontre, d’évoquer avec le ministre Horchani la question du danger de Daech qui se profilerait déjà, selon plus d’une source, aux frontières Est de la Tunisie.

 

Le ministre se veut à ce propos rassurant. «Ceux qui parlent de l’existence d’un danger de Daech sur nos frontières ont tout faux. Nous suivons tout ce qui se passe en Libye par nos propres moyens et j’appelle tous les citoyens à ne pas avoir peur».

 

Et le ministre, qui se félicite à l’occasion de l’aide apportée par les habitants tunisiens des régions frontalières à l’Armée en renseignements divers, de confirmer en précisant que «tout est sous contrôle tout au long des frontières tuniso-libyennes où un grand nombre de nos forces a déjà pris position, dans les tranchées que nous avons creusées et au niveau des barrages que nous avons érigés».

 

Le ministre se laisse même aller à parler de ce que l’Armée tunisienne se prépare à faire pour sécuriser les frontières. «Nous nous préparons à fermer nos frontières sahraouies à l’exception des points de passage existants que nous surveillons et où nous installerons des check-points et toute contrevention à nos instructions sera traitée par tous les moyens disponibles, y compris les armes», nous dit-il avant de parler brièvement d’un projet de contrôle électronique des frontières, entre Ras-Jdir, Dhehiba et Borj El Khadhra, qui demandera des investissements dont l’Etat ne dispose pas pour l’instant.

 

Le ministre tunisien de la Défense ne terminera pas sans parler, toujours dans le même esprit de tranquillisation, des préparatifs pour d’éventuelles nouvelles opérations terroristes à l’occasion du mois du Ramadan.

 

Des préparatifs qui deviennent une urgence après les deux derniers attentats terroristes commis à Jendouba et à Kasserine. «Nous avons donné des instructions pour plus de vigilance pour les unités qui se trouvent dans les montagnes du Nord-est et pour multiplier les opérations préventives tout au long du mois saint.

 

 

 

Pour lire l’article depuis la source cliquez sur le lien.

Check Also

Le Comité de défense de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi fait de nouvelles révélations sur l’affaire

S’exprimant en marge d’une conférence organisée aujourd’hui, l’avocat et membre du comité de défense des …