Mercredi , 20 septembre 2017

Archives du blog

Tunisie: L’ISIE épinglée dans sa gestion par la Cour des comptes

La Cour des comptes a épinglé, dans un rapport, l’’Instance Suprême Indépendante des Elections (ISIE), lui reprochant sa gestion administrative et financière au  titre de l’année 2014. Le rapport décèle de graves anomalies et dépassements dans la gestion des ressources financières ayant trait aux ressources humaines notamment le non recours …

L’Instance « Vérité et Dignité » demande de la Cour des comptes un audit sur la gestion financière de ses comptes pour l’exercice 2015

L’Instance « Vérité et Dignité » (IVD) a demandé mardi de la Cour des comptes un audit sur la gestion financière de ses comptes pour l’exercice 2015. Cette initiative intervient à la suite de la programmation par le bureau de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) d’une plénière fixée pour le 17 …

Justice financière: La Cour des comptes fait sa mue

Avec les nouvelles prérogatives qui lui seront accordées, la Cour des comptes sanctionnera tous les fautifs, sans exception, qui dilapident l’argent de l’Etat

 

Le processus d’adaptation des législations tunisiennes aux dispositions de la Constitution du 27 janvier 2014 est lancé officiellement aussi bien au niveau de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) qu’à celui des instances concernées qui estiment qu’il est temps de réviser leurs attributions, de moderniser leurs méthodes de fonctionnement et de les doter surtout de l’indépendance financière et administrative leur permettant d’accomplir leur tâche dans les règles de l’art.

 C’est le cas de la Cour des comptes, une instance constitutionnelle présente sur la scène politique depuis la Constitution du 1er juin 1959 et dont on ne sait pratiquement grand-chose sauf qu’elle élabore un rapport annuel dans lequel elle passe au peigne fin les méthodes avec lesquelles l’Etat dépense l’argent public et dévoile les erreurs et les pratiques douteuses allant des marchés publics portant sur des dizaines ou des centaines de millions de dinars jusqu’à deux ou trois bons d’essence utilisés à tort par un inconnu chef de service dans une administration régionale ou locale.

 Et ce rapport annuel relatif toujours à l’année qui vient de s’achever est soumis au président de la République.On se contente généralement de placer le rapport en question dans les archives sauf en de rares exceptions quand on décide de le publier pour des raisons le plus souvent politiques.

Un candidat à la présidentielle de 2014 soupçonné d’avoir financé sa campagne par des fonds étrangers

Le dossier de l’un des candidats à la présidentielle de 2014 a été transféré à la justice par la Commission tunisienne des analyses financières (CTAF), à la demande de la Cour des Comptes. Cette personne, dont le nom n’a pas été révélé, a en effet reçu des fonds de l’étranger d’un montant de 4,6 millions de dinars pendant la période de la campagne électorale.

Actors test