Mardi , 25 janvier 2022
Page d’acceuil / La Constitution fin prête le 23 octobre ou avril 2013…?
Lotfi Zitioun, ministre conseiller auprès du gouvernement, chargé des Affaires politiques, a déclaré, mercredi 22 août 2012, sur les ondes de Radio Express Fm, qu’«il existe au sein du parti Ennahdha et du gouvernement une forte tendance pour que la Constitution soit fin prête le 23 octobre prochain. «L’élaboration de la Constitution, à cette date, est une revendication populaire», a-t-il-martelé. Cette déclaration est en nette contradiction avec celle faite à l’Agence France presse, par Habib Khedher (nahdhaoui), rapporteur général de la Commission chargée de la rédaction de la Constitution et dans laquelle il avait expressément indiqué que «la Constitution pourrait être présentée au vote (à l’ANC) dans son intégralité à la fin du mois d’avril 2013», avant d’ajouter, non avec un certain cynisme à notre avis: «Je pense que c’est un rendez-vous réaliste». Il semble que les responsables nahdhaouis, en se contredisant les uns et les autres, jouent avec les nerfs des Tunisiens qui ont ras-le-bol de cette duplicité du langage et risquent de payer cher cette ivresse du pouvoir.

La Constitution fin prête le 23 octobre ou avril 2013…?

Lotfi Zitioun, ministre conseiller auprès du gouvernement, chargé des Affaires politiques, a déclaré, mercredi 22 août 2012, sur les ondes de Radio Express Fm, qu’«il existe au sein du parti Ennahdha et du gouvernement une forte tendance pour que la Constitution soit fin prête le 23 octobre prochain. «L’élaboration de la Constitution, à cette date, est une revendication populaire», a-t-il-martelé.

Cette déclaration est en nette contradiction avec celle faite à l’Agence France presse, par Habib Khedher (nahdhaoui), rapporteur général de la Commission chargée de la rédaction de la Constitution et dans laquelle il avait expressément indiqué que «la Constitution pourrait être présentée au vote (à l’ANC) dans son intégralité à la fin du mois d’avril 2013», avant d’ajouter, non avec un certain cynisme à notre avis: «Je pense que c’est un rendez-vous réaliste».

Il semble que les responsables nahdhaouis, en se contredisant les uns et les autres, jouent avec les nerfs des Tunisiens qui ont ras-le-bol de cette duplicité du langage et risquent de payer cher cette ivresse du pouvoir.

Check Also

La Tunisie perd deux rangs au classement de “World Justice Project”

La Tunisie occupe la 65ème position dans le classement de l’Etat de droit, publié par …