Jeudi , 15 avril 2021
Page d’acceuil / Procès aujourd’hui de Nessma TV au Tribunal de première instance de Tunis

Procès aujourd’hui de Nessma TV au Tribunal de première instance de Tunis

 

 

“Le procès de la chaîne TV Nessma démarrera, ce matin, au tribunal de première instance de Tunis. Pour rappel, l’affaire remonte au mois d’octobre 2011 après la diffusion du film d’animation franco-iranien “Persépolis” (2007) de la réalisatrice iranienne Marjane Satrapi, doublé, en dialecte tunisien et suivi d’un débat d’une heure trente sur l’intégrisme religieux. La projection de ce film, jugé “blasphématoire à l’égard de l’islam” a donné lieu à plusieurs plaintes déposées par des avocats et des citoyens. Voici un round-up historique et chronologique de l’affaire dite “Persépolis”:

 

 -7 octobre 2011: diffusion du film sur la chaîne TV Nessma

 

 -9 octobre 2011: un groupe d'”extrémistes” a tenté, d’attaquer les bureaux de la chaîne dans le quartier de Montplaisir et à l’avenue Mohamed V à Tunis en signe de protestation contre la diffusion du film. Plusieurs partis politiques ont condamné l’attaque alors que d’autres ont critiqué la décision de la chaîne “survenue en une phase pré-électorale sensible (les élections du 23 octobre 2011).

 

 – 10 octobre 2011: le bureau du procureur de la République de Tunis a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire sur la diffusion, par la chaîne Nessma, du film “Persépolis”.

 

– 10 octobre 2011: Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a fait part, dans un communiqué, de son rejet total de toute forme d’agression contre les établissements de presse et des menaces contre les journalistes. Evoquant la tentative d’agression contre les locaux de la chaîne de télévision “Nessma TV”, le SNJT souligne son soutien au droit de protester et de manifester pacifiquement, loin de toute forme de violence et d’extrémisme.

 

– 10 octobre 2011: Réactions et positions divergentes des partis concernant la diffusion du film. Certains ont condamné les agressions violentes commises par des groupes de salafistes contre le siège de la chaîne TV Nessma dénonçant ces pratiques qu’ils ont qualifiés de “dangereuses et étrangères” à la société tunisienne, et qui menacent les valeurs démocratiques, réaffirmant leur solidarité avec la chaîne Nessma TV, afin qu’elle demeure une tribune de l’information libre. D’autres partis ont dénoncé, dans leurs communiqués, ces agressions, critiquant, toutefois, la diffusion par la chaîne “Nessma TV” du film “contenant des scènes qui personnifient Dieu”, mettant en garde, dans ce sens, contre “ces comportements agressifs” de la chaîne qui ne servent pas le droit à la différence entre les courants politiques et de pensée, mais menacent la paix sociale et le processus de transition démocratique.

 

 – 11 octobre 2011 : Accusé “d’atteinte aux valeurs sacrées”, M. Nabil Karoui, directeur de la chaîne, avait été la cible d'”attaques intenses” et de “critiques virulentes”, sur le réseau social “Facebook”, et avait présenté ses excuses au peuple tunisien pour la diffusion de la séquence controversée du film “Persepolis”, tenant à préciser qu’il n’avait aucune intention de nuire aux musulmans à travers la projection de ce film.  

 

 – 11 octobre 2011: Le service d’information de l’ambassade d’Iran à Tunis a fait part de son étonnement face à la diffusion du film d’animation franco-iranien, intitulé “Persepolis”, considérant ce film comme “hérétique”, dès lors que son contenu est attentatoire aux axiomes religieux, de même qu’il donne une fausse image de la société iranienne. Dans un communiqué rendu public, le service d’information affirme avoir contacté des parties officielles pour interdire la diffusion du film et adressé une demande écrite aux responsables de la chaîne privée “Nessma Tv” les invitant à reconsidérer la décision de diffusion de ce film d’animation et à prendre en considération les croyances des téléspectateurs.

 

– 12 octobre 2011: Nabil Karoui avait comparu une première fois devant le procureur adjoint de la République chargé de la presse et de l’information , au tribunal de première instance de Tunis, pour audition au sujet de l’enquête ouverte à la demande d’un certain nombre d’avocats et de citoyens.

 

 – 15 octobre 2011 : Les patrons de presse dénoncent les violences contre Nessma TV  et l’attaque du domicile du PDG de Nessma.

 

 – 15 octobre 2011: La chaîne privée “Nessma TV”, a appelé les autorités compétentes à garantir la protection nécessaire à son personnel, journalistes, techniciens et agents, afin qu’ils puissent accomplir leur mission médiatique dans les meilleures conditions.

 

– 17 novembre 2011: Premier procès au tribunal de première instance de Tunis de Nabil Karoui et deux de ses employés, le responsable du service de visionnage au sein de cette chaîne et la représentante de l’Association ‘image et parole’ qui a assuré le doublage du film en dialecte tunisien.. “Ce jour marque la mort réelle de la liberté d’expression en Tunisie” déclare Nabil Karoui avant d’entrer à la salle d’audience ajoutant “Cette affaire est une affaire politique et je vois en ce jour, la mort réelle de la liberté d’expression en Tunisie”.

 

 – 17 novembre 2011 : Le tribunal de première instance de Tunis a décidé de reporter le procès de Nabil Karoui, directeur général de la chaîne privée Nessma Tv et deux de ses employés, au 23 janvier 2012.

 

 – 23 janvier 2012: Les médias interdits de couverture du procès de Nessma TV au palais de la justice à Tunis.

 

-23 janvier 2012: Le procès de l’affaire Nessma TV est reporté au 19 avril 2012 suite à la demande de la partie civile en vue de leur permettre de mieux préparer la défense. L’affaire est soumise de nouveau au procureur de la république et réexaminée, à la lumière du nouveau code de la presse  (décret-loi du 2 novembre 2011 relatif à la liberté de presse,  d’édition et de publication).”

Pour lire l’article depuis la source cliquez sur le lien.

Check Also

Tunisie: Hichem Mechichi s’entretient avec le commissaire européen chargé des affaires économiques

Selon le communiqué publié hier sur la page officielle de la présidence du gouvernement, le …