Samedi , 20 août 2022
Page d’acceuil / Ali Laâraïedh opère une purge
Une vague de remaniements sans précédent dans l’appareil sécuritaire, qui a particulièrement touché la police de l’aéroport de Tunis-Carthage Le ministre de l’Intérieur Ali, Laâraïedh passe enfin à l’offensive. Pressé, tant par la population que par l’opposition, de restructurer un appareil sécuritaire, longtemps englouti dans la corruption et les agissements mafieux vieux de plusieurs décennies, le nouveau locataire du ministère de l’Intérieur vient de sévir, en lançant une purge d’une ampleur sans précédent. En effet, outre de hauts cadres de la sécurité sommés de prendre une retraite anticipée, «l’opération coup de poing» a particulièrement touché la police de l’aéroport Tunis-Carthage dont pas moins de huit chefs de renom ont été appelés à d’autres fonctions. Le département non moins sensible de la sécurité aérienne n’a pas, non plus, échappé à «la lessive», avec l’avènement de nouveaux «agents secrets» devant être mis à la disposition des appareils de Tunisair. En parallèle, ce département s’est considérablement renforcé, le nombre de ses effectifs étant passé, sans coup férir, de 30 à 80 agents ! Au suivant… Cette purge, longtemps attendue, pourrait très vraisemblablement être suivie d’une… seconde mi-temps, quand on sait que ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, les services compétents sont actuellement sur d’autres dossiers qu’on dit brûlants, et qui devraient coûter leurs places à d’autres cadres et agents des forces de sécurité intérieure accusés de pratiques louches et d’enrichissement illicite et connus pour être à la solde de Zaba et des Trabelsi. Les présumés accusés dont la culpabilité sera établie, seront, bien évidemment, déférés devant les tribinaux, conformément aux lois en vigueur. 13 Entre-temps, le ministre continue son bonhomme de chemin, par des contacts directs et des visites de travail dont celle entamée, hier, dans le gouvernorat de Gabès où il devait inspecter pas moins de 13 postes de police et de la Garde nationale pour à la fois s’enquérir de leurs conditions de travail et les exhorter à redoubler d’effort et de vigilance, en vue d’un rendement meilleur.

Ali Laâraïedh opère une purge

Une vague de remaniements sans précédent dans l’appareil sécuritaire, qui a particulièrement touché la police de l’aéroport de Tunis-Carthage

Le ministre de l’Intérieur Ali, Laâraïedh passe enfin à l’offensive. Pressé, tant par la population que par l’opposition, de restructurer un appareil sécuritaire, longtemps englouti dans la corruption et les agissements mafieux vieux de plusieurs décennies, le nouveau locataire du ministère de l’Intérieur vient de sévir, en lançant une purge d’une ampleur sans précédent. En effet, outre de hauts cadres de la sécurité sommés de prendre une retraite anticipée, «l’opération coup de poing» a particulièrement touché la police de l’aéroport Tunis-Carthage dont pas moins de huit chefs de renom ont été appelés à d’autres fonctions. Le département non moins sensible de la sécurité aérienne n’a pas, non plus, échappé à «la lessive», avec l’avènement de nouveaux «agents secrets» devant être mis à la disposition des appareils de Tunisair. En parallèle, ce département s’est considérablement renforcé, le nombre de ses effectifs étant passé, sans coup férir, de 30 à 80 agents !
Au suivant…

Cette purge, longtemps attendue, pourrait très vraisemblablement être suivie d’une… seconde mi-temps, quand on sait que ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, les services compétents sont actuellement sur d’autres dossiers qu’on dit brûlants, et qui devraient coûter leurs places à d’autres cadres et agents des forces de sécurité intérieure accusés de pratiques louches et d’enrichissement illicite et connus pour être à la solde de Zaba et des Trabelsi. Les présumés accusés dont la culpabilité sera établie, seront, bien évidemment, déférés devant les tribinaux, conformément aux lois en vigueur.

13
Entre-temps, le ministre continue son bonhomme de chemin, par des contacts directs et des visites de travail dont celle entamée, hier, dans le gouvernorat de Gabès où il devait inspecter pas moins de 13 postes de police et de la Garde nationale pour à la fois s’enquérir de leurs conditions de travail et les exhorter à redoubler d’effort et de vigilance, en vue d’un rendement meilleur.

Check Also

La Tunisie célèbre la Journée mondiale de l’aide humanitaire

La Tunisie a appelé, ce vendredi, à l’occasion de la célébration de la “Journée mondiale …